La Chine ne se cache plus. L’an dernier, les écuries de Chinese Super League avançaient masquées afin de tenter de faire de jolis coups. Mais elles avaient tout de même réussi à convaincre des stars à l’image d’Ezequiel Lavezzi, Ramires, Jackson Martinez ou encore Alex Teixeira pour ne citer qu’eux. Cet été encore, d’autres joueurs tels que Hulk et Graziano Pellè ont cédé face aux avances des clubs chinois. Sans suprise, la Chine a décidé de monter encore d’un cran en s’attaquant à plus de stars et surtout en l’assumant. Le Shanghai SIPG a été le premier à dégainer en enrôlant Oscar. En manque de temps de jeu à Chelsea, le Brésilien a été délogé contre un chèque de 61 M€. Sui Guoyang, le manager général du club chinois, avait justifié sa stratégie : « Si nous n’avions pas offert 60 millions d’euros, pensez-vous qu’il serait venu ? Il y a un tel écart entre le championnat chinois et les tops championnats européens. C’est irréel de suggérer que nous l’aurions recruté d’une manière différente ». Il s’agit du transfert le plus cher de ce marché d’hiver 2017 mais également du transfert le plus cher de l’histoire du mercato d’hiver. Agé de 25 ans, Oscar lui s’est laissé convaincre par un juteux salaire puisqu’il toucherait 480 000 € par semaine selon le Times  !

Mais il n’est pas le joueur le mieux payé en Chine. En effet, il s’agit de Carlos Tévez. S’il a été acheté 11 millions d’euros à Boca Juniors, l’Apache touche un salaire mirobolant de 40 M€ par saison au Shanghaï Shenhua. Rien n’est trop cher pour la Chine ! D’autres joueurs très connus ont filé en Asie. C’est le cas d’Alexandre Pato, transféré pour 18 M€ de Villarreal à Tianjing Quanjian. Un club qu’a aussi rejoint Axel Witsel. Le Belge était pourtant la grande priorité de la Juventus Turin. Mais les Bianconeri ont dû s’incliner face à Tianjing qui débourser 20 M€ pour le déloger du Zénit Saint-Pétersbourg. Le Diable Rouge a confié que l’offre de Chine était impossible à refuser. Odion Ighalo, qui a été transféré de Watford au Changchun Yatai pour 23.3 M€, ou encore Jonathan Soriano, passé du RB Salzbourg au Beijing Guoan pour 10 millions d’euros, font partie des nouveaux visages de la ligue chinoise. On peut aussi noter que les transferts entre clubs chinois ont aussi été nombreux. Chengdong Zhang est passé de Bejing Guoan au Hebei China Fortune pour 20,4M€, Yuhao Zaho (Hangzou Greentown à Hebei) a signé pour 17,8M€ ou encore Yongpo Wang est passé de Luneng à Tianjing pour 12,4M€. Au total, la Chine a dépensé 388 M€ cet hiver 2017 ! L’an dernier, c’était un peu plus de 250 M€. Cet hiver, c’est de loin le championnat le plus dépensier.

La Chine a essuyé plusieurs refus

Et cela aurait pu être beaucoup plus...En effet, plusieurs superstars ont été approchées mais n’ont pas cédé. Interrogé par Sky Italia, Jorge Mendes a confié qu’un club avait tenté sa chance avec Cristiano Ronaldo. « En Chine, ils ont offert 300 M€ au Real Madrid et 150 M€ la saison au joueur. Mais l’argent ne fait pas tout. Le Real Madrid, c’est sa vie ». Son coéquipier Karim Benzema a lui été sondé par le Tianjing Quanjian. KB9 avait confié ne pas écouter les offres. L’écurie entraînée par Fabio Cannavaro a tenté sa chance avec d’autres attaquants de classe mondiale comme l’a révélé le président Shu Yuhui « Nous avons besoin d’un buteur alors nous avons fait une offre pour Benzema. Nous avons également essayé Falcao (Monaco). En fait, le club avait déjà préparé des contrats pour Falcao et Raul Jimenez (Benfica). Nous nous étions mis d’accord avec eux sur les salaires et les primes ». Mais cela ne s’est pas fait. Idem concernant Diego Costa (Chelsea) pour lequel le club a offert plus de 100M€ et un salaire de 30M€ par an. Malgré cette offre astronomique, les Anglais n’ont pas cédé. Cela a aussi été le cas du Borussia Dortmund qui a reçu une offre de 150 M€ par an pour Pierre-Emerick Aubameyang. Ce club proposait au Gabonais un salaire en or de 41M€ par année ! Wayne Rooney, Edinson Cavani, Javier Pastore ou encore Angel Di Maria ont aussi été approchés. En vain.

Le mercato est désormais terminé en Chine. Mais nul doute que les clubs de l’Empire du Milieu voudront frapper encore plus fort cet été 2017. Ils devront toutefois composer avec les nouvelles réglementations. La Fédération Chinoise a en effet décidé de limiter la présence de joueurs étrangers. Cinq peuvent être inscrits sur la feuille de match, mais seulement trois peuvent être alignés sur le terrain. Cela a pour objectif de calmer les ardeurs des clubs qui dépensent sans compter mais aussi et surtout de les obliger à miser sur les joueurs locaux. Car le but premier de la Chinese Super League était de permettre au football chinois de se développer en créant des écoles de foot et en faisant progresser le championnat local. Mais cela ne se ressent pas vraiment au niveau du classement FIFA puisque la Chine est 86ème nation. Elle était à la 82ème place en 2016. La Chine est aussi 9ème nation asiatique loin derrière l’Iran ou encore le Japon. Malgré ces restrictions, l’Empire du Milieu veut encore attirer du beau monde lors des prochains mercatos. C’est ce qu’a laissé entendre Tom Elsden, de la boîte de gestion de marque Mailman Group basée à Shanghai. Ses propos sont relayés par Le Parisien : « Les grosses dépenses vont se poursuivre. La Chine continuera d’attirer de grands noms, simplement en raison des salaires qui sont proposés (... ) Les nouvelles mesures permettent au football national d’être protégé. Tout en continuant à autoriser le championnat à attirer des footballeurs de classe mondiale ». La Chine devrait continuer à s’imposer comme une puissance du foot mondial.