Ce lundi soir, Liverpool s’apprête à recevoir à Anfield West Ham (à suivre en direct sur notre live commenté). Les Reds comptent dix-neuf points d’avance sur leur premier poursuivant, Manchester City et pourraient donc en compter 22 s’il s’avérait qu’ils l’emportent une nouvelle fois contre les Hammers. Oui, on parle bien de victoire, car ce qui est incroyable, c’est qu’en 26 rencontres, les hommes de Jürgen Klopp ont gagné à 25 reprises et n’ont connu qu’un seul nul, contre Manchester United, à Old Trafford, le 20 octobre dernier (1-1).

En portant son nombre de victoires à 26 ce lundi soir, la bande à Sadio Mané égalerait le nombre de victoires des Invincibles d’Arsenal de la saison 2003-2004. Les Gunners sont les derniers à avoir remporté un titre de champion d’Angleterre en ne concédant aucune défaite. Mais les Liverpuldiens ont l’occasion de faire mieux jusqu’à la fin de la saison puisque les joueurs de Wenger avaient concédé un bon nombre de matches nuls lors de cette fameuse édition de Premier League (12 au total).

« Ce que fait Liverpool, c’est plus fort que nous »

« Ce que fait Liverpool, c’est plus fort que nous et ce sont les seuls à l’avoir fait. De réaliser une série de victoires. Après, je ne sais pas ce qui va se passer. Ils seront champions, c’est une certitude. Je le dis souvent, on nous parle du record, mais ils sont faits pour être battus. Là-dessus, il n’y a aucun problème. Même si le championnat n’est pas fini, de le gagner en étant invaincu, je trouve que c’est une performance », nous confiait Robert Pirès dans un entretien la semaine passée.

Le champion du Monde 1998 considère en revanche que le niveau s’est un peu abaissé, notamment chez les plus forts puisqu’à l’époque le grand rival, Manchester United, était encore coaché par Sir Alex Ferguson et surtout que Chelsea venait d’être racheté par l’oligarque russe Roman Abramovitch. On retrouvait d’ailleurs dans cette formation des Blues Emmanuel Petit, qui avait quitté l’Angleterre pour s’essayer en Catalogne, au FC Barcelone avant de revenir à Londres en 2001.

Les leviers de Klopp

Alors que le titre semble acquis sauf cataclysme, que les Reds sont toujours en course en Ligue des Champions malgré une défaite lors de la rencontre aller des huitièmes de finale de la Ligue des Champions au Wanda Metropolitano contre l’Atlético Madrid (0-1), quels peuvent être les ressorts de Klopp ? Car il conviendra de maintenir l’état d’esprit de conquête de son équipe pour, pourquoi pas, finir la saison invaincu. Robert Pirès nous a expliqué ce qui avait fait la force d’Arsenal en fin de saison.

« En fait, ç’a été le discours d’Arsène Wenger. Quand on démarre le championnat, que ce soit pour les grosses équipes et notamment pour Liverpool cette année, les mots de l’entraîneur, ce sont de gagner le championnat ou d’essayer de le gagner. Une fois qu’au niveau comptable c’est fait, et qu’on était toujours invaincus, Arsène nous a dit "les gars, ce serait bien si vous pouviez gagner le championnat sans perdre le moindre match". C’est une autre motivation et c’est ce qui nous a permis d’aller jusqu’au bout », a lâché l’ancien Messin et Marseillais. Jürgen Klopp, autant connu pour sa science tactique que pour sa gestion des hommes, sait ce qu’il lui reste à faire pour effacer des tablettes la formidable saison 2003-2004 des Invincibles d’Arsenal.