Après 12 ans au Bayern Munich, où il est devenu une légende du club, Franck Ribéry (36 ans) a décidé de relever un ultime challenge. L’ailier s’est engagé, ce mardi, à la Fiorentina pour les deux prochaines saisons. Un défi inattendu mais qui s’explique par l’envie du joueur de poursuivre sa carrière au plus haut niveau. Et quoi de mieux qu’un championnat majeur, la Serie A, pour prolonger le plaisir d’être encore un joueur de football. Tout est réuni pour que l’ancien international français (81 sélections, 16 buts) s’éclate à la Fio. Le joueur le plus titré de l’histoire de la Bundesliga (9 victoires !) avait pourtant l’embarras du choix, même à son âge.

L’attaquant avait des touches en Russie (Lokomotiv Moscou), aux Pays-Bas (PSV Eindhoven) et même dans les pays du Golfe, notamment en Arabie saoudite mais pour le plaisir du foot, Kaiser Franck a privilégié le choix sportif et familial en posant ses valises au pied l’Apennin du nord, berceau de la Renaissance italienne. Au sein de la Viola, le natif de Boulogne-sur-Mer va rendre de fiers services, s’il n’est pas blessé et en bonne condition physique, que ce soit sur le terrain ou en dehors. Il va apporter son expérience du plus haut niveau à un club en perte de vitesse ces dernières années (16e la saison dernière).

L’OM n’a pas saisi sa chance, la Fiorentina persuasive

Comme quoi, un club qui joue le maintien peut faire confiance à un joueur en fin de parcours et lui offrir deux ans de contrat. Une marque de confiance qui a compté pour le Français : « Il était crucial de signer un contrat de deux ans. L’un des facteurs importants est que je peux amener ma famille avec moi, expliquait-t-il à Sky Germany. Je me réjouis de pouvoir jouer encore deux ans au plus haut niveau. » Aucun club de Ligue 1 ne pouvait offrir une dernière pige à l’ancien Marseillais ? Le vice-champion du Monde 2006 avait été, un temps, approché par l’AS Monaco mais il avait poliment décliné la proposition, estimant que s’il devait revenir en France, ce serait du côté de l’Olympique de Marseille, son club de cœur. Mais l’offre n’est jamais venue. Alors, le vainqueur de la Ligue des champions 2013 a décidé de faire lever les foules du côté d’Artemio-Franchi où ses fulgurances feront, à coup sûr, encore des dégâts dans les défenses adverses.

Déjà affûté, il devrait avoir l’occasion de faire ses preuves rapidement et ainsi connaître ses premières minutes sous ses nouvelles couleurs. Nul doute qu’il débordera d’envie et qu’il tira son équipe vers le haut. Car Ribéry est quelqu’un d’entier, il donne toujours tout et reçoit beaucoup en retour. « J’ai connu pas mal de difficultés dans ma vie. J’ai grandi dans la rue, dans un quartier. Pour expliquer l’homme que je suis, il y a des principes et des valeurs, c’est-à-dire qu’on n’oublie pas d’où on vient, on n’oublie jamais la famille. Je suis quelqu’un de simple et respectueux. Je suis droit. C’est comme ça que je fonctionne  », a-t-il expliqué en conférence de presse. Surtout, en Toscane, FR7 s’est senti désiré. Vincenzo Montella a fait une cour assidue au joueur pour le convaincre de rejoindre Florence. L’entraîneur italien lui a téléphoné plusieurs fois et l’a convaincu que le projet sportif était excitant de l’autre côté des Alpes. Et c’était bien là le principal pour l’attaquant, avoir un temps de jeu conséquent. L’ancien Munichois a encore faim et son affection pour l’Italie, grâce à Luca Toni et son ancien kiné au Bayern, Gianni Bianchi, a aussi fait la différence dans son choix.

Maintenant, pour Montella il va s’agir d’exploiter au mieux les qualités de Super Francky. Celui-ci devrait facilement trouver ses marques dans le 4-3-3 ou le 4-2-3-1 de l’ancien coach de l’AC Milan. Aux côtés des Giovanni Simeone, Riccardo Sottil, Tofol Montiel, Kevin-Prince Boateng ou encore Frederico Chiesa, il va avoir de quoi s’éclater. Après une saison galère l’année dernière, la Viola se veut résolument ambitieuse avec le Français dans ses rangs. Qualifié de « légende » par les propriétaires du club, de joueur « extraordinaire » par son nouvel entraîneur ou encore de « Fenomeno » par les supporters, le Boulonnais débarque comme une rock star dans un Calcio qui retrouve son lustre d’antan. À l’image d’un Daniele De Rossi à Boca Juniors, Franck Ribéry nous remémore un football romantique où l’amour du jeu l’emporte sur le reste. Le « môme » a bien grandi depuis son éclosion en 2006 mais son envie reste intacte et son passage à Florence forgera, sans doute, un peu plus sa légende...

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10