Le Groupama Stadium accueillait la première demi-finale de Coupe de la Ligue BKT entre l’Olympique Lyonnais, en 4-3-3, et le Lille OSC, en 4-4-2. Les Dogues se procuraient la première situation chaude de la partie. Jonathan Ikoné, lancé par Renato Sanches sur la droite de la surface de réparation, enlevait trop sa frappe (6e). Sanches, très actif en début de rencontre, récupérait un nouveau ballon haut et décochait une frappe à ras de terre qui, malgré sa puissance toute relative, terminait au fond des filets de Ciprian Tatarusanu (0-1, 13e).

Pour une main de Gabriel, l’OL obtenait quelques minutes plus tard un penalty, validé par la VAR. Moussa Dembélé, supervisé ce mardi soir encore par Manchester United, ne se faisait pas prier pour remettre les deux équipes à égalité (1-1, 17e). Les débats restaient équilibrés, les duels âpres, les fautes nombreuses. Houssem Aouar trouvait Bertrand Traoré au deuxième poteau. La reprise acrobatique du Burkinabé, courtisé par plusieurs écuries de Premier League, passait de peu à côté (38e). Score à la pause (1-1).

Aouar dégaine, Rémy égalise

Les hommes de Rudi Garcia revenaient bien des vestiaires avec de belles incursions de Jonathan Ikoné (46e et 49e). Dembélé, repris in extremis par José Fonte (53e), et Traoré, d’une frappe écrasée non cadrée (54e), remettaient les Gones dans le sens de la marche. Le rythme retombait quelque peu, entre fautes et approximations techniques. Peu d’occasions franches à se mettre sous la dent, hormis une tête décroisée de Dembélé (74e). Loïc Rémy, entré quelques instants plus tôt, était tout proche de redonner l’avantage aux siens sur un service de Benjamin André (81e).

Aouar, lui, ne laissait pas passer l’occasion de mettre les Rhodaniens à l’abri. Le milieu offensif perforait la défense lilloise et armait un tir flottant qui trompait Jardim pour terminer dans le petit filet opposé (2-1, 85e). On pensait l’OL qualifié, mais Rémy allait égaliser sur un penalty concédé par Rafael pour une faute sur Jonathan Bamba (2-2, 90e +3). Les Lyonnais remportaient la séance de tirs au but (4 à 3) grâce à un bon Tatarusanu et se qualifient pour la finale de Coupe de la Ligue BKT au Stade de France, contre Reims ou le Paris SG.

Revivez le film du match grâce à notre live commenté

L’homme du match : Tatarusanu (6,5) : le numéro 2 au poste de gardien de l’OL n’a pas fait grand-chose en première période tant le niveau technique était bas. Il était peut-être un peu trop avancé sur le but de Renato Sanches l’empêchant de se détendre et de couvrir son angle de façon efficace (13e). Toujours pas beaucoup de travail en seconde période, il sort du poing devant Osimhen. Il s’impose devant Loïc Rémy sur une frappe dans la surface (84e). Il est pris par la panenka de Rémy sur le penalty de l’égalisation (90e +3). Il stoppe le premier tir au but, celui de Bamba avant de voir Renato Sanches tirer à côté et offrait donc aux siens la finale de la Coupe de la Ligue.

Olympique Lyonnais :

- Tatarusanu (6,5) : voir ci-dessus.

- Rafael (3) : on se demande comment ce Rafael a pu être un joueur un jour du Manchester United sous Sir Alex Ferguson tant il semble loin de ce niveau. Défensivement, il a été limite, mais le nombre d’erreurs techniques dans sa relance montre bien qu’il n’est pas vraiment en confiance. Il est plus monté en seconde période, sans être efficace. Il est fautif sur Bamba amenant le penalty marqué par Loïc Rémy (90e +3).

- Marcelo (4) : s’il a été plutôt bon avec les supporters après la rencontre face aux Girondins de Bordeaux, le défenseur brésilien peine un peu sur le rectangle vert. Toujours aussi faible dans la relance, il a aussi été bousculé par Victor Osimhen. Il a peiné à prendre l’attaquant lillois en un contre un tout au long de la première période.

- Denayer (5) : le défenseur belge est peut-être le seul élément de cette défense qui semblait à peu près au niveau dans cette défense lyonnaise. C’est lui le dépositaire de la première relance. Il a souffert dans quelques duels, mais s’est montré relativement tranchant dans ses interventions malgré tout. Plus serein en seconde période, son bloc évoluant plus haut.

- Marçal (5,5) : si l’OL cherche un latéral gauche, il y a une raison. Sur le but de Renato Sanches (13e), il défend n’importe comment et est bien trop loin du Portugais. En première période, il est trop peu monté pour proposer dans son couloir et a eu la chance que Sanches ne soit pas un monstre de vitesse. Beaucoup mieux en seconde période, il sauve son équipe devant Osimhen d’un sublime tacle en pleine surface (69e).

- Mendes (4) : le milieu de terrain brésilien retrouvait son ancienne équipe en ce mardi soir et en première période il a été l’exemple même de la défaillance technique. Peu à l’aise dans les duels et dans la relance, il a perdu de nombreux ballons et n’a franchement pas été au niveau en première période. Un peu de mieux en seconde période quand les siens avaient le ballon. Il marque son tir au but.

- Caqueret (3,5) : le jeune Lyonnais enchaîne les rencontres en ce moment. Mais rien n’était simple ce mardi soir. Il a semblé peiner un peu physiquement, perdant de nombreux duels et se retrouvant souvent au sol. Match très compliqué, remplacé par Lucas Tousart (53e). Son entrée en jeu coïncide avec le fait que l’OL a eu plus le ballon. Tranchant dans ses interventions.

