Naples : Arkadiusz Milik sort du silence

Non inscrit en Serie A et en Ligue Europa par Naples, Arkadiusz Milik a vidé son sac dans un entretien accordé en Pologne.

Arkadiusz Milik avec Naples
Arkadiusz Milik avec Naples ©Maxppp

Le mercato estival d'Arkadiusz Milik (26 ans) aura ressemblé à un cauchemar. Mis sur le marché par Naples, l'attaquant polonais a eu de multiples touches (Juventus, AS Roma, etc.), mais aucune ne s'est finalement matérialisée. Toujours sous contrat avec les Partenopei jusqu'en juin 2021, il est donc resté à quai. Oui, mais voilà, son club, remonté face à cette situation, a décidé de ne pas l'inscrire dans sa liste pour disputer la Serie A et la Ligue Europa. Il doit donc attendre janvier pour rejouer avec les Napolitains, ce qui paraît très compromis, ou se trouver un nouveau point de chute.

La suite après cette publicité

Interrogé en Pologne, par Sportowe Fakty, l'intéressé, qui s'entraîne donc à part, est sorti du silence pour évoquer sa situation, forcément pesante et compliquée à gérer. «Mon destin a été en jeu jusque dans les ultimes heures du mercato. Au moins, maintenant, je sais où je suis. On a beaucoup parlé de moi et on n'a pas toujours dit la vérité. Alors, je voudrais clarifier certaines choses. (...) J'ai 26 ans et je veux progresser, devenir un footballeur meilleur. Je pense que c'était le bon moment pour relever un nouveau défi. Je suis une personne qui suit son instinct, aller contre ma volonté n'a pas de sens. Ces derniers mois, tant de choses ont été mal comprises, exagérées», a-t-il lancé avant de poursuivre.

«Je souffrirai un peu, mais j'endurerai»

«Naples voulait me prolonger de 5 ans. On m'a dit : "ou tu signes ou tu pars". J'ai décidé qu'il serait bon pour moi de tenter une autre expérience ailleurs. J'avais deux options et puisque j'ai refusé de prolonger, mon manager David Pantak, cherchait un club pour m'engager. Il y avait quelques équipes intéressées, quelques réunions. Mais la pandémie a compliqué les choses et ne m'a pas aidé. J'étais d'accord avec certaines, mais il n'y a pas eu d'accord entre les clubs et je suis resté à Naples. L'AS Roma ? J'ai passé la visite médicale, c'est vrai, tout se passait bien, mais ça s'est fini comme vous le savez», a-t-il raconté, regrettant sa mise à l'écart.

«Il n'y a jamais eu d'hostilité envers Naples, je voulais résoudre les choses de manière professionnelle. J'ai un grand respect pour le club, j'y ai passé quatre magnifiques années. Je respecte Naples et ses supporters, mais j'ai pris cette décision, qu'elle soit bonne ou mauvaise. J'aurais voulu partir en harmonie, en accord avec le club, je ne voulais pas que les choses se compliquent. On ne peut pas en vouloir à un joueur d'avoir envie de partir. Naples, ensuite, n'a plus communiqué avec le club que je voulais rejoindre. Je ne pense pas qu'un joueur puisse être ainsi mis de côté de cette façon pour plusieurs mois, ce n'est pas juste», a-t-il confié.

L'ancien pensionnaire de l'Ajax ne sait pas s'il peut encore changer les choses. «Reparler avec le président ? Je ne sais pas si ça changerait quelque chose. Je suis prêt à collaborer, c'est sûr. (...) J'ai été le meilleur buteur de l'équipe ces deux dernières saisons, en lui donnant toujours cent pour cent. Ai-je des regrets ? Non, car je sais comment ça marche. Je souffrirai un peu, mais j'endurerai. Jusqu'au dernier jour de mon contrat, je vais m'entraîner et jouer du mieux que je peux», a-t-il conclu, droit dans ses bottes.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires