Ligue 2 : le cauchemar de Chambly frappé par la variant britannique de la covid-19

Victime d'un cluster à la covid-19 et à son variant anglais, Chambly s'est tout de même rendu à Clermont où un match comptant pour la 25e journée de Ligue 2 l'attend à 19h. Sans 17 membres de son effectif professionnel, dont 11 testés positifs, le club de l'Oise n'a pour le moment toujours pas été entendu par la LFP sur sa demande de report, alors que le risque de contamination est réel.

Les joueurs de Chambly se réunissent
Les joueurs de Chambly se réunissent ©Maxppp

La situation devient très difficile à Chambly. L'actuel 18e de Ligue 2 vit une saison délicate sur le plan sportif mais ce n'est rien à côté de ce qui le frappe depuis quelques jours. En début de semaine, on apprenait que 4 nouveaux joueurs avaient été testés positifs à la Covid-19 et au variant anglais. Cela portait à 9 membres de l'effectif et 3 du staff technique, en plus d'un encadrant, atteints par les virus. En d'autres termes, un cluster est né dans le club de l'Oise et ça n'a fait qu'empirer les jours suivants.

La suite après cette publicité

Malgré les mises en quarantaine, l'épidémie a progressé à vitesse grand V. Chambly est donc parti en direction de Clermont hier avec 16 joueurs absents, 10 ayant été testés positifs au variant britannique (un 11e cas a été détecté durant le voyage, ndlr) et 6 autres étant blessés, et sans l'entraîneur Bruno Luzi, lui aussi symptomatique. Ce sont alors 11 professionnels qui se sont installés dans le bus pour aller disputer ce match prévu ce samedi à 19h en Auvergne. Deux U21 sont venus renforcer les rangs de l'effectif, en plus de trois joueurs U19 et de Vincent Planté, 40 ans, habituel entraîneur des gardiens depuis 2017, qui sera numéro 2 sur la feuille de match. Une situation complètement ubuesque à laquelle la LFP n'a pas encore réagi.

Vincent Planté sort de sa retraite pour faire le nombre, le club traumatisé par la situation

«Aujourd’hui, nous avons 17 personnes atteintes du variant anglais. Par rapport au premier test positif, il y a quelque chose qui se déploie à une vitesse énorme, il est très contagieux et en même temps vous avez beaucoup plus de symptômes, s'alarme le président camblysien Fulvio Luzi sur BFMTV ce matin. Un cas s’est déclaré dans le bus, c’était assez morose au niveau du voyage. On est un peu traumatisés. Il n’y a pas de bonnes nouvelles puisque l'hôtel dans lequel on est a peur d’être fermé quatorze jours. Peut-être qu’on va être exclu de l'hôtel à midi. Il faudra attendre dans le bus jusqu'à 17-18h avant d’aller au stade.»

Malgré la demande de report de Chambly, le match est pour le moment toujours prévu. «A l'heure actuelle, on se prépare pour le jouer. Il y a des chances qu’il se joue, malheureusement. Il y a aussi la possibilité que l'on contamine l’adversaire. Je ne parle pas du sportif. Entre les deux équipes, il y a une différence de niveau, mais on n’a pas la tête au foot aujourd’hui. On attend la décision de la ligue qui tarde à venir. On espère rentrer chez nous le plus vite possible, sans nouveau cas.» A moins de 7h du coup d'envoi, la LFP n'a toujours pas pris une décision qui semble pourtant s'imposer avec évidence. Le risque de contamination est réel. On ne sait pas encore s'il le lien de cause à effet existe mais mais hier soir, le club de Sochaux a révélé avoir détecté trois cas du variant anglais dans son effectif, une semaine après avoir rencontré... Chambly.

Plus d'infos

Commentaires