Après une interminable attente pour tous les amoureux du ballon rond, la finale de la Coupe du Monde entre l’équipe de France et la Croatie allait bientôt rendre son verdict. Dans un stade Luzhniki plein à craquer, les deux nations européennes s’offraient une ultime bataille pour décrocher le Graal. Et pour s’installer sur le toit du monde, Didier Deschamps optait pour un 4-2-3-1 et s’appuyait sur le onze victorieux face à la Belgique (1-0). Côté croate, Zlatko Dalic alignait un 4-1-4-1. Un temps incertain, Perisic tenait bien sa place. Dès les premières minutes, la Croatie obtenait la possession et tentait de mettre la pression devant les buts de Lloris. Face à la détermination et au pressing croate, les Bleus enchaînaient les erreurs techniques.

Après avoir laissé passer l’orage dans le premier quart d’heure, l’équipe de France obtenait un coup-franc suite à une faute sur Griezmann. Le numéro sept français se chargeait du coup-franc dévié dans son propre but par Mandzukic (1-0, 19e). Malheureusement pour les joueurs français, la sélection croate ne rendait pas les armes. Sur un coup-franc tiré par Modric, Vida remettait de la tête pour Perisic qui se débarrassait de Kanté et ajustait Lloris d’une frappe tendue (1-1, 29e). Mais cette finale allait nous procurer d’autres émotions fortes. Sur un corner de Griezmann, Blaise Matuidi déviait le ballon de la tête mais Perisic touchait le ballon de la main. Avec l’assistance vidéo, l’arbitre de la rencontre indiquait le point de penalty. Antoine Griezmann prenait à contre pied Subasic (2-1, 38e sp). Les hommes de Zlatko Dalic se montraient dangereux sur chaque phase arrêtée.

La boulette de Lloris aurait pu être préjudiciable

Au retour des vestiaires, les Bleus se procuraient une opportunité. Sur un long ballon, Olivier Giroud filait seul au but, se retournait, et alertait Griezmann dont la frappe n’inquiétait pas Subasic (47e). La Croatie réagissait rapidement avec Rakitic à la baguette qui lançait Rebic dont la frappe était déviée magnifiquement par Lloris en corner (48e). Les Bleus opéraient en contre avec Pogba qui lançait dans la profondeur Mbappé sur la droite qui butait sur Subasic (52e). Au bord de la rupture, l’équipe de France faisait le break. Sur un contre, Pogba lançait Mbappé sur la droite, dont le centre arrivait sur Griezmann qui remisait sur Pogba qui sur sa deuxième tentative du gauche trompait Subasic (3-1, 59e).

L’équipe de France prenait le large sur une contre attaque menée par Lucas Hernandez sur la gauche qui alertait Kylian Mbappé dont la frappe tendue à l’entrée de la surface trompait Subasic (4-1, 65e). Alors que le match semblait sous contrôle pour la France, Hugo Lloris se déchirait sur une passe anodine d’Umtiti et permettait à Mandzukic de relancer les siens (4-2, 69e). La fin de match était totalement relancée et les hommes de Zlatko Dalic puisaient dans leurs ressources physiques. Fraîchement entré en jeu, Nabil Fekir tentait sa chance sur la droite mais n’inquiétait pas Subasic (86e). L’équipe de France ne vacillait pas et s’offrait son deuxième titre de champion du monde !

Retrouvez le film du match sur notre live commenté.

L’homme du match : Griezmann (8,5) : son premier quart d’heure fut une traversée du désert où il n’a touché qu’un ballon. Il est à l’origine de l’ouverture du score française où son coup-franc enveloppé pousse Mandzukic à la faute (1-0, 19e). Il est à l’origine du penalty concédé par la Croatie pour une main de Perisic sur une tête de Matuidi. Grizou ne tremble pas au moment de convertir le penalty (2-1, 38e). Sa remise sur le centre de Mbappé permet à Pogba de marquer le troisième but français (3-1, 59e). Il s’est sacrifié en fin de match en allant au combat et en conservant le ballon dans les moments chauds. Une prestation XXL.

France

- Lloris (4,5) : le capitaine des Bleus qui n’a absolument rien eu à faire dans le premier acte, ne peut que s’incliner sur la superbe frappe tendue de Perisic (1-1, 28e). Il sauve les siens en déviant une lourde frappe de Rebic (48e). Il ne se démonte pas en anticipant sur un long ballon mal négocié par Varane (49e). Il commet une erreur incroyable sur une passe anodine d’Umtiti qui permet à Mandzukic de relancer les siens (4-2, 69e). Une erreur qui n’a heureusement pas été préjudiciable pour les Bleus.

- Hernandez (6) : le joueur de l’Atlético de Madrid ne s’est pas démonté dans le premier quart d’heure face à Perisic même si ce fut parfois compliqué pour lui. Il est pris dans le domaine aérien sur la remise de Vrsaljko qui amène l’égalisation (1-1, 29e). Souvent mis en difficulté dans son couloir, il est décisif sur sa première montée du match où il montre son aisance technique avant de servir Mbappé pour le quatrième but français.

- Umtiti (7) : le joueur du FC Barcelone a bien tenu la baraque dans le premier quart d’heure au plus fort de la pression croate. Ses interventions furent souvent salvatrices pendant cette période. Il n’a pas hésité à se jauger dans l’impact physique. Il est impliqué malgré lui sur le deuxième but croate où Lloris tergiverse sur sa passe anodine (4-2, 69e). L’ancien Lyonnais n’a jamais cédé face aux assauts croates, un vrai taulier ce soir.

- Varane (6) : le numéro cinq des Bleus n’a rien lâché au plus fort de la domination croate, notamment dans le domaine aérien. Le joueur du Real Madrid s’est évertué à relancer proprement malgré le pressing exercé par la Croatie. En difficulté en début de second acte ou il a paru emprunté. Il s’est montré plus solide sur la fin de match où il a brillé dans le domaine aérien.

- Pavard (5) : le latéral droit français a connu une entame compliquée face à Rebic et ses appels incessants. Il n’a pas pu apporter énormément sur le plan offensif dans le premier acte. Au bord de la rupture, il a fait preuve cependant de beaucoup de courage et n’a jamais rendu les armes.

- Kanté (4) : le petit milieu tricolore a éprouvé quelques difficultés en début de match où il a fait preuve d’un inhabituel déchet dans ses transmissions. Il provoque le coup-franc qui amène l’égalisation de Perisic (1-1, 29e). Son carton jaune précoce ne lui permet pas de sortir comme voulu sur Perisic avant sa frappe sur l’égalisation croate. Il a perdu un nombre incalculable de ballons sur ce match. Remplacé à la 55e par Nzonzi qui a bien solidifié le milieu français en apportant sa puissance dans les duels.

- Pogba (7,5) : la Pioche s’est évertué à jouer simple et à orienter le jeu de son équipe. Il n’a pas hésité à venir prêter main forte à ses défenseurs quand les circonstances l’exigeaient. Se fait prendre dans le domaine aérien sur la déviation de Vida qui amène l’égalisation de Perisic (1-1, 29e). Le milieu de Manchester United fait tout sur le troisième but français. Il lance en profondeur Mbappé avant de tromper du gauche Subasic (3-1, 59e). Son implication, sa clairvoyance et son sacrifice sont à souligner.

- Matuidi (6) : il a essayé de bloquer son couloir et d’aider Hernandez au maximum notamment dans le premier quart d’heure. L’ancien parisien a pu plus évoluer vers l’avant après le but français. Il se fait prendre également sur la dernière déviation de la tête croate qui permet à Perisic d’égaliser (1-1, 29e). Le joueur de la Juventus a fait comme à son habitude un match courageux. Remplacé à la 73e par Tolisso qui a effectué une entrée sérieuse et disciplinée sur le plan tactique.

- Griezmann (8,5) : voir ci-dessus.

- Mbappé (6) : sa première demi-heure ne fut pas exceptionnelle. Il n’a pas réussi à peser comme à l’accoutumée grâce à sa qualité de percussion où sa technique, un premier acte très discret de la part de la pépite parisienne. Il se procure sa première opportunité sur une passe en profondeur de Pogba mais bute sur Subasic (52e). Son appel en profondeur fut dévastateur sur le troisième but français de Pogba (3-1, 59e). Bien alerté par Hernandez sa frappe tendue est imparable pour Subasic sur le quatrième but (4-1, 65e). Il est redescendu prêter main forte à ses coéquipiers en fin de match.

- Giroud (5) : toujours dans le sacrifice, il s’est frotté aux défenseurs centraux dans le domaine aérien sans pour autant obtenir des déviations précieuses pour ses partenaires. Il ne rechigne jamais à aller dans le duel physique. Il n’a pas hésité à venir défendre, se montrant solidaire vis à vis de ses partenaires. Remplacé à la 81e par Fekir qui s’est montré précieux dans la conservation du ballon.

Croatie

- Subasic (4) : le gardien de l’AS Monaco a vécu une soirée compliquée. Il ne peut rien se reprocher sur l’ouverture du score, le ballon étant dévié par Mandzukic, ni sur le deuxième but des Bleus, oeuvre de Griezmann sur penalty. Sur la frappe de Pogba, il est également masqué par sa défense, mais sur le quatrième but bleu, il peut bien mieux faire. Au final, la France a peu tiré mais a beaucoup marqué. Sans être responsable, il n’a pas été décisif. Au niveau des bonnes interventions, pas grand chose à signaler si ce n’est cette sortie sur Mbappé notamment (52e)

- Vrsaljko (5) : le latéral droit croate a été un peu en-dessous de son niveau habituel. Il fait la différence en gagnant son duel aérien avec Lucas Hernandez sur le premier but de sa sélection (1-1, 39e), mais en dehors de ça, on ne l’a que trop peu vu. Le joueur colchonero a aussi été moins participatif dans l’élaboration du jeu offensif que lors des rencontres précédentes. Défensivement, il n’a pas spécialement souffert.

- Lovren (6) : le défenseur central de Liverpool s’est montré au niveau cet après-midi. Son caractère et son leadership ont permis à l’équipe croate de rester assez tranquille derrière, ce qui peut sembler paradoxal au vu du score final de la rencontre. Il a bien muselé Olivier Giroud, empêchant le joueur des Blues de prendre l’avantage dans les airs, tout en étant tout aussi efficace dans le jeu au sol.

- Vida (6) : celui qui a été une des révélations de ce Mondial a aussi été très serein derrière, et comme c’est le cas pour son compagnon de charnière, il n’a pas grand chose à se reprocher dans cette lourde défaite de sa sélection. Plusieurs interventions décisives, comme cette contre-attaque coupée avec un tacle bien senti devant Griezmann (56e), des duels aériens gagnés, un placement toujours impeccable et une relance globalement propre.

- Strinic (5) : un temps incertain, le latéral gauche était finalement présent au coup d’envoi de la rencontre. Une rencontre en demi-teinte dira-t-on, puisqu’il a été assez bon dans l’aspect offensif. Il a souvent mis Benjamin Pavard en difficulté, avant de centrer vers la surface. En revanche, défensivement il a été un peu en difficulté et a laissé pas mal d’espaces derrière ; et les Français en ont souvent profité. Il a laissé sa place à Pjaca (81e) qui n’a pas pu montrer quoi que ce soit.

- Brozovic (6) : devant sa défense, il a effectué un gros travail défensif pour empêcher les milieux tricolores de trouver Giroud et compagnie. Il a sillonné l’entrejeu, dépensant énormément d’énergie dans les labeurs défensifs, ce qui lui a probablement enlevé du jus pour se montrer sur les séquences offensives. Ce qui ne l’a pas empêché de se montrer assez propre dans ses transmissions. Une bonne science du placement et une bonne vision du jeu aussi, venant souvent servir d’appui à Rakitic ou Modric.

- Rakitic (5,5) : le Barcelonais a été un peu trop discret en première période, malgré quelques belles ouvertures bien senties. On l’attendait un peu plus dans le cœur du jeu ; même s’il faut dire que le style choisi par le sélectionneur croate pour ce match ne le favorisait pas forcément. Au retour des vestiaires, on l’a senti plus tranchant par séquences, avec ce caviar pour Rebic notamment (47e), mais c’était trop insuffisant quand on sait ce qu’il est capable de faire.

- Modric (5,5) : le maestro de la Hrvatska a rendu une bonne copie, et toutes les offensives de son équipe sont passées par ses pieds. Toujours propre, il a su briser des lignes balle au pied ou via des passes bien calculées pour ses partenaires.
Mais comme pour Rakitic, on a cependant trop attendu ce petit coup de génie qui aurait fait la différence, et qui n’est finalement jamais venu.

- Perisic (6) : lui aussi était incertain, mais il a finalement pu tenir son rang. Pour le plus grand bonheur des Croates. Il a rapidement permis aux siens d’égaliser avec un superbe enchaînement dans la surface (1-1, 29e). En revanche, c’est lui qui met la main et concède ce penalty qui remet la France dans le match. L’Interiste a cependant été dans tous les bons coups devant, débordant, jouant entre les lignes. On notera tout de même un peu de maladresse dans le dernier geste.

- Rebic (5,5) : en sorte d’électron libre aux côtés d’un Mandzukic qui aspirait tous les ballons, ses appels ont été très utile pour libérer des espaces pour le joueur de la Juventus. Lorsqu’il a eu des situations exploitables, il en a profité, avec cette belle occasion sortie par Lloris (47e). On l’a cependant senti de plus en plus carbonisé au fur et à mesure que la rencontre avançait. Kramaric a pris sa place à la 71e minute mais n’a pas réellement eu de possibilités pour se montrer.

- Mandzukic (6,5) : peu chanceux, il met la France devant en envoyant le ballon au fond de ses propres filets peu avant la 20e minute de jeu. En dehors de ce malencontreux fait de match, il a fait vivre une soirée très compliquée à l’arrière-garde croate. Il a pris presque tous les ballons dans le jeu aérien devant, jouant en déviation. Il signe le deuxième but croate, allant mettre la pression sur Hugo Lloris (69e). Belle prestation en somme.