« Serge tout puissant »

En Angleterre, toute la presse ne parle que d’une chose, la démonstration du Bayern Munich contre Chelsea. Et c’est surtout un homme qui cristallise les louanges adressées par les journalistes britanniques : Serge Gnabry, double buteur ce mardi soir. Pour le Daily Express, il laisse simplement Chelsea au bord du gouffre. Du côté du Daily Mail, la formule est plus poétique, mais le message est le même : « Serge saupoudre la rencontre de poussières d’étoiles ». Pour The Guardian, c’était un « Serge tout puissant », et il fait également les gros titres du Daily Mirror qui insiste sur la destruction de Chelsea par l’attaquant du Bayern Munich.

« C’est là qu’on voit les hommes »

On continue ce tour de la presse avec l’Espagne, et la grosse affiche de ce mercredi, le Real Madrid de Zinedine Zidane qui accueille Pep Guardiola et Manchester City. Et si le duel des coaches sur le banc s’annonce déjà prometteur, l’affrontement sur le terrain a lui aussi de quoi faire rêver. Surtout quand on voit les déclarations d’avant match de Sergio Ramos qui parle d’« une autre nuit de furie » sur la pelouse du mythique Santiago Bernabéu. Des propos qui font la Une de Marca, mais aussi du journal As. Ici, c’est une autre phrase de Ramos qui est mise en avant : « c’est là qu’on voit les hommes ». Voilà qui promet un match engagé entre le Real et City...

Napoli et Barça, « à armes égales »

Enfin, en Italie, le match nul entre le Napoli et le Barça en Ligue des Champions fait réagir. Les deux équipes n’ont pas réussi à se départager et se sont quittées sur un score de parité (1-1). Mais du point de vue transalpin cela ressemble plutôt à un bon résultat, en témoigne la Une du Corriere dello Sport, plutôt positive. Pour le journal, Naples a joué « à armes égales » avec le FC Barcelone. Même chose en couverture de La Gazzetta dello Sport, qui met en avant les qualités de combat de l’équipe napolitaine. Enfin pour le Quotidiano Sportivo, un super Mertens n’aura pas suffi. Le Belge est sorti sur blessure en début de deuxième mi-temps, mais avait jusque-là pesé sur la rencontre, grâce notamment à son joli but. Mertens est devenu au passage le meilleur buteur de l’histoire du Napoli avec 121 unités.