Euro 2024, Espagne : l’impressionnante prise de pouvoir de Fabian Ruiz

Par Victor Garlan
3 min.
Fabian Ruiz sous les couleurs de l'Espagne @Maxppp

Facteur X du succès retentissant de l’Espagne face à la Croatie (3-0) dans ce premier choc de cet Euro 2024, Fabian Ruiz a mis tout le monde d’accord à l’Olympiastadion de Berlin et confirme sa montée en puissance, à l’image de sa fin de saison avec le Paris Saint-Germain.

Après l’Allemagne la veille, l’Espagne commence son tournoi par un carton ! À l’occasion du troisième match de l’Euro 2024 et dans le prolongement de la victoire de la Suisse devant la Hongrie, l’Espagne était aux prises avec la Croatie au stade Olympique de Berlin. Dans cette première affiche très relevée du groupe B, la Roja avait fort à faire face à un adversaire qu’elle avait difficilement battue en finale de la Ligue des Nations, en juin 2023. Si l’enjeu était de taille pour la Roja, qui entendait confirmer la dynamique affichée lors de sa campagne de qualification, la rencontre a, quant à elle, été à sens unique puisque les troupes de Luis de la Fuente ont largement dominé les débats (3-0) grâce notamment à une performance XXL réalisée par Fabian Ruiz.

La suite après cette publicité

Titularisé dans un milieu à trois aux côtés de Rodri et de Pedri, le Parisien est sorti du lot. Outre sa faculté à rayonner à la récupération, l’ancien Napolitain a été, de surcroît, le plus décisif. Preuve en est à la 28e minute de jeu où l’Espagnol, exploitant une récupération haute de son coéquipier Marc Cucurella, a idéalement lancé Alvaro Morata dans la profondeur pour ouvrir le score. Dans la foulée, le numéro 8 de la Roja s’est rapidement mué en buteur en éliminant deux joueurs croates d’un subtil crochet avant d’enchaîner du pied gauche pour tromper Dominik Livakovic (32e). Si l’on s’attendait à voir la jeunesse dorée de la Roja incarnée par Lamine Yamal prendre le pouvoir face aux Croates, c’est bel et bien le natif de Los Palacios y Villafranca qui a marqué son territoire. Décisif aux avant-postes, il a dominé son sujet au milieu de terrain en faisant preuve d’une belle solidité dans les duels (4/5 duels remportés) et de sérieux dans ses transmissions (65 ballons touchés, 91% de passes réussies).

À lire Euro 2024 : le post polémique du Barça sur X

Fabian Ruiz, facteur X de la Roja !

Crédité d’un 8/10 et élu homme du match par notre Rédaction, Fabian Ruiz monte en puissance, à l’image de sa fin de saison convaincante sous les ordres de Luis Enrique au Paris Saint-Germain. «Le plus important, c’est notre victoire. La passe décisive était importante, mais le but l’était tout autant. Je pense que l’équipe s’est très bien comportée. Nous avons fait ce que nous voulions et nous avons travaillé très dur pour y arriver. Nous avons réalisé tout ce que nous voulions en tant qu’équipe, ce qui est important. Tout ce que nous avons fait, tout ceux qui ont joué, même ceux qui étaient remplaçants ont participé au résultat», a savouré l’Ibère au coup de sifflet final. Non convoqué pour le Mondial 2022, Fabian Ruiz a profité du changement de sélectionneur pour retrouver une place de titulaire en équipe nationale. Au four et au moulin face à la Croatie, le joueur formé au Real Bétis a amplement justifié la confiance placée en lui par Luis de la Fuente.

La suite après cette publicité

Félicité par ses coéquipiers et les membres du staff lorsqu’il a quitté la pelouse de l’Olympiastadion, Fabian Ruiz a également reçu les éloges de son coach qui s’est montré dithyrambique à son égard. «Que dire de Fabian Ruiz ? C’est un joueur exceptionnel, d’un très haut niveau mondial. Et il est certain que s’il ne s’appelait pas Fabian, on parlerait beaucoup plus de lui… Fabian n’est peut-être que la représentation de tous ces joueurs qui travaillent dans l’ombre et qui devraient bénéficier de cette reconnaissance médiatique», a exprimé le technicien de 62 ans. À l’image de son équipe, Fabian Ruiz a plus que rempli sa part du contrat à Berlin et a montré quelques certitudes qui ont de quoi ravir les supporters espagnols. Touché par la grâce dans la capitale berlinoise, le Parisien tentera de poursuivre sur sa lancée le 20 juin prochain face à l’Italie, tenante du titre. En attendant, l’Espagne occupe la première place du groupe B et a fait un grand pas vers la qualification pour le tour suivant.

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité