Jour de derby à La Beaujoire. Lors de cette 20e journée de Ligue 1, Nantes recevait son voisin et rival Rennes pour une rencontre toujours particulière. Outre la rivalité régionale, cette rencontre tenait un véritable enjeu sportif puisque seuls trois points séparaient les deux formations. Le FCN se présentait en 4-3-3 avec Rongier associé à Touré et Girotto. Devant, Vahid Halilhodzic optait pour un trio offensif composé de Waris, Limbombe et Sala. En face, Julien Fournier, qui n’a toujours pas perdu avec Rennes (dans le temps imparti), organisait son équipe autour d’un 4-2-3-1 avec Ben Arfa en électron libre derrière Niang, et les présences de Bourigeaud et Sarr sur les côtés. André et Grenier occupaient l’entrejeu. Ce milieu de terrain créatif, mais pas vraiment costaud subissait un peu les duels en début de rencontre.

Les tacles volaient un peu dans tous les sens dès les premières minutes. D’ailleurs sur un coup-franc frappé au deuxième poteau, Diego Carlos, laissé étrangement libre, sautait plus haut que tout le monde pour ouvrir le score. La Beaujoire exultait avant de redescendre aussi sec sur terre. L’arbitre invalidait ce but puisque le Brésilien a marqué de la main (6e). Il fallait cet avertissement pour que Rennes se lance et sur le coup de pied arrêté suivant, c’est Da Silva qui prenait le dessus sur Diego Carlos pour débloquer le compteur pour de bon cette fois-ci (0-1, 12e). Les Canaris avaient de quoi l’avoir mauvaise car ce sont bien eux qui réalisaient le meilleur début de rencontre. Il manquait tout de même trop de justesse devant pour leur permettre de revenir.

Nantes regrette les occasions manquées

Sala chipait notamment une balle de but à Rongier, qui arrivait lancé comme un boulet de canon dans la surface (20e). Les impacts devenaient toujours plus lourds et les cartons commençaient à sortir de la poche de M. Buquet (André à la 32e, Girotto à la 38e puis Grenier à la 45e). En cette fin de première période, les Rouge-et-Noir étaient tout de même proche de doubler la mise sur cette frappe de Mexer contrée in extremis (35e). Au retour des vestiaires, les Nantais revenaient avec la même envie, mais se trouvaient toujours handicapés par leur maladresse technique. À l’inverse, Rennes était proche de doubler la mise sans une jambe qui déviait cette frappe de Grenier (47e). Menés au score, les locaux tentaient d’appuyer sur l’accélérateur. Ils trouvaient le haut de la barre sur cette tête de Touré (59e).

Les situations chaudes se multipliaient dans la surface rennaise, d’autant que Boschilia entrait à la place de Girotto. Par deux fois, le souffle de l’égalisation se faisait sentir. Dans les 5,50m, la reprise de Sala se heurtait à un Da Silva devant sa ligne. Sur le ballon suivant, Waris voyait un Limbombe seul au second poteau, qui plaçait sa tête sur le poteau (65e). Quelques minutes plus tard, Rongier pénétrait dans la surface alors que Waris s’écroulait après un contact avec Mexer. Le ballon revenait sur le capitaine nantais qui voyait sa frappe contrée du bras par Johansson (71e). Tout Nantes hurlait au penalty, à juste titre, mais l’arbitre, malgré la VAR, ne revenait pas dessus. Rennes pliait sans rompre à l’image de cette frappe trop molle de Limbombé (79e) et de cette nouvelle opportunité gâchée par Waris (81e). Nantes s’est manqué trop de fois pour espérer revenir et c’est Rennes qui réalise la belle opération en montant à la 6e place.