Rencontre plus que décisive dans ce groupe 1 de la Ligue des Nations, puisqu’en cas de victoire ou de nul des Pays-Bas, les Oranje se qualifiaient pour le Final Four de la compétition, devançant la France. A l’aller, les Néerlandais s’étaient imposés assez facilement, surclassant leur adversaire (3-0). Les Bleus étaient logiquement derrière la sélection allemande ce soir ! Mais au final, pour le plus grand malheur des champions du Monde, la rencontre s’est terminée sur un match nul 2-2 avec une incroyable remontada hollandaise. Ronald Koeman sortait logiquement l’artillerie lourde pour ce match primordial, et on retrouvait ce trio Babel-Depay-Promes aux avant-postes, avec Wijnaldum et l’excellent Frenkie de Jong au milieu notamment. Côté germanique, c’était aussi une équipe plutôt type qu’alignait Joachim Löw, dans un 3-4-3 avec des flèches comme Gnabry et Sané sur les côtés.

Et la rencontre démarrait très bien pour les Allemands. Après des premières minutes pour le moins équilibrées, avec deux équipes qui avaient des intentions résolument portées vers l’attaque, Timo Werner frappait en premier. Le joueur du RB Leipzig trompait le portier néerlandais d’une belle reprise après un service de Serge Gnabry (1-0, 9e). Ce n’était pas fini... Après un long ballon de Toni Kroos, Leroy Sané crucifiait Cillessen, pas aidé par une déviation malheureuse de Tete (2-0, 19e). Une entame de match idéale pour les locaux donc, qui n’ont laissé aucune place au doute. Première réaction hollandaise avec ce centre de Blind dévié par Sule sur sa propre barre (33e). Mais la rencontre était de façon globale pauvre en occasions, et l’Allemagne était plutôt sereine sur sa pelouse.

Le milieu néerlandais, inexistant

C’est donc sur un avantage de deux buts en faveur de la Nationalmannschaft que les vingt-deux acteurs de la partie regagnaient les vestiaires. Les Allemands jouaient leur partition à merveille, notamment dans le secteur défensif, où ils ont parfaitement annulé le lien entre le milieu de terrain et l’attaque néerlandaise. Frenkie de Jong et Wijnaldum étaient ainsi très discrets et les ballons n’arrivaient pas devant. La deuxième période démarrait directement par une occasion allemande, mais Cillessen captait bien la frappe de Werner après une erreur de de Jong (46e).

Les troupes de Joachim Löw maîtrisaient leur sujet et n’étaient pas inquiétés. Werner, parti seul en contre-attaque, se manquait face au portier rival, croisant un peu trop sa frappe (62e). Le temps défilait, et les Néerlandais ne créaient aucun danger devant les cages de Manuel Neuer. Il fallait attendre la 78e minute pour le voir devoir s’employer, sur cette belle action individuelle de Memphis Depay. La fin de match allait cependant être folle... Quincy Promes, d’une superbe frappe depuis l’entrée de la surface, parvenait à réduire l’écart après une série de passes néerlandaises dans les derniers mètres adverses (2-1, 85e). Van Dijk égalisait ensuite d’une reprise de volée, seul dans la surface après un centre de de Vilhena (2-2, 90e+1) ! Un scénario de folie qui permet aux Néerlandais de se qualifier pour le Final Four de la Ligue des Nations alors que la France se voyait déjà au Portugal !

Revivez le film du match sur notre live commenté.

L’homme du match : Van Dijk (6) : pas son meilleur match, mais le capitaine a assumé ses responsabilités ! Moins en difficulté que son partenaire de charnière centrale, le taulier des Reds aura effectivement été en-dessous de son niveau habituel défensivement parlant. Souvent, on a vu les Allemands combiner dans la surface rivale, et il a fait preuve d’un manque de vivacité effarant sur certaines situations. Lui aussi a un peu redressé le cap au retour des vestiaires, mais les vingt premières minutes de la partie ont suffit aux Allemands pour mettre à mal l’arrière-garde dont il est le patron. Des erreurs qui lui seront pardonnées, puisqu’il a inscrit le but décisif qui envoie son pays au Final Four.

Allemagne

- Neuer (4) : hormis une frayeur à la 34e minute, lorsque Süle a détourné le ballon juste au-dessus de sa barre, le portier allemand n’a pas eu à s’employer. Le deuxième acte n’a été guère plus agité. Depay l’a sollicité à la 78e minute, Neuer détournant du pied en corner son tir. À la 85e, la frappe de Promes ne lui a laissé aucune chance. Il est encore une fois battu à la 90e. Il n’a pas su se montrer décisif au bon moment.

- Süle (6) : le défenseur du Bayern Munich a bien couvert ses coéquipiers, que cela soit pour dégager son camp (34e) ou pour rattraper une erreur d’un de ses partenaires (59e). Il a aussi réalisé un très bon retour défensif sur Memphis Depay (60e). Il est de nouveau intervenu de la tête pour empêcher les Néerlandais de frapper au but (79e). Il n’a rien pu faire pour empêcher les deux buts fatals en fin de rencontre.

- Hummels (5,5) : patron de cette défense à trois concoctée par Joachim Löw, il n’a pas non plus été inquiété par ses adversaires, à l’instar de ses coéquipiers de la défense. Serein, il a néanmoins commis une petite erreur, heureusement pour lui sans conséquence (59e). Sur la réduction du score néerlandaise, il n’a pas pu contrer la frappe de Promes. La fin de match a été cruelle puisque son dégagement approximatif a mené à l’égalisation batave (90e).

- Rudiger (6) : le joueur de Chelsea a été peu sollicité par les attaquants de la sélection batave. Le peu qu’il a eu à faire, il l’a très bien fait, malgré la réduction du score des Pays-Bas en fin de rencontre (85e). Il a bien contenu les attaquants adverses, mais n’a pu empêcher l’égalisation (90e).

- Kehrer (5) : le Parisien a pris plus d’assurance et s’est illustré dès le début de match, mais sa frappe n’est pas cadrée (1e). Il a joué haut et a perturbé la défense adverse. Même quand il est monté, il n’a pas rechigné à revenir, faisant rapidement les efforts pour se replier. Malheureusement pour lui, il a été trop court pour devancer Van Dijk sur l’égalisation. Dommage.

- Schulz (6,5) : pendant à gauche de Kehrer, il a également joué haut, comme il en a coutume avec son club, Hoffenheim. Il a multiplié les centres, avec plus ou moins de réussite. Il a souvent apporté le surnombre dans son couloir pour créer le danger. Il a continué son bon travail durant les 45 dernières minutes. Sa reprise est contrée à la 81e. Il a encore rendu une très belle copie ce soir, ce qui devient une habitude pour lui.

- Kimmich (6) : le natif de Rottweil a été important dans l’entre-jeu ce soir. Il a bien contrôlé le milieu de terrain et a éteint ses adversaires directs. Son gros volume de jeu a également été essentiel pour la récupération du ballon et la possession. Il a toujours joué juste et a même fait preuve d’expérience par ses fautes pour stopper le jeu, qui lui ont valu un avertissement (68e). Une petite erreur de passe sur le but néerlandais (85e) et l’égalisation (90e) entachent sa prestation.

- Kroos (6) : le Madrilène a été impliqué sur tous les buts de son équipe. D’abord, il est à l’origine de l’ouverture du score de Werner, en récupérant un bon ballon au milieu de terrain (9e). Ensuite, c’est lui qui a bien servi Sané lors du break (19e). Toujours propre dans ses transmissions, il a été complémentaire avec Kimmich. Il a même tenté sa chance, mais sa frappe passe nettement au-dessus (49e). Sur l’égalisation, il s’est montré un peu passif (90e).

- Sané (7,5) : les accélérations et les dribbles de l’ailier de Manchester City ont fait souffrir plus d’un défenseur oranje, notamment lors de son festival à la 43e minute. Il a percuté en permanence. Avec un peu de réussite, il a su tromper Cillessen pour faire le break dès la 19e minute. En seconde période, il n’a pas pu aggraver le score, malgré un bon centre de Reus (72e). Homme fort de ce match côté allemand, il est remplacé par Leon Goretzka (80e). C’est lui qui a perdu le ballon sur la réduction du score de Promes (85e).

- Werner (6,5) : le joueur de Leipzig s’est mis rapidement en évidence en ouvrant le score d’une belle demi-volée (9e). Sa vitesse a ensuite fait beaucoup de mal à la défense néerlandaise. Il s’est essayé par deux fois à la frappe, sans réussite (11e, 46e). Il a réalisé une belle percée en contre-attaque à l’heure de jeu, mais sa frappe a fuit le cadre (62e). Il est remplacé dans la foulée par Marco Reus (63e). Il a été actif dans la dernière demi-heure, sans être décisif.

- Gnabry (6,5) : en pointe ce soir, l’attaquant du Bayern Munich a bien commencé en servant Werner sur l’ouverture du score de ce dernier (9e). Il a également tenté sa chance par deux fois, mais sans trouver la faille (30e, 40e). Il a bien combiné avec ses compères de l’attaque, permutant beaucoup. À la 62e, il a lancé idéalement Werner, qui a loupé son tir. Il a cédé sa place à Thomas Müller (67e). Ce dernier n’a rien apporté offensivement.

Pays-Bas

- Cillessen (5) : le gardien du FC Barcelone a trop souvent été délaissé par sa défense. Il ne peut pas grand chose sur l’ouverture du score de Werner (9e), ni sur le but de Sané (19e) dans la mesure où le ballon est dévié par Tete. Il n’a finalement pas eu tant de travail que ça, puisque le reste des occasions allemandes étaient souvent des frappes non-cadrées ou facilement négociables.

- Tete (4) : du gruyère. Le joueur de l’Olympique Lyonnais a pris l’eau sur son couloir pendant toute la rencontre, et a offert de nombreuses situations intéressantes aux Allemands, comme cette contre-attaque où il se contente de courir aux côtés de Werner sans même tenter de subtiliser le ballon ou de faucher son rival (46e). Malheureux, il dévie le ballon sur le deuxième but allemand (19e). Quelques montées intéressantes à signaler tout de même.

- De Ligt (4) : très bon contre les Bleus, le jeune défenseur central de l’Ajax a eu bien plus de mal ce soir. Il est complètement à la rue sur le but de Sané par exemple, où il n’anticipe pas les mouvements du joueur de City. De façon globale, il a eu énormément de mal face aux attaquants germaniques, comme sur cette tête de Gnabry où il se fait tout simplement manger (40e). Il a un peu rattrapé le coup en deuxième période, avec un sauvetage décisif devant Sané (72e), mais sa prestation était trop insuffisante.

- Van Dijk (6) : voir ci-dessus.

- Blind (5,5) : rencontre en dents de scie pour l’ancien de Manchester United. Il a certes parfois eu énormément de mal face à Leroy Sané, dont la vitesse et l’agilité ne sont plus à prouver, mais a aussi réalisé quelques bonnes interventions, remportant ses duels face au Citizen et à d’autres attaquants allemands. Il a apporté du danger devant en première période.

- Wijnaldum (5) : le milieu de terrain de Liverpool n’a pas fait le poids face à ses adversaires. Il semblait dépassé, tant dans l’aspect défensif qu’offensif. Il n’a donc pratiquement pas eu d’influence dans le jeu, et n’a même pas pu compenser défensivement parlant. Trindade de Vilhena a pris sa place à l’heure de jeu et a signé une entrée en jeu intéressante, étant à l’origine du but égalisateur.

- De Roon (6) : le joueur de l’Atalanta a rendu une copie assez correcte en somme. Une bonne rencontre de sa part, puisqu’il a énormément travaillé défensivement, récupérant plusieurs ballons dans l’entrejeu et coupant des contre-attaques allemandes. Il s’est ensuite montré plutôt propre dans les relances. Le meilleur milieu néerlandais ce soir sur la pelouse de la Veltins Arena.

- De Jong (4) : il avait été resplendissant contre la France vendredi dernier, étant dans tous les bons coups dans l’entrejeu. Ce soir, il était complètement muselé par ses rivaux, et on peut imaginer que Joachim Löw avait établi un plan spécifique pour le neutraliser. Ce fut en tout cas réussi, avec plusieurs ballons perdus dans l’entrejeu pour le petit prodige de l’Ajax, et une influence sur le jeu très limitée.

- Promes (5,5) : globalement décevant depuis son arrivée à Séville, l’ancien du Spartak a aussi déçu ce soir face à l’Allemagne. Sur le flanc droit de l’attaque, on ne l’a que trop peu vu en première période. Il a su se ressaisir une fois rentré des vestiaires, où on l’a vu dézoner et permuter un peu plus, touchant donc plus de ballons, et c’est lui qui a réduit l’écart d’une superbe frappe, hors de portée pour Neuer (85e).

- Babel (3,5) : sur l’aile gauche de l’équipe de Ronald Koeman, l’espoir déchu du football hollandais a vécu une soirée compliquée. Il a tenté, mais a tout raté. Au final, son latéral Daley Blind aura été plus dangereux que lui ! Blessé à la 43e minute, il a laissé sa place à Dilrosun (non-noté), rapidement blessé lui aussi. Luuk de Jong est entré en jeu pour le remplacer à la 66e mais n’a pratiquement rien apporté si ce n’est de la présence devant.

- Depay (6) : très en vue face à la France, le joueur de l’Olympique Lyonnais a eu plus de mal face à l’arrière-garde allemande. Lui aussi était bien muselé, et Hummels lui en a parfois fait voir de toutes les couleurs. Voyant qu’il ne pouvait rien faire devant, il a ensuite beaucoup décroché pour prendre le jeu à son compte, et ce fut souvent réussi, touchant beaucoup de ballons entre les lignes et distillant de bons ballons. Il s’offre une très belle action individuelle (78e) et a été le Néerlandais le plus dangereux.