Suisse-Espagne : les notes du match

Au bout du suspense, l'Espagne valide son billet pour les demi-finales de l'Euro 2020 (1-1, 4 tab à 1). Les hommes de Luis Enrique retrouveront le vainqueur du choc entre la Belgique et l'Italie.

Yann Sommer dans les airs sous les yeux des Espagnols
Yann Sommer dans les airs sous les yeux des Espagnols ©Maxppp

Cap sur la Russie et Saint-Pétersbourg pour le lancement des quarts de finale de l'Euro 2020 ce vendredi. Au Stade Krestovski, la Suisse et l'Espagne se défiaient pour une place en demi-finales. La Nati, qui a créé la surprise lundi soir en retournant la situation contre l'équipe de France (3-3, 5 t.a.b à 4), voulait poursuivre son rêve éveillé en sortant la Roja, qui restait elle sur un succès face à la Croatie en prolongation (5-3). En plus, les Suisses voulaient mettre fin à l'hégémonie espagnole, eux qui ne comptaient qu'une seule victoire face à cette sélection en 22 confrontations (16 défaites)... Côté suisse, Vladimir Petković gardait le même 3-4-3 que face aux Bleus à une exception près puisque Xhaka, suspendu, était remplacé par Zakaria. En face, Luis Enrique changeait deux joueurs défensifs dans son 4-3-3 : Pau Torres et Jordi Alba remplaçaient Eric Garcia et José Gaya. Face à des Espagnols entreprenants balle au pied, les Suisses reculaient trop rapidement en début de partie et les filets tremblaient déjà après 8 minutes de jeu. Koke tirait un corner qui arrivait de l'autre côté sur Jordi Alba. La reprise du joueur du Barça était déviée dans son propre but par Zakaria (8e, 0-1). Et la Nati vivait un cauchemar en début de partie puisqu'Embolo, touché à la jambe, devait céder sa place à Vargas (23e). Heureusement pour les bourreaux de l'équipe de France, Sommer restait dans son match en captant un joli coup de tête cadré d'Azpilicueta dans la surface (25e).

La suite après cette publicité

Complètement gênés pas le jeu de leurs adversaires, les Suisses cherchaient à créer le danger sur les coups de pied arrêtés, en vain, puisqu'Unai Simon ne tremblait pas une seule fois. Et l'Espagne menait logiquement à la pause. Au retour des vestiaires, on assistait au même match avec une grosse reprise de Dani Olmo (46e). Mais de l'autre côté, Seferovic et ses coéquipiers offraient un meilleur visage et Zakaria n'était pas loin de se racheter avec une tête juste à côté (56e). Torres répondait (59e) mais c'était bel et bien la Suisse qui poussait avec un sauvetage d'Unai Simon devant Zuber (64e). Mais le gardien espagnol finissait par craquer. Après une incompréhension espagnole, Freuler trouvait Shaqiri qui égalisait (68e, 1-1). Tout était à refaire pour la Roja, qui allait terminer en supériorité numérique. Auteur d'un tacle non maîtrisé, Freuler voyait rouge (77e). Mais l'Espagne n'en profitait pas et les deux équipes devaient passer par la prolongation. La première période de celle-ci débutait bien pour les Espagnols avec des grosses occasions de Moreno (92e) et Jordi Alba (96e). Derrière, Sommer faisait le show en multipliant les parades (101e, 103e, 118e) tandis que Rodriguez sauvait les siens (110e). Il fallait donc passer par la séance de tirs au but et à ce jeu-là, les Espagnols étaient plus forts et obtenaient ainsi leur billet pour les demi-finales !

Retrouvez le film du match sur notre live commenté.

Le tableau de la phase finale de l'Euro.

L'homme du match : Sommer (8) : il ne peut rien faire sur le premier but de l’Espagne, dévié par Zakaria dans son but alors que le gardien semblait sur la trajectoire du ballon. Sommer a été très peu sollicité dans ce match et a rarement eu à s’employer. Réduite à 10 à la 77e, la Nati a concédé beaucoup plus d’occasions en prolongation. Le gardien du Borussia Mönchengladbach a réalisé un arrêt décisif sur une frappe à bout portant de Moreno (100e) et a été très propre dans ses interventions. Il a bien cru avoir fait le plus dur lors de la séance de tir au but en arrêtant la frappe de Rodri mais cela n'aura pas suffit pour qualifier la Suisse.

Suisse

  • Sommer (8) : voir ci-dessus.

  • Elvedi (6) : il a été le défenseur suisse le plus en vue dans ce match. Elvedi a coupé la trajectoire de nombreux centres espagnols et a rarement été en difficulté, remportant la plupart de ses duels.

