Monaco : Kevin Volland raconte ses premiers pas

Débarqué un peu à la surprise générale cet été, Kevin Volland a eu du mal à s'imposer avant de s'intégrer parfaitement au système de Niko Kovac. Il raconte ses premiers pas.

Kevin Volland célèbre un but sous les couleurs de Monaco
Kevin Volland célèbre un but sous les couleurs de Monaco ©Maxppp

Un peu à la surprise générale, Kevin Volland, alors du côté du Bayer Leverkusen, s'est engagé avec l'AS Monaco. Le club princier, qui venait de recruter Niko Kovac, voulait un joueur pour épauler Wissam Ben Yedder à la pointe de l'attaque. Et l'entraîneur croate a joué un rôle dans sa venue, selon les dires de l'attaquant dans Bild : « il y avait déjà de l'intérêt avant, puis le changement d'entraîneur s'est déroulé assez rapidement ici. J'ai eu une très bonne impression lors des discussions à Monaco et ils me voulaient vraiment ». Après quatre ans à enchaîner les gestes décisifs au Bayer 04 (50 buts, 32 passes décisives en 148 matches), l'attaquant de 28 ans a fait ses valises direction la Principauté et la Ligue 1.

La suite après cette publicité

Volland n'a eu aucune inquiétude

Pour autant, les premiers pas n'ont pas été si simples que cela. Emprunté dans le jeu, il n'était pas décisif dans une formation qui peinait un peu à trouver son jeu et surtout des résultats. « Au début, j'ai eu du mal, je dois l'admettre. On avait toujours ça avec Leverkusen. J'ai joué la Ligue Europa, puis deux semaines de vacances, puis déménagé à l'étranger. C'était beaucoup. Le premier mois a été stressant avec beaucoup de choses à faire. L'entraînement est différent, le style de jeu est différent, il faut s'habituer à tout. La langue est un autre aspect à prendre en compte. C'est pourquoi il m'a fallu revenir au niveau sportif. Mais tout s'est amélioré récemment, je me suis retrouvé impliqué dans des buts », se réjouit-il.

Alors que la plupart des observateurs commençaient à douter du projet monégasque, lui a été surpris au départ, mais n'avait aucun doute sur la compétitivité et le talent de l'équipe. « Je savais ce que faisait le club. Qu'il voulait à nouveau apporter plus de structure. Il y avait trop de joueurs là-bas, ce n'était même pas possible de travailler correctement. Maintenant, nous avons une bonne équipe équilibrée. Beaucoup de joueurs talentueux, mais aussi des joueurs expérimentés comme Cesc Fabregas ou Stevan Jovetic. Dans l'ensemble, un bon mélange. Je n'avais aucune inquiétude », précise-t-il. Avec deux buts et deux passes décisives en Ligue 1 en huit matches, Volland commence peu à peu à se fondre dans une équipe qui semble avoir trouvé son équilibre. Quelques jours avant la rencontre entre l'ASM et le PSG, la formation de la Principauté va avoir besoin de toutes ses forces...

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires