Pays-Bas-Angleterre : les notes du match

Par La Rédaction FM
11 min.
Kobbie Mainoo au duel avec Reijnders @Maxppp

L’Angleterre a attendu le temps additionnel de la deuxième période pour s’offrir une nouvelle qualification en finale de l’Euro, grâce à un but de Watkins, après un match qu’elle a globalement maîtrisé face aux Pays-Bas.

Qui rejoindra l’Espagne, vainqueur de la France (2-1), en finale de l’Euro 2024 dimanche prochain ? La deuxième demi-finale opposait l’Angleterre aux Pays-Bas. Une affiche de prestige, même si les deux équipes n’ont pas vraiment emballé grand monde durant ce tournoi. Vice-champions d’Europe en 2021 à Wembley, les Three Lions voulaient goûter à nouveau à la saveur d’une finale, tandis que les Oranjes n’avaient plus accédé au dernier carré depuis 2004. Ce choc a en tout cas démarré sur de très bonnes bases. Si les Anglais avaient la mainmise sur le cuir, ce sont les Bataves qui ont frappé les premiers. Et quelle frappe ! Après avoir gratté le ballon dans les pieds de Declan Rice, Xavi Simons s’en est allé foudroyer Pickford d’un missile sous la barre (1-0, 7e). Obligés de réagir, les Three Lions n’ont pas douté bien longtemps. Après une frappe de 30 mètres d’Harry Kane (13e), le buteur du Bayern Munich s’est vu accorder un penalty généreux de la part de l’arbitre après un contact avec Dumfries. Un cadeau qu’il n’a pas gâché (1-1, 18e). Totalement relancés dans ce match, les hommes de Southgate dominaient outrageusement les débats grâce à un jeu de percussion sur les côtés. Foden aurait d’ailleurs pu donner l’avantage aux siens à trois reprises. Malheureusement pour le joueur de Manchester City, ses plans ont été contrariés par un sauvetage sur sa ligne de Dumfries (23e) et par Verbruggen et son poteau droit (23e, 39e). Encore une fois, Jude Bellingham était absent des débats, mais cela n’a pas empêché les flèches anglaises de profiter des espaces laissés par une défense batave positionnée trop bas pour s’approcher sans trop de souci de la surface de Verbruggen. De leur côté, les Oranjes proposaient un jeu plus rudimentaire, à savoir résister aux assauts adverses et planter un contre fatal.

La suite après cette publicité

Une tactique pas payante en première période hormis une tête sur la transversale de Dumfries sur un corner (30e). À la mi-temps, les deux équipes se neutralisaient, mais les Pays-Bas subissaient beaucoup trop. Et comme si cela ne suffisait pas, ils ont également perdu Memphis Depay sur blessure (34e, remplacé par Veerman). Au retour des vestiaires, premier changement : Koeman faisait entrer Weghorst pour apporter plus de taille et de poids à son attaque. Et puis, plus rien. Les deux équipes étaient-elles paralysées à l’idée d’entrer dans le money time de la rencontre ? Toujours est-il qu’elles ont été bien plus frileuses qu’en première période. Résultat : le spectacle a disparu. Frilosité, déchets techniques, pas de jeu, il a fallu se contenter de l’horizontale de Pickford sur une tête de van Dijk (65e) et d’un but refusé à Saka pour un hors-jeu de Walker (79e) pour avoir un peu d’émotions. En fin de match, alors que les deux formations étaient toujours à 1-1, Southgate étonnait en sortant Kane et Foden en même temps et en laissant un Bellingham fantomatique sur le terrain. Mais dans cet Euro, il est écrit que l’Angleterre serait l’équipe du temps additionnel. Et cette fois, c’est Ollie Watkins qui a envoyé les Three Lions au paradis en fusillant Verbruggen à la 91e sur un service de Palmer (2-1). Trois ans après, les Anglais joueront à nouveau la finale de l’Euro. Battus en 2021 par l’Italie, ils devront cette fois se défaire des Espagnols.

À lire Eddie Howe ne veut pas quitter Newcastle mais…

L’homme du match : Kobbie Mainoo (7,5) : après Lamine Yamal hier soir, c’est un autre jeune joueur qui a marqué cette demi-finale de son empreinte. Très actif au milieu, la pépite de Man U a délivré une nouvelle prestation majuscule aux côtés de Declan Rice dans le double pivot anglais ce soir. Présent partout à la récupération et à la construction, le milieu de 19 ans s’est imposé comme le patron du milieu anglais. Il est notre homme du match de Pays-Bas - Angleterre. Remplacé par Conor Gallagher à la 93ème.

La suite après cette publicité

Pays-Bas :

- Verbruggen (6) : mis à contribution en première période, il s’est bien couché pour détourner une frappe de Foden, mais a aussi été suppléé par Dumfries, puis par son poteau, face au même Foden. Il ne peut rien sur le penalty de Kane, alors qu’il part du bon côté. Beaucoup moins sollicité en deuxième période, jusqu’à la frappe victorieuse de Watkins.

- Dumfries (5) : avec le joueur de l’Inter Milan, il y a toujours de l’action. Mais elle peut être en faveur des deux équipes sur le terrain. Face à l’Angleterre, il s’est d’abord rendu coupable d’une faute évitable sur Kane, en envoyant sa semelle, qui a coûté un penalty. Dans l’autre sens, il a sauvé les siens en stoppant sur sa ligne le ballon de but de Foden, et a trouvé la barre transversale de la tête, sur corner. Beaucoup plus calme en deuxième période. Remplacé par Zirkzee à la 90+3e.

La suite après cette publicité

- De Vrij (6) : comme depuis le début du tournoi, il est le monsieur propre de la défense néerlandaise. Pas de fioritures, de la sobriété et du sacrifice, comme lorsqu’il faut contrer à bout portant une frappe de Saka. Une sérénité à toute épreuve, avec un jeu de tête impeccable. Mais il se fait avoir par Watkins sur le but vainqueur en fin de rencontre, le ballon lui passant entre les jambes.

- Van Dijk (6) : lui aussi a livré un match plein, même s’il regrettera peut-être de ne pas être monté sur Saka plus vite sur l’action qui amena le penalty anglais. Serein sous pression, il a bien géré Harry Kane, et a représenté une menace constante dans les airs sur les coups-francs offensifs.

La suite après cette publicité

- Aké (5,5) : il s’est fait malmener dans de grandes proportions par Phil Foden, son habituel coéquipier à Manchester City en première période. Le gaucher l’a même fait tomber dans sa propre surface. Il avait aussi Saka à gérer, en guise de piston droit. Il s’est bien repris en deuxième période, bien plus tranchant dans ses interventions.

- Schouten (6) : on comprend pourquoi il est indispensable aux yeux de Koeman. Le joueur du PSV Eindhoven est souvent placé au bon endroit au bon moment dans l’entrejeu. Plus intéressant que son compère Reijnders ce soir, il a été l’élément stabilisateur du milieu de terrain.

- Reijnders (4) : décevant. Le milieu de l’AC Milan avait brillé face à la Turquie, cela a été moins le cas contre l’Angleterre. Certes, il se déplace toujours pour donner une solution au porteur du ballon, mais il n’a pas fait grand-chose de ses ballons, et a même connu trop de déchet. Dans l’impact physique, il a aussi été dominé.

- Simons (5,5) : plutôt décevant depuis l’ouverture du tournoi, le joueur du RB Leipzig, qui appartient encore au PSG, a cette fois marqué les esprits avec un but somptueux dès la 8e minute. Il a d’abord résisté à Rice avant d’envoyer une mine sous la barre de Pickford. Mais ensuite, cela n’a pas été particulièrement fameux, avec un manque de justesse, et toujours une tendance à lâcher son ballon un poil trop tard. Il a eu une occasion de doubler la mise à la 77e mais il a topé sa reprise. Remplacé par Brobbey en toute fin de rencontre (90+3e)

- Malen (4) : il a plutôt bien démarré, avec de bonnes projections sur son côté droit, et une aide défensive permanente pour Dumfries. Mais il a rarement été servi dans le bon tempo par ses partenaires lorsqu’il a proposé ses appels. Du coup, il s’est surtout empalé sur la défense anglaise. Sorti dès la pause par Koeman, pour faire entrer Weghorst (4), qui a pris place à la pointe de l’attaque pour pallier la sortie sur blessure de Depay. Le rugueux attaquant d’1m97 n’a pas fait dans la dentelle sur les duels . Coups de coude, étranglement, des qualités pour un combattant de MMA, moins pour un numéro 9. Surtout, cela ne lui a pas permis d’obtenir la moindre occasion de but.

- Gakpo (3) : on l’a bizarrement très peu vu durant toute la soirée. A peine quelques accélérations sur son côté gauche, mais il s’est fait reprendre par Walker quand il avait enfin de l’espace. Il a manqué de gnaque sur quelques actions, et c’est étonnant pour celui qui était le meilleur buteur de sa sélection jusqu’alors.

- Depay (non noté) : le leader offensif a encore failli ce mercredi soir. Des contrôles trop longs, pas d’influence dans le jeu, et surtout une sortie sur blessure, aux ischios, dès la 35e minute. Remplacé par Veerman (4), qui a pris place au milieu de terrain, aux côtés de son partenaire en club Schouten, et de Reijnders. Veerman a apporté son impact dans les duels, mais a manqué de créativité avec le cuir. Il a plus un profil de relayeur que de créateur.

Angleterre :

- Pickford (4,5) : pas exempt de tout reproche sur le premier but néerlandais, il n’a plus rien eu à faire après jusqu’à l’heure de jeu. Bien attentif sur une reprise dangereuse de Van Dijk à la 65ème, Pickford a réalisé quelques prises de balles importantes pour sa défense en fin de match.

- Walker (5) : repositionné défenseur central dans le 3-4-2-1 de Gareth Southgate, il a beaucoup combiné avec Saka offensivement en première mi-temps. Face à un Cody Gakpo assez effacé, le défenseur de 34 ans a délivré une prestation solide. Impérial défensivement devant l’ailier de Liverpool à la 73ème minute, il aurait pu être passeur décisif pour Bukayo Saka (79e) mais il est signalé en position de hors-jeu.

- Stones (6) : toujours aussi serein derrière et précieux à la relance, le joueur de Manchester City termine la rencontre avec 98 % de passes réussies (85/87). La rentrée de Weghorst, au retour des vestiaires, n’a pas beaucoup perturbé le défenseur anglais. Malgré un coup de coude du géant néerlandais à la 66e, Stones a vécu une soirée plutôt tranquille aux côtés d’un très bon Marc Guéhi.

- Guéhi (6,5) : dans la continuité de son Euro, Marc Guéhi a réalisé une nouvelle prestation très solide derrière. Le défenseur central d’1m82 s’est montré très à son avantage dans le domaine aérien ce soir. Parfait dans sa couverture, il passe devant Wout Weghorst et l’empêche d’inscrire le 2-1 à la 83ème minute.

- Trippier (5) : assez actif offensivement en première mi-temps, le latéral de Newcastle a beaucoup apporté. Le tireur de coups de pied arrêtés des Three Lions a délivré quelques bons ballons. Très peu inquiété défensivement, il est remplacé par Luke Shaw (4,5) à la mi-temps. Le latéral de Manchester United, transparent offensivement, n’a rien quasiment rien eu à faire en défense.

- Mainoo (7,5): lire ci-dessus.

- Rice (5): si précieux habituellement, il se troue complètement sur l’ouverture du score de Xavi Simons (7e). Il a par la suite été beaucoup mieux lorsque l’Angleterre a remis le pied sur le ballon. En seconde période, il a beaucoup travaillé et a pas mal aidé sa défense notamment dans les duels aériens après l’entrée de Weghorst.

- Saka (5,5) : à l’origine du penalty d’Harry Kane avec un de ses numéros habituels sur son côté droit, l’ailier d’Arsenal a beaucoup proposé offensivement en première mi-temps. Positionné comme piston sur les phases défensives, l’ailier d’Arsenal n’a pas rechigné sur les efforts défensifs. Flamboyant contre la Suisse, Saka a complétement disparu en seconde mi-temps. Il aurait cependant pu être le héros anglais, en marquant à la 79ème, mais Kyle Walker est hors-jeu au début de l’action. Remplacé par Konsa à la 93ème.

- Bellingham (3) : transparent en première mi-temps, pas beaucoup plus en vue en seconde, le joueur du Real Madrid est passé complètement au travers de sa rencontre. Perdu sur le terrain et en délicatesse sur la plupart des ballons qu’il a eu à jouer. Jude Bellingham a vécu une nouvelle soirée difficile dans cet Euro. Averti à la 71ème pour un tacle à retardement sur de Vrij, il n’aura rien réussi offensivement malgré ses nombreuses tentatives.

- Foden (6) : comme Bukayo Saka, il a complètement disparu en seconde période malgré une première mi-temps très intéressante. À plusieurs reprises dans le premier acte, il est à deux doigts d’inscrire le deuxième but de l’Angleterre, dans un premier temps, après un numéro de soliste, sa frappe est stoppée sur la ligne par Dumfries. Il est à deux doigts d’imiter Lamine Yamal à la 30e mais sa frappe s’écrase sur le cadre avant de sortir en six mètres. Remplacé par Cole Palmer à la 80ème. Après avoir dévissé sa frappe à la 88ème, l’ailier de Chelsea délivre une passe décisive pour Watkins qui offre la victoire à l’Angleterre.

- Kane (6,5): décisif mais un peu isolé, Kane avait une seule chose à faire et il l’a faite. À la 18ème, l’attaquant du Bayern transforme magnifiquement le penalty qu’il a lui-même suite à une grosse semelle de Denzel Dumfries. Il s’est un peu éteint comme le reste de son équipe au retour des vestiaires. Remplacé par Watkins à la 80ème minute. L’avant-centre d’Aston Villa propulse les Three Lions en finale grâce à une superbe frappe en pivot qui trompe Verbruggen (90+1)

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité