Japon - Croatie : les notes du match

Par La Rédaction FM
13 min.
Japon - Croatie : les notes du match @Maxppp

La Croatie a dû attendre la séance de tirs au but pour se défaire du Japon (1-1, 3-1 aux TAB) en 8e de finale de la Coupe du Monde 2022. Les Vatreni retrouveront le Brésil ou la Corée du Sud en quarts, au Qatar.

La suite après cette publicité

Après les qualifications de la France, de l'Angleterre, des Pays-Bas ou encore de l'Argentine pour les quarts de finale de la Coupe du monde 2022, les huitièmes de finale se poursuivaient, ce lundi à 16 heures. Premier du groupe E et qualifié, à la surprise générale, pour le tableau final, le Japon avait ainsi rendez-vous avec son histoire. Éliminés en huitièmes de finale lors du dernier Mondial en Russie, les Samouraïs bleus - déjà sortis à ce stade en 2002 et 2010 - devaient, pour cela, se défaire de la Croatie, vice-championne du monde. Deuxièmes du groupe F derrière le Maroc, les coéquipiers de Luka Modric, alignés en 4-3-3, partaient malgré tout dans la peau du favori. Vainqueur de l'Allemagne (2-1) et de l'Espagne (2-1), le Japon se présentait, de son côté, en 3-4-3 avec un trio offensif composé de Ritsu Doan, Daizen Maeda et l'inévitable Daichi Kamada.

Ivan Perisic répond à Daizen Maeda

Au Stade Al-Janoub, les hommes de Zlatko Dalic subissaient très rapidement la pression japonaise et Shogo Taniguchi, parfaitement trouvé par Wataru Endo, était tout proche de tromper, de la tête, Dominik Livakovic (3e). Surpris d'entrée, les Croates ne tardaient pas à reprendre le contrôle de la possession et se montraient, eux aussi, dangereux. Profitant de la naïveté de Takehiro Tomiyasu et coupable d'une légère poussette, non sanctionnée, Ivan Perisic filait au but mais butait sur un impérial Shuichi Gonda (8e). Dans un début de 8e de finale très animé, Junya Ito provoquait, une nouvelle fois, sur son côté droit mais ni Daizen Maeda, au premier poteau, ni Yuto Nagatomo, au second, ne parvenaient à reprendre son centre tendu (12e). Maîtres dans l'entrejeu, les partenaires de Mateo Kovacic répondaient peu avant la demi-heure de jeu.

À lire Lionel Messi encense Emiliano Martínez

Sur un joli centre de Borna Barisic, Kramaric profitait d'une déviation de Perisic mais était finalement contré in extremis par la défense nippone (28e). Dominatrice, la Croatie butait, cependant, sur un bloc japonais rigoureux tactiquement. Pire encore, les coéquipiers de Modric tremblaient face à Kamada, à la conclusion d'un superbe mouvement collectif (41e). Avant de craquer... Sur un corner joué en trois temps, Maeda profitait d'une remise de Yoshida pour ouvrir le score (1-0, 43e). Menés à la pause, les Vatreni se devaient de réagir mais éprouvaient les plus grandes difficultés pour déstabiliser les lignes japonaises. Il fallait finalement attendre l'heure de jeu pour voir Ivan Perisic surgir sur un centre parfait de Lovren et égaliser d'une tête puissante (1-1, 55e). Rattrapés au score, les Samouraïs bleus piquaient encore...

La suite après cette publicité

La Croatie au bout du suspense !

En décochant un splendide tir du droit aux 20 mètres, Endo pensait bien remettre les siens devant mais tombait sur un Livakovic, vigilant sur sa ligne (58e). Plus tranchante, la Croatie continuait, malgré tout, à attaquer. Trouvé à l'entrée de la surface, Modric s'essayait mais Gonda repoussait parfaitement la puissance reprise de volée du Madrilène (63e). Si Perisic se signalait encore dans le dernier quart d'heure, sa lourde frappe fuyait le cadre japonais (77e) et les deux formations partaient pour deux périodes de 15 minutes supplémentaires. En prolongation, Vlasic et Majer faisaient leur apparition en lieu et place de Modric et Kovacic mais c'est le Japon qui s'illustrait encore. Auteur d'une incroyable percée, Kaoru Mitoma finissait par déclencher une puissante frappe du droit mais tombait sur le dernier rempart croate (105e).

