RC Strasbourg - PSG : les notes du match

Grâce à une première période rondement menée, un PSG très sérieux s'est imposé sans difficulté à Strasbourg 4-1. Entre ses deux échéances en Ligue des Champions face au Bayern, le club parisien revient à trois points du leader lillois.

Mbappé enlace Rafinha lors du succès parisien à Strasbourg
Mbappé enlace Rafinha lors du succès parisien à Strasbourg ©Maxppp

Entre les deux rendez-vous face au Bayern Munich, le PSG n'avait pas le droit à l'erreur lors de ce déplacement à Strasbourg. Relayé à six points du LOSC, difficile vainqueur hier à Metz, le club de la capitale se devait de l'emporter sous peine d'hypothéquer très sérieusement ses chances de titre de champion de France. Pour ajouter de la difficulté à ce déplacement déjà compliqué, Pochettino déplorait les absences de Neymar, suspendu, mais aussi de Bernat, Marquinhos, Kurzawa et Icardi, tous blessés, de Diallo de retour de maladie, de Florenzi et Verratti positifs au Covid. C'est donc un onze très remanié qui débutait à La Meinau avec Danilo et Kimpembe en défense centrale, Sarabia, Rafinha ou encore Kean débutaient, tout comme, à la surprise générale, Kylian Mbappé.

La suite après cette publicité

Double buteur en milieu de semaine sur la scène continentale, le champion du monde ne mettait que deux minutes pour s'illustrer d'un contrôle un peu long alors que la situation devenait dangereuse. Le PSG semblait prendre ce match par le bon bout même si Thomasson fracassait le poteau d'un Navas réduit au rang de simple spectateur (10e). Cette frayeur passée, aucun doute ne se lisait sur les visages parisiens, et surtout pas sur celui de Mbappé. D'un crochet dévastateur, il effaçait Koné avant de tromper Sels entre les jambes (0-1, 16e). Quelques minutes plus tard, il essayait de remettre ça d'un numéro dans la surface après un échange avec Rafinha. Il fallait un Caci accrocheur pour empêcher le doublé (25e). Le break ne tardait pas pourtant. Après une percée de Danilo, Sarabia se débarrassait de Mitrovic avant de battre Sels d'une frappe croisée (0-2, 27e).

Le PSG trop sérieux pour Strasbourg

Si redoutable ces dernières années lorsque le PSG se déplace en Alsace, Strasbourg était rendu au rang de faire valoir. Les absences, elles aussi très nombreuses (Simakan, Ajorque, Saadi, Mothiba, Djiku et Waris), se faisaient ressentir. Diallo ne remportait aucun duel et le duo Sissoko-Aholou n'affichait pas beaucoup d'efficacité. Même lorsque le collectif parisien se retrouvait coupé en deux, il trouvait les solutions à l'image du but de Kean avant la pause. Laissé seul dans le cœur du jeu, Mbappé a tout le temps de progresser pour trouver son partenaire italien dans la profondeur (0-3, 45e). Une première période pour le club de la capitale, qui avait déjà rempli 90 % du contrat. Pochettino se permettait même de faire entrer Sergio Rico à la pause, plus par précaution qu'autre chose car Navas souffrait de légères douleurs musculaires.

Le Bayern était sans doute déjà dans les têtes car les Parisiens baissaient le pied durant ce second acte. Plus aussi efficaces devant, les attaquants marquaient un peu le pas à l'image de Mbappé dont la frappe était bien trop enlevée (52e) et de Kean qui se heurtait deux fois à Sels (61e, 66e), avant de rater le cadre sur ce centre venu de la gauche (70e). Le Racing en profitait pour sortir la tête de l'eau. Sur son premier ballon et grâce à une offrande déposée par Bellegarde, le jeune Sahi (18 ans) réduisait l'écart (1-3, 63e). La belle histoire s'arrêtait là. Strasbourg gaspillait quelques cartouches et ne revenait pas dans la partie. C'est même l'inverse qui se produisait. Mbappé obtenait une faute devant la surface que Paredes se chargeait de transformer d'un magnifique coup-franc (1-4, 79e). Revenu à trois points du LOSC, un PSG très sérieux peut se tourner vers le Bayern avec ambition.

Revivez le film de la rencontre sur notre live.

Le classement de Ligue 1.

L'homme du match : Mbappé (7,5) : titulaire inattendu, l’attaquant n’avait visiblement pas besoin de souffler. Encore en jambes, il se procure une première situation dès la 2e mais manque son contrôle. Moins de quinze minute plus tard, il ouvre le score en glissant le ballon entre les jambes de Sels, après avoir déposé Koné (16e). Le Français n’a pas hésité à échanger de position avec Kean, troublant la défense alsacienne. Enfin, c'est lui qui obtient la faute offrant le coup-franc de Paredes (79e). Remplacé par Nagera (89e), auteur de sa première apparition chez les pros.

