Un CV de footballeur très riche. Depuis ses débuts en professionnels en 2006, Loïc Rémy a pas mal bourlingué. L’attaquant né en 1987 est passé par l’Olympique Lyonnais, le Racing Club de Lens, l’OGC Nice, l’Olympique de Marseille, les Queens Park Rangers, Newcastle, Chelsea, Crystal Palace, Las Palmas et Getafe. En 2018, le natif de Rillieux-la-Pape a fait son grand retour dans l’Hexagone après être parti à l’aventure. Il a ainsi posé ses valises à Lille au mois de juillet. « Le LOSC est satisfait et fier d’accueillir en ses rangs l’international français Loïc Rémy en provenance de Las Palmas. L’attaquant de 31 ans a paraphé un contrat de deux saisons qui le lie au club lillois jusqu’en 2020 », avait annoncé le club nordiste à l’époque.

13 buts toutes compétitions confondues cette saison

Arrivé pour 1,4 M€, le Français devait apporter son expérience au sein d’une formation lilloise assez jeune. Mais il a fait parfois les frais de la concurrence puisque la Bip-Bip (Bamba-Ikoné-Pépé) mais également Rafael Leão, parti depuis à l’AC Milan, étaient souvent utilisé par Christophe Galtier. Un entraîneur qui a fait appel à 30 reprises à Loïc Rémy l’an dernier, où il a alterné entre titularisations et entrées en jeu. Au total, l’ancien joueur de l’OL et l’OM a trouvé la mire à 7 reprises toutes compétitions confondues. Un bilan mitigé, même si le trentenaire a aidé les siens lors des matches capitaux en fin de saison (4 buts lors des 5 dernières journées de L1). Cette saison 2019-20, le LOSC compte toujours sur l’avant-centre. Et il lui rend bien !

En 28 apparitions toutes compétitions confondues, Loïc Rémy a marqué 13 buts, dont 6 en Ligue 1. Au même stade l’an dernier, il en était à 3 buts marqués au mois de février. Impliqué et appliqué, l’attaquant tricolore est l’un des hommes en forme côté lillois. Depuis le début de l’année civile 2020, il a marqué 7 buts en 12 matches. Il reste d’ailleurs sur un doublé face au TFC le week-end dernier. Un match où il a été au four et au moulin, réussissant notamment 95% de ses passes et gagnant 75% de ses duels. De retour au premier plan, le joueur de 33 ans s’offre une seconde jeunesse, lui qui a avoué récemment en conférence de presse qu’il avait dû se réinventer et que son association avec Victor Osimhen lui plaisait beaucoup.

Rémy arrive à un tournant de son aventure au LOSC

« Quand je suis amené à jouer avec lui en pointe, je sens une forme de complémentarité. Il est athlétique et va vite. Il se bat sur tous les ballons. Moi j’allais vite (rires). Moins maintenant. Je me sens à l’aise avec un deuxième attaquant. Avec une certaine intelligence de jeu, j’arrive à me créer des espaces dans les déplacements. Pour le moment, c’est une bonne association. Mais Victor a joué plus de matches seul en pointe et il l’a très bien fait. J’ai parlé avec le coach. Il m’avait dit qu’il avait en tête ce duo en pointe ». Justement, Christophe Galtier ne tarit pas d’éloges au sujet de son joueur. Début février, il confiait : « Tout le monde est important. Loïc Rémy montre tous les jours à l’entraînement qu’il est disponible pour le groupe. Il l’a montré aussi en coupes. À lui de maintenir son niveau d’efficacité et de trouver une relation encore plus importante avec les 3 de devant. Loïc Rémy a une approche amicale différente avec plus d’humour, de finesse avec les jeunes joueurs. Il les accueille à bras ouverts ».

Le principal intéressé avait évoqué son statut d’ancien dans le groupe. « Je vois ce que l’entraîneur veut dire. Benjamin (André) et José (Fonte), quand ça va moins bien, peuvent être des leaders de motivation. Ce n’est pas que je ne le suis pas. Mais pendant les séances d’entraînement spécifique, je peux avoir tendance à déconner. Je sais faire la part des choses et quand prendre du recul. De par mon poste, je suis plus amené à côtoyer des joueurs comme Jonathan Bamba ou Jonathan Ikoné dans les exercices de finition. Quand il y a un relâchement, on essaie de rectifier tout ça. Mais on a tous un rôle déterminant à jouer. Je suis aussi ici pour orienter les jeunes joueurs qui sont en plein essor ». Une mission qui tient à cœur à un Loïc Rémy qui arrive à un tournant de son aventure lilloise. Le 30 juin prochain, il sera en fin de contrat. Mais cela ne semble pas vraiment le préoccuper. « Une prolongation ? On ne s’est pas encore projeté là-dessus avec les dirigeants. Le focus est d’abord sur les objectifs du club. Je ne veux pas penser à ça car ça peut polluer mon esprit. On le fera au moment voulu. L’envie est là. Je veux marquer l’histoire du club ». Un bel appel du pied à ses dirigeants !