Pour le compte de la troisième journée de Ligue des champions, le PSG se rendait au Constant Vanden Stock Stadium pour affronter Anderlecht. Solide leader du groupe B, le club parisien pouvait prendre dès ce soir une option sur la qualification pour les huitièmes de finale. Pour cette rencontre, Unai Emery devait se passer des services de Thiago Silva touché à une cuisse et forfait. Pour le reste, l’artillerie lourde était bien présente avec le trio Mbappé, Neymar et Cavani en attaque. Côté belge, Hein Vanhaezebrouck optait pour un 3-4-3 avec le trio Hanni, Teodorczyk et Gerkens. Dès les premières minutes du match, le PSG prenait le contrôle des opérations. Sur une passe millimétré de Marco Verratti, Kylian Mbappé décalé sur la droite de la surface fusillait le portier belge pour l’ouverture du score (0-1, 3e). Ce but ne paralysait pas l’équipe belge bien au contraire. Sur la droite, Appiah distillait un excellent centre, Onyekuru profitait d’une mauvaise appréciation de Marquinhos pour placer son coup de tête bien capté par Areola (9e).

Les hommes d’Unai Emery souffraient depuis l’ouverture du score. Sur un long ballon d’Hanni en profondeur, Onyekuru prenait de vitesse Alves avant de buter sur Areola (12e). Les vagues belges se succédaient sur le but d’Alphonse Areola. Le portier parisien devait à nouveau s’employer sur une frappe de Teodorczyk (14e). Paris essayait de sortir la tête de l’eau. Sur un contre, Mbappé lançait Cavani qui contrôlait et reprenait le ballon de volée, ça passait au dessus (18e). Anderlecht ne lâchait rien ce soir. Sur un superbe centre distillé par Trebel, Teodorczyk reprenait le cuir de la tête, sans danger pour Areola (21e). Les joueurs parisiens manquaient le coche quelques secondes plus tard. Sur une passe mal ajustée de Dendoncker, Mbappé se présentait seul face à Sels, ce dernier ne se laissait pas surprendre par la feinte de Mbappé, le ballon revenait sur Neymar qui ne redressait pas suffisamment sa frappe (24e). Le PSG allait prendre le large sur une passe de Mbappé pour Neymar dont la frappe était renvoyée par Sels, Mbappé avait bien suivi et remettait de la tête pour Cavani qui trompait de près le portier belge (0-2, 43e).

La MCN a encore frappé

Dès le retour des vestiaires, le PSG se procurait une énorme occasion. Sur une magnifique combinaison entre Neymar et Mbappé, le dernier cité alertait Cavani dont la frappe heurtait le haut de la transversale (49e). Quelques minutes plus tard, Dani Alves centrait pour Neymar dont la tête croisée filait juste à côté des buts de Sels (53e). Le PSG manquait d’enfoncer le clou. Sur une superbe passe de Verratti, Cavani piquait mal son ballon devant Sels, Mbappé qui avait bien suivi voyait le cadre se dérober (59e). Les joueurs parisiens prenaient enfin le large dans ce match.

Sur coup-franc, Neymar frappait habilement sous le mur belge et trompait Sels (0-3, 66e). Fort de cet avantage, Unai Emery décidait de faire tourner avant le Classique face à l’OM dimanche. Cavani et Verratti quittaient la pelouse avant le dernier quart d’heure. Anderlecht pensait bien réduire la marque sur un centre d’Appiah, Hanni reprenait de la tête, Areola repoussait dans les pieds d’Onyekuru dont la frappe heurtait la transversale (80e). Paris enfonçait le clou sur une erreur d’un joueur belge, qui profitait à Angel Di Maria dont le petit piqué trompait Sels (0-4, 88e).

Retrouvez le film du match sur notre live.

L’homme du match : Mbappé (7) : l’international français a idéalement lancé les siens par son implacable réalisme dès la troisième minute (0-1). Toujours aussi disponible et virevoltant, il offre un caviar de la tête sur le deuxième but marqué par Cavani (0-2, 43e). Intenable grâce à sa qualité de percussion, il aurait pu offrir une deuxième passe décisive à Cavani mais le buteur uruguayen a vu sa tentative heurter la transversale (49e). A manqué une incroyable occasion sur un ballon repoussé par Sels (59e). L’ancien monégasque a manqué de réalisme seul face à Sels en enlevant trop sa frappe (87e).

