Lorsqu’il est arrivé en Andalousie cet été, le portier italien ne semblait pas partir en tant que titulaire. Sergio Rico, gardien formé en club et déjà appelé en sélection, offre des prestations extraordinaires dans les cages sévillanes, à tel point qu’il a été troisième gardien de la Roja à l’Euro. Mais Sirigu a tout de même eu des opportunités, titularisé notamment chez Eibar, où il n’avait déjà pas été très en vue, et hier, chez l’Athletic. Sur la pelouse de San Mamés, l’ancien du PSG a fait étalage de ses lacunes balle au pied, n’a pas été irréprochable sur les deux buts et a même été expulsé en toute fin de rencontre, après un coup de coude dans le dos d’Aduriz.

Dans les deux quotidiens nationaux les plus importants, à savoir AS et Marca, le portier n’a même pas récolté la moindre étoile ni le moindre trèfle, trois étoiles/trèfles étant la note maximale ! Marca a notamment mis l’accent sur l’expulsion du gardien dans sa version papier : « il a perdu la tête. Son rouge est inexplicable ». Mais pas que... « Salvatore Sirigu arrivait avec l’étiquette de gardien expérimenté qui pouvait faire monter le niveau à ce poste, mais lors de son deuxième match, l’Italien a semblé déterminé à mettre fin au débat pour savoir qui de Rico ou lui doit occuper la place », peut-on lire sur la version espagnole de Goal.

L’édition sévillane de El Desmarque n’a pas été tendre nonplus : « au Madrigal, Sergio Rico a sauvé Séville, à San Mamés, il n’était pas là, c’était Sirigu, parce que Sampaoli a opté pour une rotation absurde pour ne pas fâcher l’Italien qui commence à coûter cher. La performance du gardien transalpin a été désastreuse. [...] Aduriz a puni de façon méritée Séville pour son match timide, a puni Sirigu, et Sampaoli pour l’avoir choisi sans raison ». De son côté, l’entraîneur argentin a tenu à défendre son portier. « C’est une action anodine. On ne devrait pas analyser un moment d’anxiété comme celui-ici », a expliqué Sampaoli. Quoi qu’il en soit, si l’Italien venait à reproduire de mauvaises performances dans les semaines à venir, c’est bien l’Argentin qui pourrait en prendre pour sa pomme...