Istanbul Basaksehir : la sensation Enzo Crivelli

De la chute à l'apothéose. Relégué en Ligue 2 avec Caen à l'issue de la saison dernière, Enzo Crivelli a quitté la France pour la Turquie et l'Istanbul Basaksehir. L'attaquant français réalise certainement la meilleure saison de sa carrière et peut se permettre de rêver, entre l'épopée européenne de l'Istanbul BB et la lutte pour le titre de champion de Turquie.

Enzo Crivelli sous le maillot d'Istanbul Basaksehir
Enzo Crivelli sous le maillot d'Istanbul Basaksehir ©Maxppp

Co-leader de Süper Lig avec Trabzonspor à huit journées de l’épilogue du championnat, l’Istanbul Basaksehir rêve d’être sacré champion de Turquie pour la première fois de sa jeune histoire (le club a été créé en 1990, ndlr). Pour cela, le club stambouliote peut compter sur un effectif expérimenté, qui regroupe plusieurs joueurs bien connus en Europe : Gaël Clichy, Martin Skrtel, Edin Visca, Robinho ou encore Demba Ba. Ce dernier, passé notamment par Chelsea, forme un duo d’attaque redoutable avec l’une des révélations de la saison : Enzo Crivelli (25 ans). Arrivé cet été en provenance d’un Stade Malherbe de Caen relégué en Ligue 2, le buteur français voulait entamer une nouvelle étape dans sa carrière. Il a quitté la France pour la première fois et a posé ses valises à Istanbul. Un transfert évalué à 2,7 M€ et un contrat de trois ans à la clé.

La suite après cette publicité

Un rêve éveillé en Turquie

Depuis, neuf mois ont passé et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’aventure entre Crivelli et l’Istanbul Basaksehir se déroule à merveille. Le natif de Rouen impressionne en Turquie et est, du haut de ses 13 buts toutes compétitions confondues (dont 10 en championnat), le deuxième meilleur buteur du club cette saison, avec une unité de moins qu’Edin Visca. L'ancien Caennais a montré toutes ses qualités de finisseur, il fait les bons appels et est placé où il faut dans la surface pour faire trembler les filets. Il sait également se jouer de ses adversaires à l’image de son premier but de la saison contre Fenerbahce, sur lequel il avait éliminé un défenseur et le gardien le long de la ligne de but avant de marquer d’un subtil ballon piqué. En quelques mois, le joueur français a acquis une confiance inébranlable et sa carrière a pris un tournant considérable. Le néo-Stambouliote se plaît dans sa nouvelle équipe et l’a fait savoir à France Football il y a quelques semaines.

« Dans l'équipe, ça joue plus au ballon, j'ai plus d'occasions. Tout simplement. Pour un attaquant, quand ça joue plus, c'est plus agréable, ça fait du bien. En allant dans la surface, on sait qu'on va avoir un centre. Je touche plus le ballon, je participe plus au jeu... C'est différent de mes dernières saisons en France. C'est une année où je marque. J'ai envie de marquer encore plus. J'en ai besoin. Même s'il n'y a pas que ça. » Les performances de l’attaquant sont très appréciées au club. Son entraîneur, Okan Buruk, est heureux de son rendement mais aussi de l’apport qu’il a sur le jeu de l’équipe. Le technicien s’en réjouissait récemment : « Crivelli est un joueur d'équipe très important. Il travaille dur, il est assidu et contribue au jeu de l’équipe. J'espère que cela nous servira pendant de nombreuses années. »

Un but historique en Ligue Europa

Habitué à jouer le maintien en Ligue 1 ces dernières saisons (avec Bastia, Angers et Caen, ndlr), l’ancien international espoir français occupe désormais le haut du classement en Turquie et a même regoûté au parfum de la Ligue Europa, découverte avec les Girondins de Bordeaux lors de la saison 2015/2016. Et Enzo Crivelli ne s’est pas contenté de faire de la figuration. Il a livré des performances de qualité et a marqué à trois reprises dans cette édition 2019/2020. Un doublé contre le Wolfsberger AC (4e journée) et un but d’une importance capitale sur le terrain du Borussia Mönchengladbach. En déplacement en Allemagne pour la sixième et dernière journée de la phase de groupes, les Hiboux n’avaient pas d’autre choix que de gagner pour se qualifier pour les seizièmes de finale pour la première fois de leur histoire.

À la 90e minute, le score est de 1-1. Moment choisi par le Français pour endosser le costume de héros. À la réception d'un ballon dans la surface, il bat à bout portant le gardien de Gladbach, Yann Sommer, et permet à l’Istanbul BB de s’imposer in extremis. « C'était un but important. C'était la joie pour tout le monde, pour le club, pour la Turquie », rapportait-il pour FF. L’histoire européenne du club turc est encore en cours et après avoir écarté le Sporting Lisbonne en 1/16e de finale, Enzo Crivelli et ses coéquipiers ont hérité du FC Copenhague. Ils ont remporté le match aller 1-0 dans leur antre, le Stade Fatih-Terim, et tenteront de conserver leur avance une fois la pandémie de coronavirus terminée, pour accéder aux quarts de finale. L’exercice 2019/2020 du club turc est déjà historique. L’Istanbul Basaksehir et Enzo Crivelli pourraient frapper un grand coup en cette fin de saison.

Plus d'infos

Commentaires