Le 15 juillet dernier, la France affrontait la Croatie en finale de la Coupe du monde 2018. À la pause, les Bleus menaient deux buts à un, grâce à deux réalisations sur coups de pied arrêtés (Mandžukić contre son camp et Griezmann sur penalty). C’était donc sans être flamboyant dans le jeu que les Tricolores étaient devant. Et cette situation n’a pas plu au sélectionneur, Didier Deschamps, qui a révélé le contenu de sa causerie à la mi-temps de ce match capital, qui allait conduire à la deuxième étoile française : « j’étais content, oui, du résultat, mais pas de la manière, on ne faisait pas la finale qu’on voulait faire, a indiqué DD à nos confrères du Point. On n’était pas relâchés, on avait le frein à main, alors que les Croates étaient libérés, détendus. Je leur ai dit d’aller au bout, on est trop dans l’entre-deux, on ne fait pas les choses à fond. Psychologiquement, cette finale est très compliquée. On était endormis, on subissait. Je leur ai dit de jouer vraiment le match. »

Il a avoué avoir été « marqué » par la causerie de son sélectionneur Aimé Jacquet, lors de la Coupe du monde 1998, sans pour autant en emprunter des éléments pour son propre discours : « j’ai emmagasiné des connaissances au contact d’Aimé Jacquet, comme avec d’autres, mais ce ne sont pas des expériences auxquelles je fais référence avec mes joueurs. Ce n’est pas leur histoire. » Finalement, les paroles de Didier Deschamps ont porté leurs fruits puisqu’au retour des vestiaires, les Bleus ont marqué par deux fois dans le jeu (Pogba à la 59e et Mbappé à la 65e), remportant finalement la partie 4-2.