À 31 ans et après avoir découvert le monde professionnel il y a deux saisons avec Quevilly-Rouen, Gary Marigard est aujourd’hui libre comme l’air. Le latéral droit est à la recherche d’un nouveau challenge. L’international guyanais a connu deux saisons compliquées avec notamment une rupture des ligaments croisés. Une blessure qui a fait de lui un nouvel homme, qui veut désormais prouver à qui veut l’entendre qu’il est opérationnel et plus motivé que jamais à l’idée de retrouver son meilleur niveau. Avis aux amateurs.

FM : Gary, vous avez connu une grave blessure et deux saisons difficiles, comment ça va ?

Gary Marigard : après une saison 2016-17 où on a validé la montée en L2, le coach ne m’a pas trop fait confiance malgré quelques matches de Coupe de la Ligue et quelques bancs de L2. Mais je me suis accroché. L’année dernière, malgré les sollicitations que j’avais eues, j’ai décidé de rester au club en National parce que nous étions descendus en National. J’ai commencé à jouer après une bonne préparation en National, mais malheureusement je me suis fait les ligaments croisés. Aujourd’hui, je suis totalement remis de cette blessure. J’ai le feu vert des médecins et du chirurgien pour reprendre la compétition.

FM : pour ceux qui doutent de votre capacité à retrouver votre meilleur niveau, qu’avez-vous à leur dire ?

GM : c’est vrai qu’après une blessure comme ça, beaucoup de gens pensent qu’on ne retrouve pas son niveau. Mais moi, j’ai fait deux séjours à Capbreton en rééducation avancée, début de réathlétisation et une seconde période où j’ai été à mes six mois pour faire une réathlétisation, prépa physique pour pouvoir être apte à 100 % dans le club dans lequel je signerais pour pouvoir retrouver mon meilleur niveau le plus rapidement possible. Cette blessure, elle m’a fait prendre du recul. Avant cette blessure, il y avait des choses que je ne travaillais pas, et maintenant il y a beaucoup de paramètres qui sont rentrés en compte et je bosse beaucoup plus. Je continuerais à bosser encore plus afin d’être meilleur et pour éviter les blessures.

FM : en fin de contrat, vous cherchez un nouveau club. Avez-vous quelques contacts ?

GM : je suis en fin de contrat pro à Quevilly Rouen au 30 juin. Je suis opérationnel pour pouvoir jouer dans n’importe quel club. Certains clubs ont été réticents par rapport à ce que j’ai eu. Mais je tiens à leur dire que je suis totalement guéri et remis. J’ai des contacts et des prises d’information de clubs, mais pour le moment rien de concret. Je suis à l’écoute de tout projet et j’ai envie de montrer de quoi je suis capable et ils peuvent me faire confiance sur le travail que je ferais et sur ma capacité à travailler.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10