Dans le cadre de la vingtième journée de Ligue 1, le Paris Saint-Germain se déplaçait au stade Crédit Agricole de la Licorne pour y affronter Amiens. Battu par l’En Avant de Guingamp (2-1) en Coupe de la Ligue mercredi au Parc des Princes, le PSG voulait renouer dès cet après-midi avec le succès. Pour y parvenir, Thomas Tuchel alignait un 4-3-3 avec la titularisation notamment de Daniel Alves dans l’entrejeu et du trio Di Maria, Cavani et Mbappé en pointe. Côté picard, Christophe Pelissier optait également pour un 4-3-3 avec le trio Gnahoré, Timite, Mendoza en attaque. Amiens réalisait une bonne entame de match et se procurait la première opportunité du match. Sur la gauche, Dibassy centrait pour Timité qui remisait pour Lefort au point de penalty mais sa frappe filait juste au-dessus (5e). Le PSG réagissait sur un corner tiré par Di Maria, Bernat remisait pour Draxler mais sa frappe était repoussée par Gurtner (8e).

Les joueurs de Thomas Tuchel s’enhardissaient au fil des minutes. Sur la gauche, Mbappé alertait Bernat dans la surface mais la frappe tendue du latéral gauche était renvoyée par la défense picarde (14e). Une minute plus tard, Marco Verratti distillait un caviar pour Mbappé qui butait sur Gurtner. Il fallait attendre la 34ème minute pour revoir une nouvelle occasion du PSG. Bien servi par Verratti, Mbappé filait devant le but et servait Di Maria sur la gauche, mais la frappe d’El Fideo était détournée en corner par Gurtner. Juste avant la pause, Daniel Alves sur la droite centrait pour Marquinhos dont la tête filait au-dessus (43e). Quelques secondes avant le retour aux vestiaires, Amiens manquait l’ouverture du score. Mendoza filait seul sur la droite et alertait Blin dont le centre dévié par Krafth revenait dans les pieds de Gnahoré. La frappe de l’attaquant amiénois était repoussée par Areola (45+2).

Cavani décante la situation pour le PSG

Au retour des vestiaires, Thomas Tuchel opérait une petite modification tactique et passait en 4-2-3-1 avec Draxler en soutien de Cavani. Juste avant l’heure de jeu, le PSG obtenait un penalty. Sur un corner tiré par Draxler, Di Maria voyait sa frappe repoussée de la main par Blin. L’arbitre n’hésitait pas et indiquait le point de penalty. Edinson Cavani prenait à contre-pied Gurtner pour l’ouverture du score (0-1, 57e). L’international uruguayen inscrivait son onzième but de la saison. Le Paris Saint-Germain assénait le coup de grâce sur une inspiration géniale de Draxler côté droit qui lançait Cavani. El Matador centrait parfaitement pour Mbappé qui poussait le cuir au fond des filets (0-2, 70e).

Paris déroulait en fin de match. Verratti lançait Meunier sur la droite qui centrait pour Diaby dont la frappe était repoussée par Krafth (74e). Le champion de France corsait l’addition avec une initiative personnelle de Draxler qui s’infiltrait dans la surface et voulait servir Cavani. Le cuir revenait à l’international allemand qui centrait pour Marquinhos dont le plat du pied ajustait Gurtner (0-3, 79e). Amiens rendait les armes, et le PSG pouvait gérer tranquillement les opérations. Grâce à son seizième succès en championnat, le Paris SG comptait treize points d’avance sur son dauphin lillois.

Retrouvez le film du match sur notre live commenté.

L’homme du match : Draxler (7) : le milieu allemand s’est procuré la première opportunité parisienne du match, mais sa frappe a été bien repoussée par Gurtner (8e). L’international allemand a essayé de combiner avec Di Maria et Bernat côté gauche avec plus ou moins de réussite. Toujours en mouvement, il a apporté des solutions à ses partenaires. Repositionné en soutien de Cavani dans le second acte, il est à l’origine du penalty obtenu par le PSG sur la frappe de Di Maria (56e). Auteur d’une inspiration géniale qui amène le second but de son équipe (0-2, 70e). Il parachève son oeuvre par une superbe passe décisive pour Marquinhos sur le troisième but (0-3, 79e).

Amiens

- Gurtner (6) : le gardien de 32 ans a, comme souvent cette saison, sauvé son équipe à plusieurs reprises, retardant l’ouverture du score parisienne. Il a commencé par sortir un gros arrêt du bout du pied, sur une frappe de Draxler à bout portant, suite à un corner (8e), puis s’est bien couché sur un extérieur de Mbappé (16e). Il a ensuite fait une belle claquette sur une grosse frappe de Di Maria qui venait de la gauche (34e). Au retour des vestiaires, il a dû s’incliner face à Cavani sur penalty, en étant pris à contre-pied (57e). Il n’a de nouveau rien pu faire sur la frappe de Mbappé (70e), puis sur celle de Marquinhos (79e), en étant abandonné par sa défense.

- Krafth (4) : en difficulté face aux Parisiens, qui ont souvent créés le danger en passant de son côté. Offensivement, il a peu de choses à mettre à son actif, excepté un bon centre à destination de Timite, qui aurait pu faire mal au PSG juste avant la mi-temps (45+1e). Il ne marque pas assez Mbappé sur le but du Parisien (70e). Il sauve en revanche son équipe en contrant une frappe de Diaby (74e).

- Adenon (3) : il a bien contenu les attaquants parisiens pendant la première période, en étant sérieux et engagé, mais son expulsion, avec un deuxième carton jaune pour une faute sur Mbappé (67e), a fait beaucoup de mal à ses coéquipiers. Le deuxième but parisien est arrivé juste après sa sortie (70e). Sinon, il a marché involontairement sur Kylian Mbappé dans la surface en première mi-temps (34e), avant de prendre un premier carton jaune pour une faute sur Cavani (39e), provoquant un moment de tension entre les deux joueurs.

- Gouano (5) : le capitaine amiénois a bien fermé le verrou derrière, en étant présent dans les duels. Il aurait pu être fautif tôt dans le match, lorsqu’il couvre un appel de Cavani, mais heureusement pour lui l’Uruguayen a vendangé l’occasion (13e). Il suit bien Di Maria sur un appel de l’Argentin dans la surface (42e). En deuxième mi-temps il s’est progressivement éteint, laissant plus d’espaces dans la défense amiénoise, pas aidé aussi par l’expulsion d’Adenon (67e).

- Dibassy (4) : peu inquiété par les Parisiens en première période, qui sont plus souvent passés de l’autre côté pour attaquer. Il n’est pas étranger à la mauvaise première mi-temps de Thomas Meunier, en ayant bien couvert sa zone. Il n’a pas été impérial en deuxième mi-temps, laissant Marquinhos seul dans la surface sur le but du défenseur brésilien (79e).

- Monconduit (3,5) : avec ses autres compères du milieu de terrain, il a été présent au marquage des Parisiens en première période, les forçant à passer sur les ailes. Il s’est progressivement éteint en seconde mi-temps, comme le reste de son équipe.

- Gnahoré (4) : touchant peu de ballons, il a bien été au pressing des Parisiens. Le meilleur buteur du club (4 buts cette saison) a eu une grosse occasion juste avant la mi-temps, mais il a buté sur Areola (45+1e). On l’a peu vu en revanche au retour des vestiaires. Remplacé par Otero (75e), qui a tenté de redonner du rythme au milieu amiénois, en vain.

- Blin (4) : une belle activité sur le terrain en première période, avec un bon marquage sur les milieux parisiens. Plusieurs récupérations de balle sont à mettre à son actif. Il est cependant coupable d’une main dans la surface, qui a amené l’ouverture du score de Cavani sur penalty (57e). Il a pris un carton jaune sur le coup pour contestation. Remplacé par Bodmer (75e), qui n’a rien pu faire pour relever le niveau de son équipe.

- Lefort (4) : comme Dibassy, il a bien tenu son côté gauche en première mi-temps, mais n’a pas beaucoup touché de ballons. L’ailier a ensuite été dépassé par les attaques parisiennes en deuxième période, se faisant notamment doubler sur le second but parisien (70e). Offensivement, il est l’auteur d’une frappe puissante en début de match, qui est passée au-dessus de la barre d’Areola (4e). Il n’a en revanche pas été très précis sur ses centres.

- Mendoza (5) : un des Amiénois les plus intéressants du match. Il a fait beaucoup d’efforts, avec plusieurs beaux mouvements à son actif. L’attaquant a créé le danger avec un corner bien tiré (28e), et c’est lui qui a mené le contre amiénois juste avant la mi-temps, en remontant tout le terrain (45+1e). Au retour des vestiaires il a tenté une frappe, non cadrée (50e). Remplacé par Kurzawa (85e) en fin de match, entré en jeu à un moment où la partie était déjà pliée.

- Timite (5) : l’attaquant a eu du mal dans les duels, il n’a pas limité ses efforts en pointe, malgré le fait qu’il était souvent esseulé. Le joueur de 21 ans a beaucoup couru après la balle, réussissant quelques récupérations. En témoigne son corner gagné (27e), alors qu’il était seul en duel face à deux Parisiens. Néanmoins, on l’a senti fatigué en deuxième période, touchant très peu de ballons.

PSG

- Areola (6) : le portier parisien n’a pas eu grand chose à faire dans le premier acte, mais il sauve les siens en repoussant la frappe de Gnahoré avant la pause (45+2). Il n’a rien eu à faire dans le second acte.

- Meunier (5,5) : l’international belge a été relativement discret en première période. Il s’est évertué à bien bloquer son couloir et n’a pas trop participé aux phases offensives de son équipe. Le Diable Rouge s’est beaucoup plus projeté vers l’avant dans la seconde période. Son centre pour Diaby aurait pu être décisif (74e).

- Thiago Silva (6) : le capitaine du PSG a frôlé la correctionnelle sur une ouverture de Krafth, en laissant partir Timite dans son dos, mais sans conséquence pour son équipe (11e). Le défenseur central brésilien s’est vite repris notamment par son sens du placement et de l’anticipation. Il s’est évertué à faire monter le bloc parisien. Sa lecture du jeu lui permet d’anticiper les situations les plus dangereuses. Une rencontre solide.

- Marquinhos (6,5) : titularisé en charnière centrale cet après-midi, le défenseur auriverde s’est montré impérial dans les duels lors du premier acte. Sa complémentarité avec Thiago Silva apporte de la sérénité l’arrière garde parisienne. Bien servi par Alves, sa tête aurait mérité meilleur sort (43e). Récompensé de son sérieux et son exemplarité par un but en fin de match (0-3, 79e).

- Bernat (5,5) : le latéral gauche parisien a démontré une grosse activité dans son couloir. Sa remise astucieuse sur un corner de Di Maria permet à Draxler de se procurer une opportunité (8e). Sa frappe tendue dans la surface aurait mérité meilleur sort (14e). A passé un match sans encombre sur le plan défensif.

- Alves (5) : positionné au milieu cet après-midi, l’ancien joueur du Barça a fait le job en limitant les prises de risque dans ses initiatives. Son bon centre pour la tête de Marquinhos aurait pu être décisif (43e). Sans être un milieu de terrain de formation, il s’est évertué à rester sérieux dans son placement.

- Verratti (6,5) : le petit Italien a démontré une nouvelle fois à quel point il était précieux pour les siens. Capable d’alterner jeu court et jeu long avec aisance, il a insufflé le tempo au jeu parisien. Son ouverture pour Mbappé aurait mérité meilleur sort (15e). L’international italien a encore gratté beaucoup de ballons au milieu. En retard sur la déviation de Krafth qui amène la frappe de Gnahoré (45+2). Son activité et sa générosité dans l’effort restent un modèle du genre. Remplacé par Kurzawa (75e) qui a disputé ses premières minutes de la saison en Ligue 1.

- Draxler (7) : voir ci-dessus.

- Mbappé (5,5) : le champion du monde français s’est montré très actif sur le front de l’attaque parisienne. Bien servi par Verratti, il perd son duel face à Gurtner (15e). Il a disparu de la circulation quelques minutes avant de réapparaître juste avant la pause. L’ancien monégasque aurait pu se muer en passeur décisif sans la parade de Gurtner sur la frappe de Di Maria (34e). A la réception d’un caviar de Cavani, le prodige parisien réalisait le break (0-2, 70e) et inscrivait son quatorzième but de la saison. Remplacé par Choupo-Moting (80e).

- Cavani (6) : El Matador a connu un premier acte compliqué où il n’a eu aucune opportunité à se mettre sous les dents. L’international uruguayen a fait preuve de nervosité par instants. Le meilleur buteur du PSG n’a pas tremblé au moment d’ouvrir le score sur penalty (0-1, 57e). L’ancien Napolitain s’est mué en passeur décisif en distillant un caviar à Mbappé pour le deuxième but parisien (0-2, 70e). Une rencontre qui devrait lui permettre de retrouver une certaine confiance.

- Di Maria (5) : l’ancien Madrilène a réalisé un début de match relativement discret. Pas toujours heureux dans ses initiatives sur le côté, El Fideo aurait pu ouvrir le score sur un service de Mbappé, mais sa frappe était bien détournée par Gurtner (34e). L’international argentin provoque le penalty pour son équipe avec sa frappe repoussée de la main par Blin (56e). Le numéro onze parisien a été plus mordant dans le second acte. Remplacé par Diaby (71e) qui aurait pu marquer sur un centre de Meunier (74e)