Jeudi dernier, Laurent Blanc a annoncé la surprise Marvin Martin dans la liste de l’équipe de France. Chez les Espoirs, Erick Mombaerts a également offert une première sélection à un jeune Montpelliérain : Fodé Koita. Mais pour lui, cela ne ressemblait pas à une véritable surprise. « Par rapport à mes dernières performances, je m’y attendais un peu. Je me disais que j’avais mes chances », nous a affirmé l’attaquant de 20 ans. Il avait totalement raison. Car en cette fin de championnat, il a gratté de nombreuses minutes de temps de jeu avec l’équipe première du MHSC.

Il a même fêté sa première titularisation face à Lorient lors de la 35e journée, offrant à Olivier Giroud la passe décisive pour l’égalisation (score final 3-1 pour Montpellier). Remarqué pour ses bonnes prestations avec l’équipe des jeunes, qui a gagné la Coupe Gambardella notamment, Fodé Koita aurait pu percer bien plus tôt, mais en a été empêché par plusieurs blessures qui ont retardé son éclosion avec les professionnels. Sa faim de ballons en est décuplée. « Je vais travailler pour pouvoir m’imposer. J’espère avoir montré que j’avais le niveau. Je suis jeune et je dois continuer à bosser, à montrer mes qualités sur la durée, sur une saison entière, pour pouvoir bousculer la hiérarchie », explique-t-il.

Pour cela, il compte s’appuyer sur ses qualités physiques naturelles (1m86, 86 kg). « J’ai un jeu basé sur la vitesse et la puissance. Il me reste à travailler techniquement dos au but. Je suis un attaquant de pointe. Mais je ne revendique rien, je jouerai là où on me dit de jouer ! ». René Girard, l’entraîneur héraultais, l’a d’ailleurs titularisé sur l’aile gauche lors de la rencontre face à Lorient. Un essai concluant pour le jeune homme originaire de Paris, qui a choisi de rallier le centre de formation de Montpellier pour… le suivi scolaire. « Je jouais à Levallois et j’ai été approché par pas mal de formations françaises, comme Auxerre, le PSG, Lille. J’ai finalement opté pour Montpellier parce qu’il y avait un suivi intéressant au niveau de l’école. Et mes parents étaient à cheval sur les études. Et puis Montpellier est réputé pour un bon centre de formation », indique-t-il.

Après avoir subi une fracture de la malléole interne et une déchirure aux ischio-jambiers lors des dernières années, il souhaite désormais connaître une année pleine. « J’arrive à un âge où je dois jouer une saison entière, c’est très important. Il ne faut pas perdre trop de temps. Je vais réfléchir à mon avenir par rapport à cela », glisse-t-il. Sous contrat jusqu’en 2012 avec Montpellier, il ne s’est pas encore vu proposer de prolongation de contrat. Et le club héraultais ferait mieux de ne pas traîner s’il souhaite conserver son ambitieux attaquant.