Strasbourg :

  • Sels (4) : concentré dans les premières minutes de jeu, le gardien belge était impérial jusqu’à ce qu’il se troue sur la frappe de Mbappé (16e). Sur la tentative angle fermé de l’attaquant du PSG, le ballon file entre les jambes du portier strasbourgeois est battu. Difficile de l’incriminer sur les réalisations de Sarabia (27e) et de Kean (45e). En seconde période il montre un tout autre visage et il remporte la plupart de ses duels (61e et 66e face à Kean, 69e face à Mbappé). Il encaisse un but sur coup-franc en seconde période, botté par Paredes (79e) mais ne peut rien faire tant la frappe de l’Argentin est somptueuse et bien placée.

  • Guilbert (6) : match très intéressant de l’ancien joueur d’Aston Villa et de Caen. Très actif dans son couloir droit, il a montré de belles choses offensivement avec des centres millimétrés (6e, 30e, 38e) des transversales intéressantes. Défensivement il a fait le boulot que ce soit au sol ou dans les duels aériens. Sa seconde période est du même acabit. Son activité a été préciseuse mais il n’a malheureusement pas réussi à être décisif, malheureux sur ses bons centres. Sûrement le meilleur joueur strasbourgeois aujourd’hui.

  • Koné (2,5) : en l’absence de Simakan et de Djiku, l’Ivoirien était titularisé aujourd’hui face au PSG. Contrairement à son latéral droit, il a été en difficultés défensivement. Il a surtout eu du mal face aux flèches parisiennes notamment Mbappé lorsqu’il était lancé en profondeur. Il est également dans le dur face à Kean sur le but de l’Italien avant la mi-temps. Au marquage du natif de Bondy, il a souvent dû faire appel de sa lecture du jeu et de son expérience pour protéger son gardien.

  • Mitrovic (3) : le capitaine strasbourgeois a lui aussi été dans le mal face aux attaquants du club de la capitale, notamment en première période. Deux des trois buts inscrits dans cette partie du match sont venus de son côté gauche. Son positionnement haut a été un problème pour sa défense. Pas impérial dans les duels et dans sa lecture du jeu, sa prestation est rattrapée par ses quelques relances intéressantes.

  • Caci (3,5) : contrairement à Guilbert, l’autre latéral du RCSA, le joueur formé au club a eu du mal dans ce match. Généralement positionné très haut sur le terrain, il a été dans le dur défensivement avec des retours trop tardifs. Ses montées ont été moins percutantes que Guilbert et ses centres trop rares et moins précis. Remplacé par Carole (81e).

  • Sissoko (2) : match très (très) compliqué pour l’ex-Brestois face au PSG cet après-midi. En première période, il est dépassé physiquement dans l’entrejeu. Il ne remporte qu’un seul de ses 6 duels disputés. Aux côtés d’Aholou, il n’a pas réussi à apporter et son coéquipier ivoirien a dû compenser ses difficultés. Remplacé par Prcic (60e), auteur d'un tir trop faiblard pour inquiéter Rico (71e).

  • Aholou (4) : l’ancien Monégasque a réalisé un match moyen globalement au milieu de terrain. Une grosse activité à la récupération mais pas toujours bien placé, il a essayé d'être partout, dans sa surface pour aider sa défense, mais parfois près de ses attaquants pour apporter du soutien et tenter sa chance. Il a également été précieux dans les duels (6 remportés sur 8 disputés).

  • Bellegarde (4) : en difficulté défensivement en première période dans l’entrejeu, il a montré de meilleures choses offensivement avec des montées vers l’avant intéressantes. Positionné à droite dans le 4-2-3-1 de Thierry Laurey, il distille une passe décisive à Sahi pour le but du Malien qui réduit l’écart en seconde période (63e). Remplacé par Zohi (81e).

  • Thomasson (3,5) : actif en première période, l’ancien Nantais est le premier à se procurer une grosse occasion dans le match en touchant le poteau de Keylor Navas tôt dans le match avec cette belle frappe à l’extérieur de la surface (8e). Ensuite son équipe a rapidement coulé et il a eu plus de mal à être dangereux, à l’image de ses coéquipiers offensifs. En seconde période, il est toujours actif et il décroche beaucoup pour apporter des solutions. Il ne tente plus de frappe mais ses passes en profondeurs auront été précieuses et réussies.

  • Liénard (3) : rencontre compliquée pour l’habituel métronome alsacien. En première période il a semblé en jambes sur les quelques situations dont il a été à l’initiative. Positionné côté gauche, il a tenté de trouver Diallo dans les airs avec des centres mais souvent trop imprécis pour trouver l’ancien buteur de Metz. En seconde période il monte en puissance mais il sort trop rapidement pour montrer de meilleures choses. Remplacé par Chahiri (60e).

  • Diallo (3) : avec l’absence d'Ajorque, son habituel duo en pointe, l’avant-centre sénégalais a souvent été trop esseulé. En première période, il touche 18 ballons et ne se procure qu’une seule occasion sur un excellent centre de Guilbert (30e) mais l’ancien Messin ne parvient pas à dominer son ballon et ne se montre donc pas dangereux. En seconde période il a également dû tenter de bonifier les quelques centres qu’il a reçus. Malgré ses qualités dans le jeu aérien, il n’a pas réussi à marquer. Remplacé par Sahi (62e), qui inscrit un but sur son premier ballon touché. Le Malien reçoit une offrande de Bellegarde côté droit et place sa frappe sous la barre de Sergio Rico.

