Emiliano Buendia, le crack de Championship que l'Angleterre s'arrache

Élu meilleur joueur de Championship, Emiliano Buendia va retrouver les pelouses de Premier League la saison prochaine. Ça ne sera peut-être pas avec le maillot de Norwich puisque le milieu offensif argentin est courtisé.

Emiliano Buendia a tout cassé en Championship
Emiliano Buendia a tout cassé en Championship ©Maxppp
La suite après cette publicité

Norwich et Troyes ne se sont probablement jamais affrontés, mais ils ont un point en commun. Ils adorent faire l'ascenseur entre la première et la deuxième division. Depuis 2012, le club français est montré trois fois dans l'élite (bientôt 4 puisque l'ESTAC est l'actuel leader de la Ligue 2) pour autant de descente. Pour Norwich c'est pareil. Repartis à l'étage inférieur en 2013, 2016 et 2020, les Canaries reviennent en Premier League rapidement. C'est encore le cas cette année puisqu'ils ont validé leur accession il y a quelques semaines et sont d'ores et déjà champions, comme il y a deux ans. Un homme illustre cette belle saison, Emiliano Buendia, sacré meilleur joueur du championnat.

L'Argentin est loin d'être un inconnu en Angleterre. Durant la première partie de saison dernière, il faisait partie des meilleurs passeurs du championnat, en étant surtout décisif face aux grandes écuries. Excellent tireur de coups de pied arrêtés, il cumulait déjà 7 assists à la mi-saison face à Liverpool, Chelsea, Manchester City (x2), Leicester, Tottenham et Crystal Palace. Il était alors sur le podium derrière Trent Alexander-Arnold et Kevin De Bruyne. Malheureusement, ça n'a pas suffi pour sauver le club en fin de saison. Lui-même a baissé le pied, manquant même six rencontres cumulées entre janvier et le restart. Tant pis, c'est en Championship qu'il brillera à nouveau.

Adoubé par Messi

Avec ses 14 buts et ses 16 passes décisives, le joueur de 24 ans a assommé la concurrence. Très fin techniquement et intelligent dans le jeu, le milieu offensif s'est révélé comme le joueur frisson de la D2 anglaise, dans ce rôle de playmaker qui lui va à ravir. Mieux encore, il s'est complètement adapté au style dans un championnat pas toujours réputé pour sa qualité de jeu. «J'ai toujours aimé marquer des buts et donner des passes décisives à mes coéquipiers. Mais j'aime toujours aider en défense et aller tacler parce que c'est une bonne sensation de récupérer le ballon et de pouvoir attaquer à nouveau. J'adore ça et parfois je peux aider l'équipe comme ça», explique-t-il au Guardian.

Ça ne tombait pas forcément sous le sens à son arrivée à Norwich en 2018 pour 1,5 M€. C'est qu'il a grandi avec la culture espagnole. Né à Mar Del Plata, Buendia quitte son Argentine natale pour rejoindre le Real Madrid à l'âge de 11 ans. Trois ans plus tard, Getafe le récupère pour le faire jouer ses premiers matches professionnels en 2015. Il affronte même Messi qui lui colle un 6-0 avec le Barça. La défaite est déjà oubliée quand son idole vient lui glisser un petit mot en fin de match. «J'ai peut-être fait quelque chose de bien pour l'impressionner. Il a demandé: "Qu'est ce que tu veux faire ? Jouer pour l'Espagne ou l'Argentine?" J'ai rapidement dit: "Bien sûr, je veux jouer pour l'Argentine. Je veux jouer avec toi, c'est un rêve."»

Buendia est courtisé

Muni d'un double passeport, l'élégant droitier a porté le maillot de la Rojita chez les U19 avant de choisir l'Albiceleste chez les U20, avec qui il a participé à la Coupe du Monde de la catégorie en 2015. Depuis il n'a jamais été sélectionné chez les A, mais l'espoir fait vivre. De retour la saison prochaine en Premier League, il pourrait bien passer un cap cet été en rejoignant une écurie plus importante. Près de la moitié du championnat anglais le convoite comme Aston Villa, Crystal Palace et West Ham. Déjà dans son viseur à l'intersaison, Leeds réfléchit à le faire venir. Buendia a également été cité du côté d'Arsenal par la presse anglaise, tandis que l'Atlético de Madrid, Séville et Villarreal regardent ce dossier d'un peu plus loin. Il faudra y mettre le prix car Norwich n'entend pas se séparer de son meilleur joueur à moins de 40 M€. Les courtisans sont prévenus.

Plus d'infos

Commentaires