  • Akanji (6) : il a lui aussi été solide défensivement tout au long de la rencontre, remportant la plupart de ses duels aériens et coupant un grand nombre de passe. Il a en revanche craqué lors de la séance de tir au but, sa frappe ayant été arrêtée par Simón.

  • Rodríguez (6,5) : comme ses deux compères en défense centrale, il a fait un bon match et a bien contenu les offensives adverses. Il est l’auteur d’un tacle décisif pour contrer in extremis une frappe de Llorente au point de penalty (109e).

  • Widmer (5) : peu en vue en début de match, ce sont tout de même ses montées qui ont permis à la Nati de se procurer quelques corners intéressants en première période. Défensivement, il a souvent semblé à la limite, mais s’est bien repris lors du second acte et a parfaitement rempli son rôle. Remplacé par Mbabu à la 99e.

  • Freuler (4) : en l’absence de Xhaka, on l’a très peu vu, mais il a fait énormément d’efforts, comme le reste de ses coéquipiers. C’est tout de même lui qui est passeur décisif, il a su profiter d'un cafouillage de la défense adverse pour bien servir Shaqiri sur l’égalisation suisse.. Exclu sévèrement à la 77e pour un tacle sur Moreno.

  • Zakaria (5) : il avait la dure tâche de remplacer Granit Xhaka, suspendu, au milieu de terrain. Zakaria a été malheureux sur l’ouverture du score de l’Espagne, puisque c’est lui qui marque contre son camp après avoir dévié une frappe de Jordi Alba (8e). Discret en première période, il a su peu à peu monter en puissance. Il a notamment été l’auteur d’une bonne tête sur corner (55e) qui est passée tout près du poteau d’Unai Simón. Remplacé à la 99e par Schär.

  • Zuber (4) : comme son compère côté droit, il a fait énormément d’effort dans son couloir. À l’image de son équipe, il a touché peu de ballons offensivement, mais à tout de même réussi à se créer une grosse occasion (63e) à la suite d’un bon relais avec Vargas dans la surface espagnole. Remplacé à la 92e par Fassnacht.

  • Shaqiri (5.5) : situé derrière les deux attaquants suisses, il a eu beaucoup de mal à peser sur le jeu de son équipe. Shaqiri a tout de même beaucoup couru et fait énormément d’efforts défensivement. Auteur de l’égalisation de la Nati (68e), il a su concrétiser la seule occasion qu’il s’est créée, sur un bon service de Freuler. Remplacé par Sow à la 80e.

  • Embolo (): victime d’une blessure à l’ischio-jambier, il a été contraint de laisser sa place à Remplacé à la 22e minute par Vargas(3.5) qui n'a pas réussi à se montrer offensivement mais a fait beaucoup d'efforts. Malheureusement pour lui et pour la Suisse, il a totalement raté son pénalty lors de la séance de tir au but.

  • Seferović (2.5): l’attaquant du Benfica a vécu un match difficile. Il a touché très peu de ballons et ne s’est créé aucune occasion dangereuse. Il a malgré tout rempli son rôle défensivement et a multiplié les courses. Remplacé à la 82e par Gavranović à la suite de l’expulsion de Freuler.

Espagne

  • Unai Simon (6) : le portier de l'Athletic Bilbao n'a rien eu à se mettre sous la dent en première mi-temps. Le gardien espagnol sauve les siens en remportant son duel face à Zuber (64e). Le principal protagoniste ne peut rien sur l'égalisation de Shaqiri (1-1, 68e). Décisif dans la séance de tirs au but en repoussant deux penalties.

  • Azpilicueta (5) : le joueur de Chelsea n'a pas trop été inquiété dans son couloir droit dans la première demi-heure. Discipliné dans son positionnement, l'intéressé aurait pu marquer sur un corner frappé par Koke, mais sa tête est bien captée par Sommer (25e). L'ancien Marseillais se fait prendre sur la passe de Vargas qui amène l'occasion de Zuber (64e). En retard pour compenser sur l'égalisation de Shaqiri (1-1, 68e). Il a essayé de se porter à l'offensive après l'égalisation suisse.

  • Pau Torres (4,5) : son association avec Aymeric Laporte reste intéressante. Très élégant dans sa gestuelle, le défenseur central de Villarreal s'est évertué à relancer proprement. Plutôt sérieux et à son aise dans les duels, l'intéressé est impliqué malgré lui sur l'égalisation suisse en décalant Freuler (1-1, 68e). Il a semblé touché par cette erreur malheureuse par la suite. Se reprend bien pendant les prolongations en étant présent dans l'impact. Remplacé à la 112e par Thiago Alcantara

  • Laporte (4,5) : le défenseur central de Manchester City constitue une belle association avec Pau Torres. Appliqué tactiquement et dans la relance, l'intéressé a parfois éprouvé des difficultés dans le jeu aérien, notamment sur les corners. Ses interventions défensives sont souvent judicieuses. Le numéro 24 met un peu de temps à compenser sur l'occasion de Zuber (64e). Auteur d'une boulette en voulant sortir le ballon qui rebondit sur Pau Torres, ce qui profite à Freuler sur l'égalisation de Shaqiri (1-1, 68e). Quelques moments de flottement après cette égalisation, heureusement sans suite pour son équipe.

  • Alba (6) : le latéral gauche espagnol provoque l'ouverture du score espagnole. Sa volée déviée par Zakaria permet à la Roja d'ouvrir le score (1-0, 8e). Le joueur du Barça a essayé de combiner avec Sarabia sur le côté gauche et n'a pas trop été inquiété en première mi-temps sur le plan défensif. Le scénario du match l'a obligé à ne pas trop partir à l'abordage. Son centre instantané pour Moreno aurait pu être décisif (92e). Le défenseur du Barça voit sa superbe frappe détournée en corner par Sommer (96e). L'intéressé a tout tenté pendant les prolongations avec plusieurs centres de qualité.

  • Koke (5,5) : travailleur de l'ombre, le milieu de l'Atlético de Madrid s'est distingué par le pressing exercé sur l'adversaire. Le champion d'Espagne n'a jamais rechigné aux tâches défensives. Dans le second acte, le numéro huit a essayé d'orienter le jeu, créer des décalages avec plus ou moins de réussite. Remplacé à la 90+1 par Llorente qui lui aussi a apporté par sa mobilité dans le jeu.

  • Busquets (5) : le capitaine de la Roja stabilise le bloc équipe. C'est lui qui guide les siens, donne le tempo du jeu. Très présent sur le porteur de balle, le milieu du Barça a gratté quelques ballons dans l'entrejeu. Le numéro cinq espagnol reste capable de casser des lignes en une passe. Sa superbe transversale pour Oyarzabal aurait pu être décisive (101e). Sa tête sur un corner est bien captée par Sommer (116e). Le joueur du Barça manque son penalty qui touche le poteau de Sommer.

  • Pedri (6) : la pépite du Barça s'est montré très présent entre les lignes pour créer les décalages notamment sur la gauche pour Sarabia ou Alba. Le milieu espagnol n'a pas rechigné aux tâches défensives. Sa qualité dans les transmissions est à souligner. Malheureusement, le joyau du FC Barcelone a un peu disparu de la circulation dans le second acte. Le numéro 26 ibérique effectue un superbe décalage pour Alba qui aurait pu provoquer le deuxième but espagnol (92e). Remplacé à la 118e par Rodri qui a manqué son penalty pendant la séance de tirs au but.

  • Sarabia (5) : le joueur du PSG réalise un championnat d'Europe surprenant. Encore titularisé ce soir, l'ancien Sévillan s'est montré très disponible dans son couloir gauche, sans pour autant se montrer très dangereux. Remplacé à la 46e par Olmo (6) qui n'a pas hésité à provoquer dès qu'il en avait l'opportunité et s'est montré très actif sur le front de l'attaque espagnole. Sa tentative est bien stoppée par Sommer (111e).

  • Morata (5) : véritable point de fixation de l'attaque espagnole, le joueur prêté à la Juventus par l'Atlético pèse toujours autant sur les défenses par son activité. Très intéressant dans son jeu dos au but, son aisance technique lui permet d'exceller dans les petits périmètres. Malheureusement, ses partenaires ont éprouvé des difficultés pour le trouver en première mi-temps. Malgré ses décrochages, le buteur ibérique n'a pas eu l'impact escompté ce soir. Remplacé à la 53e par Gerard Moreno qui a mis du temps à entrer dans son match. Sa frappe enroulée en fin de match n'inquiète pas Sommer (84e). Le buteur de Villarreal rate l'immanquable sur un excellent centre d'Alba (92e). Le numéro neuf loupe encore une belle opportunité face à Sommer (101e).

  • Ferran Torres (5,5) : l'ailier espagnol a livré un beau duel avec Rodriguez dans le couloir droit. Sa faculté à percuter et provoquer reste intéressante. Le joueur de Manchester City n'a pas hésité à permuter avec Sarabia. Sa qualité de centre n'a pas été suffisamment mise en valeur dans ce match. Très actif, le numéro onze n'a pas toujours été récompensé de ses efforts. Remplacé à la 90e par Oyarzabal qui a apporté sa mobilité et toute son envie. Sa frappe enroulée est magnifiquement déviée en corner par Sommer (103e).

Plus d'infos

Commentaires