PSG :

  • Navas (5,5) : battu mais sauvé par son poteau sur la frappe terrible de Thomasson (10e), le gardien si brillant à Munich a eu beaucoup moins de travail cet après-midi, la tête de Diallo fuyant le cadre (31e). Victime de petites douleurs musculaires, il a été remplacé à la pause par Rico (46e - note 4,5), qui a eu un tout petit peu plus de choses à faire. Sa main n'est pas très ferme sur le but de Sahi (63e) mais il se couche bien sur cette frappe de Prcić (71e).

  • Kehrer (5,5) : titulaire au poste de latéral droit, l’international allemand a plutôt vécu un match tranquille. Pas trop embêté par Bellegrade, il a pu défendre avec sérieux et sans pression. Ses combinaisons n’ont pas toujours été efficaces mais il a souvent recherché Sarabia sur son côté. Il aurait pu apporter davantage sa présence sur les phases offensives.

  • Danilo (6) : sa pige en défense centrale observée à Munich a duré à Strasbourg. Toujours très lent à se retourner, il s’est parfois mis en difficultés tout seul, preuve qu’il n’est pas encore très à l’aise à ce poste. Néanmoins, il a réussi à rendre une copie très correcte, attirant les ballons aériens, même si balle au pied et dans ses relances, il a connu du déchet. Décisif sur le but de Sarabia (27e). Il oublie Diallo (56e) et est battu par Sahi sur le but (63e).

  • Kimpembe (6) : le capitaine du jour enchaîne les matches et les prestations, toujours sur courant alternatif. Il lui est arrivé de perdre son marquage sur coups de pied arrêtés (22e) et n’a globalement pas toujours rassuré alors que l’adversité n’était pas immense non plus. Un tacle glissé salvateur dans sa surface devant Diallo qui l'a sans doute rassuré car on l'a senti plus en confiance par la suite.

  • Bakker (5,5) : il a essayé d’apporter le surnombre dans son couloir, tout en alimentant ses attaquants en ballons mais encore faut-il encore trouver la mire. Le Néerlandais a connu trop de déchets pour avoir de l’influence sur le jeu, même si on a vu du mieux en seconde période. Une grosse débauche d’énergie est aussi à noter et il n’a pas hésité à aller au duel. Un centre-tir qui a bien failli faire mouche (14e) et un retour défensif qui a fait du bien dans les pieds de Thomasson (90e+2).

  • Herrera (6,5) : entré en cours de jeu en Bavière, le milieu de terrain a encore fait du bien aujourd’hui à La Meinau. Plus tout terrain que Paredes, il a montré son gros volume de jeu, courant un peu partout mais sans se disperser. Propre dans le jeu, même s’il n’a pas pris beaucoup de risque, il a permis à son équipe d’avancer en grattant pas mal de ballons. Remplacé par Simons (89e) dont l'entrée fut éphémère mais intéressante.

  • Paredes (7,5) : l’Argentin est parti sur des bases élevées entre une transversale dans le dos de la défense (15e), une seconde décisive sur le premier but de Mbappé (16e), puis une troisième magnifique et longue de 60 mètres pour Kean (61e). Il a su protéger l’axe défensif, même s’il manque son tacle sur le but du Racing (63e). Un coup-franc splendide qui a scellé le succès des siens (79e). Petit événement aussi, il n’a pas écopé d’un avertissement, chose rare chez lui.

  • Sarabia (6,5) : aligné sur le côté droit de l’attaque, l’Espagnol a plutôt bien démarré la rencontre. Mobile et en confiance, il a réussi quelques différences balle au pied, avant de trouver l’efficacité sur une offrande de Danilo (27e), marquant là son 6e but en Ligue 1 cette saison. Moins en vue en seconde période, il a tenté de trouver Mbappé et Kean mais avec moins de succès.

  • Rafinha (6,5) : il occupait la place de Verratti dans ce rôle hybride entre la position de 8 et 10. Il a plutôt bien fait les choses. Une connexion technique intéressante avec Mbappé qu’il a souvent cherché et trouvé (25e, 39e). Toujours en quête de la zone libre, le joueur prêté par le Barça a réussi à créer du liant dans le jeu de son équipe. Remplacé par Gueye (74e).

  • Mbappé (7,5) : voir ci-dessus.

  • Kean (7) : il donne toujours l’impression d’être laborieux mais au final, l’Italien rend de fiers services et se montre efficace. Que demander de plus ? Légèrement touché en début de rencontre, il a serré les dents et est récompensé de son travail de sape par un but (45e). Averti pour une intervention en retard sur Guilbert (57e), il n’est pas loin d’inscrire un doublé sans la présence de Sels (61e, 66e). Remplacé par Draxler (74e) qui a tenté d'apporter des solutions devant.

Plus d'infos

Commentaires