- Aouar (6) : il a été le seul un peu au niveau du côté Olympique Lyonnais au milieu de terrain tentant de se projeter vers l’avant et de dribbler ses adversaires. C’est d’ailleurs sur son côté gauche que les principales actions offensives dangereuses se sont déroulées en première période. Toujours aussi inconsistant en seconde période, il offre la victoire à l’OL après un sublime rush et une belle frappe (85e). Remplacé par Joachim Andersen (90e).

- Traoré (5,5) : pisté par Bournemouth, Bertrand Traoré a été en jambes en cette soirée de Coupe de la Ligue BKT. Le Burkinabé n’a d’ailleurs pas été très loin d’inscrire un sublime but d’un ciseau acrobatique (38e) puis un autre sur une frappe trop croisée quelques instants plus tard (42e). Toujours en aussi bonnes dispositions en seconde période, il n’a pas pu être décisif. Remplacé par Martin Terrier (68e). Le joueur, formé au LOSC, ne s’est pas vraiment montré lors des vingt dernières minutes, mais a marqué son tir au but.

- Dembélé (6) : Moussa Dembélé a peu de ballons, mais il tente de les utiliser comme il peut. C’est ainsi qu’il a dû beaucoup jouer de son physique pour tenter de conserver les ballons et les emmener vers le but de Leonardo Jardim, ce qu’ont dû apprécier les émissaires de Manchester United présent ce soir. Il marque le penalty avec du sang froid (17e). Il a eu plus d’occasions en seconde période avec une frappe non cadrée et une tête trop croisée (75e). Il a marqué son tir au but.

- Cornet (4,5) : repositionné cette fois au poste d’ailier, alors qu’il avait évolué au poste de latéral gauche ces derniers temps, l’ex-Messin ne s’est pas beaucoup montré en première période, mais sa seule action individuelle a été récompensée. C’est sur un de ses débordements et de ses centres que Gabriel fait une main provoquant le penalty pour l’OL (17e). Il a été plus présent en seconde période et est venu aider Marçal défensivement plus efficacement. Il marque son tir au but.

LOSC :

- Jardim (4) : battu sur le penalty de Dembélé (17e), le gardien auriverde n’a pas pris de risque sur un déboulé de Traoré (41e). Un peu fautif sur le but d’Aouar (85e) avec une lecture de la trajectoire compliquée du ballon, il s’est révélé assez précis dans le jeu au pied. Peu en réussite sur la séance de tirs au but.

- Pied (3,5) : le latéral droit, qui faisait son retour à Lyon, où il a été formé, était plutôt discret en première période, avec peu de montées. Solide au retour des vestiaires, il a semblé tirer la langue après l’heure de jeu. Remplacé par Djalo (70e). Le jeune Lusitanien ne revient pas de manière assez incisive sur le but d’Aouar (88e)

- Fonte (5) : un tacle rageur en fin de première période et des duels remportés face à Dembélé. Un retour énorme devant ce même Dembélé qui vaut presque un but (53e). Sérieux et bien placé la majeure partie de la rencontre.

- Gabriel (4) : sa main dans la surface a coûté le penalty de l’égalisation, mais le Brésilien, qui s’est montré plutôt à l’aise dans la relance par ailleurs, a traîné cette erreur comme un boulet.

- Reinildo (4) : assez actif sur son flanc gauche, l’ancien de Belenenses a alterné le bon, comme ce centre (9e) et cette montée pleine d’autorité (19e), et le moins bon, face à un Bertrand Traoré remuant. Averti (59e).

- André (5) : son expérience et son placement lui ont permis de récupérer pas mal de ballons, d’obtenir beaucoup de coups francs et de casser le rythme d’une rencontre, qui ne s’est finalement jamais vraiment emballée. Un tir au but transformé.

- Soumaré (5,5) : le jeune milieu de terrain s’est montré très actif à la récupération. Souvent bien placé entre les lignes, il a gratté beaucoup de ballons grâce à de belles anticipations. Propre à la distribution dans l’utilisation du cuir. Remplacé par Luiz Araujo (86e).

- Renato Sanches (4,5) : le Portugais a démarré le match tambour battant, avec une bonne récupération haute et une passe pour Ikoné (6e). Il a ouvert le score sur une frappe bien placée à défaut d’être puissante (13e). Il a ensuite été en difficulté au duel face à Marçal en fin de première période et moins précis lors du second acte. Peu inspiré sur coups de pieds arrêtés. Il rate son tir au but décisif en toute fin de séance.

- Bamba (4,5) : volontaire dans le pressing, l’ancien Stéphanois n’a pas toujours été inspiré dans ses choix balle au pied. Il obtient le penalty de l’égalisation de Rémy en toute fin de rencontre. Malheureusement, il rate sa tentative lors de la séance de tirs au but.

- Ikoné (3,5) : hormis une frappe trop enlevée (6e) et deux centres contrés (47e, 50e), l’international tricolore n’a pas spécialement brillé sur la pelouse du Groupama Stadium. Remplacé par Rémy (78e). Sa frappe (82e) n’a pas trompé la vigilance de Tatarusanu. Décisif sur son penalty égalisateur plein de sang froid (90e +3).

- Osimhen (5) : une énorme activité ce soir encore pour le Super Eagle. L’attaquant a balayé le front de l’attaque lilloise. À l’origine de l’ouverture du score (13e), il manque toutefois de spontanéité sur un centre d’Ikoné (50e). Un tir au but réussi lors de la séance.