Anderlecht :

- Sels (4) : sans toucher le moindre ballon, il le prend entre les jambes et va le chercher au fond de ses filets sur cette frappe d’Mbappé (3e). Puis, plus beaucoup de travail pour lui. Heureux sur une reprise de volée de Cavani au dessus (18e) mais ultra décisif sur un face à face avec Mbappé ou il laisse trainer la main pour empêcher le Français de le dribbler (24e). Bien plus sollicité en seconde période, il voit d’abord la frappe de Cavani s’écraser sur sa barre (49e). Encore heureux sur trois ratés d’Mbappé (59e, 81e, 86e) mais impuissant sur ce coup franc vicieux de Neymar (66e).

- Dendoncker (3,5) : d’entrée, la pépite belge est fautive sur la passe brise-ligne de Verratti pour Mbappé qui conclut d’un tir croisé (4e). Vingt minutes après, sa passe trop mole vers son gardien profite à Mbappé mais son dribble est dévié de la main par Sels. Il a bien fini la première mi-temps, jouant juste. Dépassé en seconde mi-temps par les vagues successives de la « MCN ».

- Mbodji (4) : discret, rien à dire sur lui mais en seconde mi-temps, le Sénégalais se fait régulièrement prendre dans son dos. Complètement passif sur le 4e but de Di Maria mais sur le coup, il est seul contre trois parisiens.

- Deschacht (4) : Invisible. Aucun geste décisif, aucune grossière erreur et aucune occasion à son crédit. Sa prestation ressemble à celle de son compère Mbodji en défense. Régulier en première mi-temps, capitaine d’un navire coulant en fin de match.

- Appiah (4,5) : plusieurs belles montées ponctuées de centres variés. Il a vraiment cavalé dans le couloir mais n’avait que peu de travail défensif en première période. Pourtant, s’est défensivement qu’il s’illustre en mal, à la 44e, lorsqu’il n’est pas assez rapide pour empêcher Cavani de marquer de la tête, sur le second but parisien. Une erreur qui a du peser dans sa tête. Sa seconde mi-temps ne ressemble en rien à la première.

- Kums (5,5) : il a formé une belle doublette avec Trebel. Les deux joueurs se sont systématiquement cherchés, jouant très proches l’un de l’autre. Le Belge est à l’origine de la première frappe de son équipe qui rase le poteau droit d’Areloa (5e). Il a également tenté de trouver ses attaquants en profondeur. Une belle partie qui se termine prématurément sur blessure, remplacé par Josué Sa (56e), qui a offert le quatrième but à Di Maria.

- Trebel (5) : Avec l’aide de Kums, le Français s’est chargé de la distribution du jeu. Il a usé de une-deux avec son homologue belge ou Teodorczyk. A son crédit, une longue balle pour son avant centre dont la tête est captée par Areola (21e). Beaucoup moins d’activité après la pause.

- Onyekuru (6) : il se distingue d’abord offensivement. Sa belle tête smashée finit dans les gants d’Areloa (7e), alors que son rush à 100 à l’heure qui dépose littéralement Dani Alves termine par un réflexe d’Areola (12e). Beaucoup de percussions, de vitesse, de dribbles dans ce match pour le Nigerian. Sa frappe opportunisme sur une tête repoussée par Hanni fracasse la barre transversale (79e). Averti (55e).

- Gerkens (3) : le milieu offensif n’a vraiment pas pesé. Volontaire en début de match, il n’a pas su inquiéter la défense parisienne, trop bien muselé. Sa première occasion intervient bien tard (72e). Il l’a envoyé dans les nuages, le contrôle moyen et le corps trop en arrière. Remplacé par Bruno, qui a eu le temps d’inquiéter Areola de loin (84e).

- Hanni (5) : l’Algérien a beaucoup dézoné et s’est rendu disponible dans le couloir droit. Il a profité des décrochages d’Onyekuru pour se faufiler dans le dos d’un Dani Alves des petits soirs. Du volontarisme. Un coup franc cadré mais peu dangereux (62e) et une tête bien repoussée par Areola (79e).

- Teodorczyk (5) : il n’a pas seulement évolué en pointe, il a servi de point d’appui pour les latéraux Appiah ou Onyekuru. Sa première situation de but intervient au quart d’heure de jeu mais sa frappe croisée est repoussée par Areola. Seconde opportunité de la tête pour le Polonais mais Areola fut dans un grand soir (21e). Après la pause, lorsque son équipe baissait de régime, il a tenté de concrétiser du mieux possible les contres. Encore fallait-il qu’il y en ait. Averti pour agacement à la 71e.