Fidèles à leurs principes de jeu, les hommes d'Hajime Moriyasu continuaient de malmener cette sélection croate. Sans pour autant trouver la faille. Malgré une ultime tentative de Majer (120+1e), il fallait donc s'en remettre à la fatidique séance de tirs au but pour départager Vatreni et Samouraïs bleus. À ce jeu-là, c'est la Croatie qui faisait preuve de plus de sang froid (3 tirs au but à 1) pour s'offrir le scalp des Japonais et rejoindre les quarts de finale. Bourreau des cadors dans ce Mondial, le Japon s'arrête là. La Croatie attend désormais de connaître l'identité de son prochain adversaire. Il s'agira soit du Brésil, soit de la Corée du Sud, qui s'affrontent, ce lundi à 20 heures.

La suite après cette publicité

L'homme du match : Livaković (7)

Le portier du Dinamo Zagreb a parfaitement fait son job. Il s'est montré assez rassurant et décisif quand il le fallait (20e, 57e, 60e, 105e), mais il ne peut rien faire sur l'ouverture du score à bout portant de Maeda (43e). Il a ensuite endossé le costume de héros en arrêtant trois tirs au but japonais bottés par Minamino, Mitoma puis Yoshida. Il est l'homme du résultat.

Japon

  • Gonda (5) : il effectue un bel arrêt (7e), avant une superbe claquette devant Modric (63e). En revanche, il ne peut rien sur la très belle tête de Perisic, pour égaliser (55e). Une parade également décisive en prolongations (113e). Il n'a, en revanche, pas été efficace sur la séance de tirs au but.

  • Nagatomo (4) : aligné dans un rôle de piston, l'ancien Marseillais s'est permis quelques combinaisons avec Maeda, mais a surtout été très défensif. Il n'a pas toujours été très juste dans ses dégagements et ses relances. S'il a tenu le coup en première période, il a semblé dépassé après la pause et s'est logiquement fait déborder lors de l'égalisation croate. Remplacé par Mitoma (64e, 4), qui s'est montré plus offensif et s'est offert une grosse frappe, après une jolie percée (105e)... mais a loupé son penalty.

  • Yoshida (5) : le leader de la défense des Samurai Blue a, encore une fois, été le plus rassurant dans cette défense à trois. Si la charnière n'a pas été très sollicitée, il a tout de même apporté de la sérénité, notamment dans les duels aériens. Il s'est même offert une déviation décisive lors de l'ouverture du score. Mais il a eu plus de mal après la pause et a réalisé une grosse perte de balle (77e). Mais il a ensuite été précieux en prolongations, où il a repoussé beaucoup de ballons (8 dégagements au total). Il a lui aussi raté son tir au but.

  • Tomiyasu (4) : un contrôle désastreux qui a offert une très grosse occasion aux Croates (8e). Il s'est ensuite rattrapé en réussissant un très bon contre (25e), mais a tout de même fait preuve de fébrilité tout au long de la partie, surtout en deuxième mi-temps. Pas le plus rassurant, mais une déviation décisive à signaler (77e).

  • Taniguchi (5) : une belle tête sur le premier centre japonais (3e) et de l'efficacité dans les duels aériens. Mais ses dégagements n'ont pas toujours été académiques. Il a tout de même été présent au marquage et a empêché Kramaric et Petkovic d'exister, avec l'aide de Yoshida. Le défenseur du Kawasaki Frontale s'est montré solide.

  • Morita (5) : devant la défense, Morita a réalisé une première période plutôt timide, mais efficace. Bien aidé par Endo, il a complètement noyé le milieu de terrain croate. Après la pause, il a été plus en difficulté, mais a fait beaucoup d'efforts dans le repli défensif. Remplacé par Tanaka (106e).

  • Endo (7) : le stratège du Júbilo Iwata va gagner des points auprès du grand public. Dès le début, il a déposé un bon centre sur la tête de Taniguchi (3e), avant de distribuer des excellentes transmissions tout au long de la première période, à l'instar de cette sublime passe pour Kamda (41e). Après la pause, le Japon a subi, mais il a été présent en réalisant un dégagement important (48e), avant un excellent retour dans les pieds de Petković (51e). Un total épatant de 16 ballons récupérés. Il s'est même offert une belle frappe, déviée par Livakovic (58e).

  • Doan (6) : il s'est amusé avec Barisic en première période en réalisant un gros travail offensif sur son côté gauche. Le joueur de Fribourg a fait beaucoup de mal à la Croatie et s'est montré décisif en réalisant un excellent centre sur le but de Maeda. Il a même montré de belles qualités défensives, à l'image d'un sublime retour en fin de match devant Barisic (78e). Remplacé par Minamino (87e), que l'on a trop peu vu et qui a raté son penalty.

  • Kamada (6) : le maître à jouer japonais a réalisé un excellent travail de relance et a surnagé face au milieu de terrain croate. De la technique et de la précision dans les passes pour conserver la possession en première période. Une grosse occasion manquée après un bel enchaînement (41e). Mais il a ensuite disparu après la pause et a eu beaucoup de mal à défendre. Remplacé par Sakai (75e, 4), pour sécuriser la défense, mais l'ex-latéral de l'OM a surtout commis beaucoup de fautes et n'a pas été rassurant.

  • Ito (5) : en première période, l'attaquant du Stade de Reims a été l'un des plus en vue dans son rôle de piston et a fait beaucoup de mal à Barisic. Deux bons centres à signaler (13e et 20e) et une excellente percée (40e) dans l'entre-jeu de la Vatreni. Cela a été plus dur en fin de match, mais ses replis défensifs ont été importants et même dans les prolongations (100e).

  • Maeda (6) : il a réalisé de bons appels et a beaucoup été cherché par son milieu de terrain. À l'origine d'une belle action (41e), il conclut parfaitement pour ouvrir le score. En difficulté après cela, il a été remplacé par Asano (64e, 4), qui a manqué de technique et a perdu beaucoup de ballons. Il a été dans la poche de Gvardiol dès son entrée en jeu et a été beaucoup moins libéré que Maeda. Il a surtout été efficace dans les replis défensifs.

La suite après cette publicité

Croatie

  • Livaković (7) : notre homme du match, voir ci-dessus.

  • Juranović (6) : il ne faut pas retenir que ça, mais le latéral du Celtic est à l'origine du premier but japonais. Le corner amenant l'ouverture du score est sa faute, puisqu'il n'a pas écouté son gardien et a envoyé le cuir derrière sa ligne de but. Autrement, sa présence et son soutien offensif ont bien aidé les siens (7 centres, 1 passe clé) et il a rendu une bonne copie. À noter une intervention décisive juste devant son but (13e) et une bonne solidité dans son couloir (3 dégagements, 2/2 au duel).

  • Lovren (6,5) : le défenseur du Zenit est monté en puissance. On l'a plutôt senti en difficulté en première période, ayant pas mal de retard en retard dans les duels face à Maeda. Puis, au fil de la rencontre, il a gagné en confiance et en consistance, repoussant constamment les assauts japonais dans sa surface ou aux alentours. Moins à l'aise balle au pied que son binôme, il s'est tout de même mué en passeur décisif pour Perišić (55e).

  • Gvardiol (6,5) : solide. Le défenseur central du RB Leipzig a fait parler sa puissance et sa vitesse dans les duels. Sa capacité à jaillir, à anticiper et à bien lire le jeu à poser des soucis aux offensifs nippons, tout comme sa présence aérienne. Il a aussi été très précieux balle au pied, de par sa qualité à casser des lignes ou à porter le ballon pour gagner du terrain.

