« Elle est censée être proche. Elle sera proche. Mais ce ne sera pas forcément la même ». Vendredi dernier, avant le match contre les États-Unis, Didier Deschamps annonçait la couleur. Oui, la composition de départ pour ce dernier match de préparation ressemblerait énormément à celle face à l’Australie samedi (match France-Australie à suivre en direct commenté sur Foot Mercato). Mais voilà, la mauvaise prestation d’ensemble face aux USA conjuguée aux états de forme incertains de certains éléments a fait mentir le sélectionneur national.

Car ce jeudi, au lendemain d’une session d’entraînement des Bleus, la presse française annonce un onze de départ plus largement modifié. Déjà sur le choix des latéraux. Djibril Sidibé est en ballottage sur sa présence même pour l’ensemble du Mondial. Plutôt bon lors de ses apparitions, Benjamin Pavard devrait donc être titularisé face à l’Australie, une sacrée surprise quand même par rapport à son passé récent en équipe de France. À gauche, autre raison mais effet similaire, c’est la doublure de Benjamin Mendy, Lucas Hernandez, qui devrait débuter. Et ce parce que Blaise Matuidi pourrait lui s’asseoir sur le banc.

Dembélé pour amener plus de profondeur

En effet, Deschamps est prêt à titulariser Corentin Tolisso, qui prendrait le rôle de relayeur axe droit, ce qui décalerait Paul Pogba dans son rôle préféré de relayeur axial gauche. Conséquence : cela pousse Matuidi sur le banc. Or, le gaucher amène plus de garanties défensives que Pogba, et couvre mieux les montées régulières de Mendy. Pour ne pas offrir un couloir gauche trop déserté à ses adversaires, Deschamps privilégierait donc le profil plus défensif de Lucas Hernandez. D’autant que côté gauche, c’est bien Ousmane Dembélé qui pourrait être présent.

C’est la dernière surprise concoctée par Didier Deschamps, peu satisfait du trio Griezmann-Giroud-Mbappé lors du match contre les États-Unis. Les trois hommes se sont marchés sur les pieds dans l’axe. Le sélectionneur veut amener de la largeur et de la profondeur au jeu français et le trident Dembélé-Griezmann-Mbappé, séduisant contre l’Italie, apparaît comme une solution plus adéquate. Reste à savoir s’il saura percer le coffre-fort australien, qui a bien noté la tactique adoptée par les Américains au Groupama Stadium et qui risque donc de présenter un bloc défensif très bas.