Nigeria : les Super Eagles battent dangereusement de l’aile !

Par Victor Garlan
4 min.
Ola Aina avec le Nigeria @Maxppp

Battu par le Bénin (2-1) quelques jours après avoir été tenu en échec par l’Afrique du Sud (1-1), le Nigeria est passé complètement au travers de sa trêve internationale de juin. Avec aucun succès en 4 matchs dans ces éliminatoires pour le Mondial 2026, la crise pointe déjà le bout de son nez chez les Super Eagles, qui végètent à une inquiétante avant-dernière place du groupe C à mi-parcours.

Avec en ligne de mire un ticket pour les Amériques, les sélections africaines étaient de retour sur le devant de la scène cette semaine, pour le compte des troisième et quatrième journées des éliminatoires de la Coupe du monde 2026, organisée conjointement par les Etats-Unis, le Mexique et le Canada. Si certaines grandes nations du continent ont répondu présent à l’image de la Côte d’Ivoire ou encore du Maroc, que d’autres ont évité le pire à l’instar de l’Algérie, ce n’est pas le cas du Nigeria qui est passé totalement au travers de sa fenêtre internationale. Auteurs d’un début de campagne mitigé avec deux nuls obtenus contre le Lesotho (1-1) et le Zimbabwe (1-1), les Super Eagles entendaient renouer enfin avec le goût de la victoire pour faire respecter leur statut de favori de la poule C. Visiblement, il semble que les deux contre-performances enregistrées à l’automne 2023 soient restées dans les têtes des hommes de Finidi Georges.

La suite après cette publicité

Fort d’un très beau parcours lors de la dernière édition de la Coupe d’Afrique des Nations, en dépit d’une finale perdue face à la Côte d’Ivoire, le Nigeria nourrissait pourtant de grandes ambitions à l’occasion de cette dizaine internationale qui débutait par un rendez-vous face à l’Afrique du Sud. À Uyo, ville située dans le sud du pays, les Super Eagles, privés de Victor Osimhen, ont évité le pire en accrochant un petit point (1-1), Dele-Bashiru répondant à l’ouverture du score de Zwane en première période. Au sortir d’une piètre prestation face à un adversaire qu’il avait éliminé en demi-finale de la CAN 2023, une réaction était attendue du côté du triple champion d’Afrique face au Bénin. Malgré les présences d’Ademola Lookman, vainqueur de la Ligue Europa sous les couleurs de l’Atalanta Bergame, de Victor Boniface, sacré champion d’Allemagne avec le Bayer Leverkusen, ou encore de joueurs alimentant des écuries de renoms en Europe tels Samuel Chukwueze (AC Milan) ou Terem Moffi (OGC Nice), le Nigeria s’est pris les pieds dans le tapis à Abidjan.

À lire Chants racistes : le constat clair de Hugo Lloris sur la vidéo d’Enzo Fernández

Un cador d’Afrique à la dérive, Finidi George en danger ?

Si Raphael Onyedika a placé les siens sur les bons rails en ouvrant la marque avant la demi-heure de jeu, c’était sans compter sur le sursaut d’orgueil des troupes de Gernot Rohr qui ont renversé la vapeur par l’intermédiaire Jodel Dossou et de Steve Mounié avant la pause. Incapable de combler son retard après le repos, le Nigeria s’est incliné pour la première fois dans ces éliminatoires. Un revers devant le voisin béninois qui fait très mal puisqu’il relègue le Nigeria à la 5e place du groupe C. Loin de ses standards habituels et avec seulement quatre points dans la besace, l’équipe nationale ne décolle pas et se retrouve d’ores et déjà en très mauvaise posture en vue d’une qualification pour le Mondial 2026, et ce, à mi-parcours. Une situation de crise qui a tendance à fragiliser la position du nouveau patron des Super Eagles, Finidi George. Proposé par un comité technique et intronisé il y a un peu plus d’un mois à la tête de la sélection africaine en lieu et place du Portugais José Pereiro, l’ancien ailier de l’Ajax Amsterdam issu de la génération dorée du Nigeria pour avoir remporté la CAN 1994 en Tunisie, s’attire déjà les foudres des supporters nigérians, qui ont pris d’assaut les réseaux sociaux pour exprimer leur déception.

La suite après cette publicité

Certains fans ont même réclamé la démission du technicien de 53 ans, qui conserve de son côté le soutien de sa fédération (NFF) en dépit d’un début de mandat délicat. «Les Nigérians ont demandé un entraîneur local et Finidi s’est avéré être le meilleur homme pour diriger les Super Eagles à ce moment-là. Le comité technique a choisi le meilleur dans l’intérêt du pays. Finidi continuera donc à bénéficier du soutien total de la NFF malgré les récents résultats affichés par les Super Eagles», a déclaré Victor Ikpeba, ex-international et désormais membre du comité technique de la NFF pour SCORENigeria. Conforté pour le moment par ses dirigeants, le natif de Port Harcourt va toutefois devoir se retrousser les manches au même titre que ses joueurs si ces derniers souhaitent participer à la Coupe du monde 2026, après avoir manqué le Mondial 2022 au Qatar, et ainsi éviter un désastre au pays. Avant-derniers de la poule C, accusant quatre unités de retard sur le wagon tête composé du Rwanda, de l’Afrique du Sud et du Bénin, les Super Eagles ne doivent plus laisser le moindre point en route s’ils souhaitent accrocher à minima un barrage promis aux quatre meilleurs deuxièmes de ces éliminatoires de la zone Afrique.

La suite après cette publicité
La suite après cette publicité