  • Barišić (3) : l'absence de Borna Sosa s'est trop fait ressentir dans ce 8e de finale et Barišić n'a clairement pas rassuré. En difficulté face à la vitesse d'Ito dans son couloir, le latéral gauche des Rangers avait toujours un train de retard sur son vis-à-vis, défendant souvent assez naïvement. Le danger est trop souvent venu de son côté. Offensivement, il a distillé quelques ballons intéressants, mais c'est tout.

  • Modrić (3) : on était en droit d'en attendre beaucoup plus du Ballon d'Or 2018. Le milieu du Real Madrid (17 ballons perdus) a parfois semblé un peu trop effacé offensivement, tout en étant assez loin de ses adversaires en situation défensive (seulement 2 duels gagnés sur 10 disputés). Il met par exemple trop de temps à sortir sur le porteur du ballon sur la première occasion du match. En grand joueur qu'il est, il est toutefois sorti de sa boîte décocher un tir puissant repoussé par le portier nippon (63e). Remplacé par Majer (99e).

  • Brozović (6,5) : le milieu de l'Inter s'est fait remarquer dans ce 8e de finale. Positionné devant la défense, c'est par lui que sont passés tous les ballons croates (142 ballons touchés). Il s'est montré à son aise dans les duels aériens (100% réussis) notamment, permettant d'installer son bloc dans le camp japonais. Offensivement, il a aussi fait des différences (3 passes clés).

  • Kovačić (6) : le joueur de Chelsea a une nouvelle fois réalisé une prestation très sérieuse. Sa qualité technique s'est avérée précieuse pour remonter le terrain (88% de passes réussies), tout comme son omniprésence dans l'entrejeu, tant en situation défensive qu'offensive. Il s'est fendu de quelques incursions dans le camp adverse bien pensées. Averti pour un tacle en retard sur Ito (90e). Remplacé par Vlašić (99e).

  • Kramarić (4) : une rencontre frustrante pour l'artificier d'Hoffenheim. Pas assez tueur sur un deuxième ballon (8e), l'attaquant croate n'a pas non plus eu grand-chose à se mettre sous la dent (2 tirs bloqués). Il s'est bien battu (3/5 au duel) et a fait preuve d'une maîtrise technique non négligeable (95% de passes réussies). Remplacé par Pašalić (68e, 5), actif sur la droite du terrain et costaud au duel (4/5 gagnés), mais la physionomie de la rencontre et le bloc assez bas japonais ne lui ont pas permis de s'exprimer comme il l'aurait souhaité.

  • Petković (3) : on ne pourra pas lui reprocher son activité sur le front de l'attaque et sa combativité (8/14 au duel), ni le fait qu'il n'ait pas eu pléthore de ballons à disputer (24 touchés). Mais l'avant-centre du Dinamo Zagreb aurait pu (dû ?) mieux faire en première période sur l'ouverture de Gvardiol (26e). Autrement, il aura surtout été trop lent dans ses prises de décision pour faire mal aux Japonais. Remplacé par Budimir (62e, 4), qui s'est bien battu, mais n'a pas vraiment pesé sur la défense japonaise, ce qu'on attendait de lui, ou du moins n'a pas été dangereux face au bloc assez bas adverse. L'attaquant d'Osasuna a même été remplacé par Livaja (105e), qui a raté son tir au but, sans conséquences.

  • Perišić (7) : le joueur de Tottenham aurait longtemps pu regretter son énorme opportunité manquée en angle fermé face au portier du Japon (8e). Heureusement pour lui, il s'est rattrapé grâce à un puissant coup de casque pour égaliser (55e), tout en montrant la voie en bon leader. Il a fait du Perišić, en étant généreux dans ses efforts, notamment défensifs, et en épuisant ses vis-à-vis, tout en proposant constamment des solutions à ses partenaires. Remplacé par Oršić (105e).

La suite après cette publicité
La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité