Ligue des Champions : le Bayern Munich et Arsenal enragent contre l’arbitre !

Par Valentin Feuillette
4 min.
Des polémiques sur l'arbitre de Arsenal - Bayern @Maxppp

Alors que le Bayern et Arsenal se sont livrés une belle bataille équilibrée mardi soir (2-2), l’arbitre de la rencontre, le Suédois Glenn Nyberg, s’est accaparé les projecteurs en raison de plusieurs décisions controversées en Allemagne comme en Angleterre.

La rencontre entre le Real Madrid et Manchester City n’était pas le seul duel acharné en Ligue des Champions. En effet, à plus de 1 700 kilomètres plus au nord, sur la pelouse de l’Emirates Stadium à Londres, Arsenal et le Bayern Munich se livraient une bataille tout aussi coriace avec autant de rebondissements et autres faits marquants. Si les Gunners ont rapidement ouvert le score avec Bukayo Saka, le Rekordmeister a rapidement égalisé avec Harry Kane avant de prendre le large dans le sillage de Leon Goretzka. Mais Leandro Trossard est parvenu à remettre les compteurs à zéro pour boucler la partie sur un score de parité (2-2).

La suite après cette publicité

Mais au-delà de ce résumé purement factuel, le match a été marqué par plusieurs épisodes où l’arbitre de la rencontre, le Suédois Glenn Nyberg, a eu du pain sur la planche. Si le pénalty accordé au Bayern est logique, d’autres décisions sont discutables. D’un côté comme de l’autre. En effet, ce duel, qui était pourtant une magnifique pub pour la Ligue des Champions, a pris une tournure polémique. D’ailleurs, au coup de sifflet final, Glenn Nyberg s’est rapidement fait encercler par plusieurs joueurs d’Arsenal dont Saka, fou de rage, qui n’arrivait pas à se calmer. Pendant ce temps, Thomas Tuchel préparait déjà son speech virulent à la télévision dont il en a le secret. Les réactions sur les réseaux sociaux, notamment X (anciennement Twitter), ont été vives surtout provenant de la fanbase des Gunners. Quelques minutes après la fin du match, le Daily Mail se posait la question suivante en Une de son site : «Arsenal s’est-il fait voler ?».

À lire Arsenal : Martin Odegaard dépité après la perte du titre

Deux penaltys et un carton rouge oubliés ?

Si le Bayern a bénéficié d’un premier pénalty, transformé par Harry Kane pour reprendre l’avantage, Thomas Tuchel en a réclamé un deuxième qui paraît évident mais que personne n’a semblé remarquer en direct. A la 66ème minute, David Raya relance le ballon à William Saliba qui s’empare du ballon avec les mains pour le replacer et ainsi se charger de la relance : «Je pense que l’arbitre n’a pas eu le courage aujourd’hui de donner un penalty mérité dans une situation un peu folle et délicate. Mais il a admis sur le terrain qu’il avait vu la situation et qu’un quart de finale ne lui suffisait pas pour infliger un penalty pour une erreur d’enfant. Il admet donc qu’il est au courant de l’erreur commise par le joueur. C’est un peu frustrant», a déclaré l’entraîneur allemand à TNT Sports après la rencontre. Il est vrai que sur les images, le scandale peut être de mise tant cela semble évident que la relance de David Raya est faite volontairement dans le jeu.

La suite après cette publicité

Du côté des Gunners, plusieurs événements sont à rappeler. A la 55ème minute, sur un duel entre Harry Kane et Gabriel Magalhães, l’ancien buteur de Tottenham a asséné un coup de coude sur le défenseur brésilien. Si l’arbitre suédois a averti Kane d’un carton jaune, les supporters d’Arsenal n’ont pas tardé à réclamer un carton rouge. Il a donc échappé à un carton rouge malgré un méchant coup de coude. Mais le vrai scandale qui est sur toutes les bouches nord-londoniennes en ce mercredi matin s’est passé à la 90e+5 minute, c’est-à-dire la dernière action de la rencontre. Servi sur la droite de la surface bavaroise, Bukayo Saka a tenté de contourner Manuel Neuer en repiquant dans l’axe mais l’international anglais s’est empalé sur la jambe du gardien avant de s’écrouler. L’arbitre n’a pas bronché : «Sur le terrain, cela m’a semblé être un penalty. Je n’ai pas revu les images, mais pour moi, il semblait qu’il s’agissait d’un contact clair», a déclaré le buteur du soir, Leandro Trossard.

Plus diplomate, l’entraîneur espagnol, Mikel Arteta, a essayé de tempérer le tout, même si la déception se voyait sur son visage : «Les arbitres ont dit qu’ils l’avaient vérifié au VAR et que ce n’était pas un pénalty. La décision est prise. Nous ne pouvons pas la changer». Les consultants à la télévision anglaise n’en croyaient pas leurs yeux. L’ancien défenseur de Manchester United, Rio Ferdinand, n’a pas mâché ses mots : «Comment cela n’a-t-il pas été accordé ? Avec le VAR et tout, je ne peux pas croire que cela n’a pas été donné». Même son de cloche pour Martin Keown, légende des Gunners : «Neuer se dirige vers le ballon, il sort et provoque le contact. Pour moi, c’est un penalty tous les jours». En tout cas, les débats sont ouverts mais la prestation de l’arbitre suédois fait couler beaucoup d’encre ce mercredi matin dans la presse britannique et allemande.

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité