A la découverte de Marco Majouga, un talent nîmois à la croisée des chemins

Chaque dimanche, Foot Mercato vous propose de découvrir un jeune joueur. Cette semaine, direction Nîmes pour faire la connaissance Marco Majouga, un attaquant qui a du talent et des fourmis dans les jambes.

Marco Majouga avec Nîmes
Marco Majouga avec Nîmes ©Maxppp

27 septembre 2020. Ce jour-là, Marco Majouga a vécu l'un de ses rêves en jouant ses premières minutes en Ligue 1 Uber Eats. Un moment dont se souvient avec émotion le jeune talent du Nîmes Olympique, entré vingt-quatre minutes face à Lens. «Je ne m'y attendais pas. J'étais même étonné la première fois que j'ai été convoqué dans le groupe, surtout que c'était contre l'Olympique Lyonnais. Quand je suis entré en jeu contre Lens, je me suis dit que ça devenait réel». Car depuis son plus jeune âge, le footballeur né en 2001 vit à fond sa passion pour le ballon rond. Une passion transmise par son frère aîné et qu'il a pris de plus en plus au sérieux au fil des années.

La suite après cette publicité

Majouga a découvert la L1 cette saison

«J'ai commencé le foot à l'âge de 5 ans dans un petit club à côté de chez moi. Le Toulouse-Montaudran», nous explique-t-il avant d'ajouter : «arrivé en U11, j'ai rejoint le TFC un peu par hasard. On m'avait dit d'aller y faire des essais. J'ai fait les tests comme tout le monde et ils m'ont gardé. Je suis passé par toutes les catégories jusqu'en U16. Le club avait décidé de ne pas me conserver. Dès qu'ils ont su que c'était terminé avec le TFC, le Nîmes Olympique m'a approché et m'a fait faire des essais la semaine qui a suivi. Ils me connaissaient car ils avaient déjà vu faire quelques matches contre eux en championnat et en amical. Quand ils m'ont proposé de rester, j'ai dit oui directement».

Chez les Crocos, le natif de Toulouse a continué son apprentissage tout en s'appuyant sur une base déjà solide. «Je peux jouer à peu près partout devant. A droite, à gauche, en pointe. Je suis un attaquant rapide et puissant. Mais je pense que je peux encore m'améliorer techniquement, dans ma relation avec les autres et être plus tueur devant le but». Pour cela, il prend exemple sur des joueurs déjà confirmés. «Je m'inspire d'un peu tout le monde. J'aime bien Marcus Rashford, Ousmane Dembélé et Kylian Mbappé. Ce sont des joueurs qui sont le même registre que le mien». Pour arriver à ce niveau, Marco Majouga travaille et apprend.

Un avenir en question

Le joueur de 19 ans (il aura 20 ans le 9 mai) a notamment pu le faire avec l'effectif pro cette saison. «J'ai été avec le groupe professionnel pendant six-sept mois. J'ai été sur le banc douze fois et j'ai fait sept entrées en jeu (en L1)». A cela il faut ajouter une apparition en Coupe de France face à Nice le 10 février dernier. Depuis, il n'a plus eu l'opportunité de s'exprimer avec les pros. «A l'heure actuelle, je suis avec la réserve. Après avoir goûté au groupe professionnel, c'est difficile et frustrant. On a tout le temps envie d'y être. Surtout que je me sentais plutôt bien sur le terrain. C'est frustrant. Avec la réserve, le championnat s'est arrêté donc c'est compliqué de ne plus pouvoir jouer».

Fan de la Premier League, le joueur prend donc son mal en patience, lui qui attend toujours de recevoir un premier contrat professionnel. «J'attends de voir comment ça va se passer. Pour l'instant, je ne sais pas du tout s'il y aura des possibilités. On ne peut pas savoir du tout, vu la situation du club. On ne connaît pas trop encore les besoins. Je vis au jour le jour. Je veux rester et aider l'équipe». Une position claire de la part d'un joueur qui a pourtant des sollicitations ailleurs. «Pour le moment, je n'écoute pas trop», nous avoue celui qui a une personnalité bien prononcée. «Quand on me connaît, on sait que je suis drôle, sociable, gentil et facile à vivre. J'aime bien taquiner». Dans la vie, comme sur un terrain de football où il taquine le ballon, Marco Majouga donne tout. Espérons pour lui que ça paye à Nîmes ou ailleurs !

Commentaires