C’est la crise à Sassuolo !

Par Josué Cassé
5 min.
La déception des joueurs de Sassuolo @Maxppp

Avant de se déplacer, ce dimanche, au Marc’Antonio Bentegodi pour y défier le Hellas Vérone à l’occasion de la 27e journée de Serie A, Sassuolo nage en plein cauchemar. En crise de résultats et premier relégable du championnat italien, le club basé dans la province de Modène compte sur son nouvel entraîneur pour relever la tête.

«L’US Sassuolo Calcio annonce qu’il nomme Davide Ballardini au poste de directeur technique de l’équipe première jusqu’au 30 juin 2024. Avec lui, les collaborateurs Carlo Regno, Nicola Tarroni et Daniele Caleca rejoindront le staff de l’équipe première. La Société remercie sincèrement Emiliano Bigica pour sa disponibilité et son professionnalisme. Ce dernier revient pour entraîner la Primavera». Par le biais d’un communiqué publié, ce vendredi, Sassuolo a officialisé l’arrivée de son nouvel entraîneur, Davide Ballardini. Passé par le Genoa, Bologne, Palerme et plus récemment Cremonese, le technicien italien de 60 ans va désormais avoir la lourde tâche de relancer des Neroverdi au bord du gouffre. Dix-huitième de Serie et premier relégable avant de se déplacer, ce dimanche, au Marc’Antonio Bentegodi pour y défier le Hellas Vérone à l’occasion de la 27e journée, Sassuolo nage, en effet, en plein cauchemar.

La suite après cette publicité

11 défaites lors des 14 derniers matches…

Malgré un début de saison plutôt prometteur avec trois victoires lors des six premières journées - dont deux succès de prestige contre la Juventus Turin (4-2) et l’Inter Milan (2-1) - la formation italienne dégringole, depuis, dans les abysses du classement. La donne est simple. Battu (0-1) par Monza le 2 octobre 2023, l’USSC a par la suite enchaîné 13 défaites, 5 nuls et 3 victoires en 21 rencontres toutes compétitions confondues. Payant les frais de cette interminable série de mauvais résultats, Alessio Dionisi a donc finalement été limogé. Si Emiliano Bigica a, un temps, assuré l’intérim et que les noms de Gennaro Gattuso et Fabio Grosso, en quête d’un nouveau défi après la fin de son aventure à l’Olympique Lyonnais, ont circulé, les Neroverdi ont donc misé sur Davide Ballardini. Un challenge de taille pour l’ancien milieu de terrain de l’AC Cesena au regard des difficultés actuellement rencontrées par les pensionnaires du Mapei Stadium.

À lire AC Milan, Equipe de France : la fin de saison explosive de Yacine Adli !

Classement live

# Équipe Pts J DIF G N D BP BC
16 Hellas Hellas 28 32 -14 6 10 16 30 44
19 Sassuolo Sassuolo 26 32 -23 6 8 18 39 62

Plus qu’un manque d’efficacité offensive, Sassuolo se distingue surtout, aujourd’hui, par une fragilité défensive consternante. Dernier exemple en date ? La gifle reçue, à domicile, contre le Napoli de Victor Osimhen et Khvicha Kvaratskhelia (1-6). Plus globalement, le club italien présidé par Carlo Rossi a concédé 21 buts lors de ses sept dernières rencontres de championnat, soit une moyenne de trois réalisations encaissés par match… Des statistiques accablantes confirmant le cauchemar vécu par l’arrière-garde des Vert et noir. Pourtant, lors du dernier mercato hivernal, Sassuolo a bien tenté de soigner ses maux. Prêté par l’AS Roma, Marash Kumbulla est ainsi venu renforcer l’axe de la défense, d’ores et déjà composée de Gianmarco Ferrari, capitaine des Neroverdi, Ruan Tressoldi, Martin Erlic ou encore Mattia Viti (cédé temporairement par l’OGC Nice et actuellement blessé). Sur les côtés et sans véritable latéral gauche de métier, les hautes sphères italiennes ont, par ailleurs, investi 6 millions d’euros sur Josh Doig, un temps annoncé du côté de l’Olympique de Marseille. Oui mais voilà, rien n’y fait et Sassuolo poursuit, week-end après week-end, sa descente aux enfers.

