Chelsea, Manchester United, le Séville FC, le FC Barcelone, l’Atlético de Madrid, Manchester City, le Real Madrid... Plus de 50 clubs avaient dépêché des émissaires au Pérou pour superviser le Sudamericano des moins de 17 ans. À la recherche de la perle rare, ces derniers auront peut-être flashé sur les révélations de ce tournoi finalement remporté par l’Argentine, coachée par le duo Pablo Aimar-Diego Placente. La sélection albiceleste s’est montrée au-dessus du lot grâce à quelques individualités. On pense à son capitaine, le milieu de Newell’s Old Boys Juan Sebastian Sforza (17 ans), que l’on vous présentait avant le début de la compétition.

Déjà suivi par de nombreux clubs européens, il n’a pas failli à sa réputation naissante, réussissant des prestations solides et inscrivant le seul et unique but lors de la rencontre face à l’Uruguay (0-1, 7e journée). À l’animation, devant lui, Matias Palacios a lui aussi réussi un sacré tournoi. Disponible et doué techniquement, le jeune homme a ajouté des statistiques intéressantes : 3 buts et 1 passe décisive. On comprend mieux pourquoi, à tout juste 16 ans, il a déjà fait ses débuts en Primera Division sous les couleurs de son club formateur, San Lorenzo, en septembre dernier. As assure d’ailleurs que sa trajectoire a tapé dans l’œil de clubs italiens, allemands et espagnols.

Johan Mina a marqué les esprits

Matias Godoy, attaquant de référence de la sélection argentine, a lui prouvé qu’il avait un sacré flair dans la surface de réparation adverse (3 réalisations et 1 offrande). Son doublé face au Chili (2-0, 8e journée) a notamment pesé très lourd dans la balance. La Roja s’est en effet révélée la concurrente la plus dangereuse des Argentins. Très performante et séduisante collectivement devant son portier rassurant Julio Fierro (17 ans, Colo Colo), elle a également pu compter sur un Alexander Aravena (16 ans, Universidad Catolica) inspiré, auteur de 4 buts et 2 passes décisives, et un milieu brillant Luis Rojas (16 ans, Universidad de Chile), 4 réalisations et 3 offrandes au compteur.

Meilleur buteur de la compétition avec 6 unités au compteur, Johan Mina (16 ans) a également marqué les esprits. Et l’attaquant d’Emelec devrait aussi agiter le marché des transferts puisqu’il n’a toujours pas signé de contrat professionnel avec son club formateur. Fernando Ovelar, jeune Paraguayen de 15 ans, déjà professionnel depuis quelques mois au Cerro Porteño (7 matches, 1 but), a confirmé son potentiel (2 buts). Le milieu défensif du Pérou Carlos Meza (17 ans, Sporting Cristal Lima) a peu joué mais affiché une jolie touche technique au poste de milieu défensif. Mention spéciale enfin à Reinier (17 ans). L’attaquant de Flamengo, déjà suivi par le Real Madrid, a été l’un des rares à surnager au sein d’une décevante Seleção.