PSG :

- Areola (7) : le portier parisien a vécu un premier acte animé, où il a fait preuve d’assurance sur sa ligne comme sur la tête d’Onyekuru (9e). L’international tricolore se distinguait une nouvelle fois par une sortie salvatrice devant le même Onyekuru (12e). Très sûr dans ses interventions comme sur les tentatives de Teodorczyk (14e, 21e). Encore à la fête grâce à une belle parade sur une tête d’Hanni (80e) avant d’être sauvé par sa transversale.

- Kurzawa (3,5) : pour son retour sur le pré, l’ancien monégasque a livré quarante cinq minutes inquiétantes. Jamais dans le bon tempo, il a souvent été débordé par les accélérations d’Appiah. S’est contenté de bien défendre en se montrant rarement sur les phases offensives. Un match qui ne lèvera pas les doutes sur son niveau actuel.

- Kimpembe (5) : après quelques minutes poussives, le défenseur central parisien a relevé la tête en s’imposant dans les duels grâce à sa présence physique. Il a passé un second acte un peu plus tranquille grâce au festival offensif de ses partenaires. Un peu moins dominateur qu’à l’accoutumée cependant dans les duels.

- Marquinhos (5,5) : l’international brésilien a mis du temps à rentrer dans le match. Sa mauvaise appréciation du ballon sur la tentative d’Onyekuru (9e) aurait pu coûter cher à son équipe. S’est bien repris grâce à sa vision du jeu et sa science du placement. Au plus fort de la domination belge, il n’a jamais tremblé.

- Alves (3,5) : l’ancien barcelonais a été débordé lors du premier acte par les accélérations foudroyantes d’Onyekuru. Il a paru renoncer par instants face à la rapidité d’exécution de son adversaire comme sur la tentative de ce dernier à la 12e minute. Son apport offensif a été quasi-nul et il n’a pas semblé dans un grand soir. Heureusement, cela n’a pas été préjudiciable pour son équipe.

- Rabiot (4) : Invisible pendant quarante cinq minutes, il a semblé souffrir face au pressing et au défi physique imposés par ses adversaires. S’est bien repris dans le second acte par son activité habituelle en colmatant les brèches et en orientant bien le jeu. Peut-être pas son meilleur match cette saison, mais il n’a pas manqué de courage dans ses interventions.

- Verratti (6,5) : on attendait avec impatience le retour sur le pré de l’international italien. Il n’a pas tardé à se distinguer en distillant une passe décisive millimétrée sur l’ouverture du score de Mbappé (0-1, 3e). Toujours précis dans ses transmissions, il a essayé de remettre de l’ordre dans l’entrejeu parisien. Aurait pu offrir une autre passe décisive si Cavani et Mbappé n’avait pas raté l’immanquable (59e). Une excellente copie rendue par le Petit Hibou. Remplacé par Lo Celso (74e).

- Motta (4,5) : le capitaine parisien a paru en grosses difficultés face à l’impact physique dégagé par le milieu belge. Il s’est évertué à bien replacé ses partenaires mais n’a jamais évolué dans le bon tempo. Son intervention salvatrice sur un centre d’Appiah permet aux siens de ne pas voir Anderlecht recoller au score (61e). Remplacé par Draxler (71e).

- Neymar (7) : le génie brésilien s’est distingué par sa faculté à provoquer et à désarçonner les défenses. Même si il n’a pas toujours effectué les bons choix, l’ancien barcelonais a contribué au deuxième but de son équipe grâce à sa frappe repoussée par le portier belge (0-2, 43e). Toujours disponible dans l’entrejeu, il a démontré une nouvelle fois toute son aisance technique. Son coup-franc plein de malice contourne le mur belge et permet aux siens de prendre le large (0-3, 66e).

- Cavani (6) : très peu servi dans les premières minutes, Edinson Cavani commençait à s’agacer des choix de ses partenaires. Sa reprise de volée (18e) aurait mérité meilleur sort. El Matador se rattrapait bien en concluant de la tête un beau mouvement parisien (43e). L’international uruguayen aurait pu inscrire un doublé sur un excellent service de Mbappé, mais sa frappe a touché le haut de la transversale (49e). A gâché une nouvelle opportunité sur un caviar de Verratti, en piquant mal son ballon devant Sels (59e). Remplacé par Di Maria (74e) qui a profité des errements défensifs belges pour inscrire le quatrième but parisien (0-4, 88e).
,
- Mbappé (7) : voir ci-dessus.