La suite après cette publicité

Une gestion discutable, Davide Ballardini appelé à la rescousse !

Plombé par les départs de Manuel Locatelli à la Juventus Turin (35 millions d’euros), Giacomo Raspadori au Napoli (26 M€), Hamed Junior Traorè à Bournemouth (environ 25 M€), Davide Frattesi à l’Inter Milan (prêt) ou encore Maxime López à la Fiorentina (prêt), au cours de l’été 2023, Sassuolo s’est considérablement affaibli et ne trouve désormais plus les ressources nécessaires pour repartir de l’avant. Une mauvaise gestion s’illustrant également dans le sens des arrivées. Malgré plus de 80 millions d’euros récupérés, les hautes sphères du club italien n’ont, en effet, pas forcément eu le nez fin au moment de compenser ces différentes pertes. Alors certes, Andrea Pinamonti (24 ans), arrivé l’été dernier de l’Inter contre un chèque de 20 millions d’euros, porte aujourd’hui l’attaque des Neroverdi avec 10 réalisations en 28 matches toutes compétitions confondues. Si Sassuolo peut également s’appuyer sur l’ancien Merlu, Armand Laurienté (1 but et 5 passes décisives) ou encore son éternel Domenico Berardi, au club depuis juillet 2015 et fort de 9 buts et 3 offrandes en 17 matches, le reste a de quoi faire peur.

Arraché au Genoa contre 8 millions d’euros, Luca Lipani déçoit, à ce titre, dans les grandes largeurs. Milieu défensif de 18 ans, il n’a d’ailleurs disputé que quatre petites rencontres de Serie A depuis son arrivée (204 minutes). Loin de répondre aux attentes malgré les espoirs placés en lui, le natif de Genova évolue ainsi plus régulièrement avec la Primavera. Un constat également applicable à Daniel Boloca, recruté à Frosinone pour 10 M€. Bien que titulaire indiscutable depuis le début de la saison, le milieu de terrain de 25 ans peine de son côté à convaincre dans l’entrejeu et subit, lui aussi, les vagues adverses. Enfin et pour ne rien arranger à ces investissements peu glorieux, Sassuolo doit, aujourd’hui, composer sans Jeremy Toljan, touché musculairement. Âgé de 29 ans, l’ancien latéral droit du Borussia Dortmund est pourtant le meilleur passeur du club depuis le début de l’exercice avec 6 offrandes. Un tableau général effrayant à l’heure où Sassuolo se retrouve dos au mur dans l’élite du football italien.

La suite après cette publicité

Considéré comme un spécialiste des opérations maintien en Serie A, Davide Ballardini - qui a notamment réussi à sauver Cagliari, Palerme et, à plusieurs reprises, le Genoa en arrivant en cours de saison - a donc du pain sur la planche pour redresser une formation dépassée techniquement et fragile mentalement. Pour cela, le coach de 60 ans devra cependant faire abstraction de sa dernière expérience où il avait terminé à une piteuse 19e place avec Cremonese. Désormais pleinement concentré sur son avenir en Serie A après avoir été sorti par l’Atalanta Bergame lors des 8es de finale de la Coupe d’Italie (1-3), Sassuolo s’apprête, quoi qu’il en soit, à débuter un mois de mars décisif pour sa survie. Opposés au Hellas Vérone, 17e, ce dimanche, les Neroverdi accueilleront par la suite Frosinone, 16e, et l’Udinese, 15e. Entre-temps, la bande à Kristian Thorstvedt devra également faire bonne figure contre l’AS Roma de Daniele De Rossi, très convaincant depuis sa prise de fonction sur le banc romain…

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité