C’est dans une atmosphère pesante que le FC Nantes doit s’activer durant cette fin de mercato. A trois jours de la clôture du marché des transferts, les Canaris souhaitent absolument se renforcer pour tenter de redresser la barre en championnat. Quinzième de Ligue 1, le club dirigé par Waldemar Kita veut s’éloigner le plus rapidement possible de la zone rouge (5 points d’avance sur le 18e). Sauf que la mission hivernale n’a rien de facile. En attaque, l’entraîneur Vahid Halilhodzic avait fait part de son mécontentement lorsque ses dirigeants avaient pris la décision de vendre Emiliano Sala à Cardiff.

Déçu, le Bosnien avait ensuite fait savoir qu’il serait très compliqué d’engager un remplaçant de qualité. Depuis, le drame de la disparition en mer de Sala s’est produit et a rajouté un aspect encore plus dramatique à l’affaire. Et si les Canaris sont encore bouleversés par cette tragédie, la situation sportive de l’équipe oblige malgré tout la cellule de recrutement à se démener pour renforcer le FCN. Dernièrement, les noms de Valère Germain (Olympique de Marseille) et de Moussa Sylla (AS Monaco) ont été évoqués pour renforcer l’attaque. En vain.

« On peut avoir une grande désillusion et de grands problèmes après »

Le Phocéen penche davantage pour Nice et Ouest-France nous apprend que le Monégasque préfère rester sur le Rocher. Même constat en défense. OF ajoute que Simon Falette (Eintracht Francfort) a dit non, tandis que L’Equipe a révélé que Jordan Ikoko (Guingamp) avait lui aussi décliné la proposition nantaise. Un sacré casse-tête pour des Canaris sans grands moyens. Présent en conférence de presse cet après-midi du côté de la Jonelière, Vahid Halilhodzic n’a d’ailleurs pas caché son pessimisme. « J’ai parlé avec tout le monde. Je ne peux être partout parce qu’en plus en ce moment il y a ce mercato (soupirs)… Certains garçons sont partis et le club doit se renforcer avec au moins trois joueurs sinon on peut avoir une grande désillusion et de grands problèmes après », a-t-il déclaré, avant de poursuivre.

« Il y a deux mercatos. Si vous avez de l’argent, vous pouvez choisir. Si vous n’en avez pas, ce sont les autres qui vous proposent. J’ai besoin d’un défenseur, d’un milieu et d’un attaquant obligatoirement. Mais vous pensez pouvoir trouver un bon joueur sans argent ? C’est ça le problème. Vous ne pouvez rien acheter, que des prêts de six mois. Si vous prenez ce genre de joueur, ce sont des joueurs qui ne jouent pas ou qui ont des problèmes avec leurs clubs. C’est un risque énorme, mais il n’y a pas d’autre solution. Je ne connais pas beaucoup tous les joueurs qui nous ont été proposés. La cellule de recrutement travaille. Les joueurs que l’ont voulait ne peuvent pas venir. Ça complique encore plus la situation. » Quand rien ne va...