Le 12 décembre dernier, au Pavillon Dauphine, la Ligue de Football Professionnel (LFP) avait convié les médias pour une conférence de presse sur Mediapro, prochain diffuseur de la Ligue 1 et de la Ligue 2 à partir de cet été. Durant celle-ci, Jaume Roures, le président du groupe espagnol, avait notamment évoqué les grandes lignes de l’offre : un abonnement aux alentours de 25 euros par mois, une chaîne 100% de football, environ 3,5 millions d’abonnés espérés, et surtout les matches diffusés avec les lots 1, 2 et 4 glanés. Mais ce mercredi, lors du Think Football 2020, qui se tenait sur le Campus Eiffel à Paris, l’autre dirigeant de Mediapro, Julien Bergeaud (directeur général de Mediapro Sport France), a apporté un peu plus de précisions lors d’une grande conférence du football professionnel.

Comme précisé auparavant, Mediapro diffusera environ 80% des matches, dont les dix plus grosses affiches en exclusivité (Classico PSG/OM, Olympico OM/OL, Derby...), le tout sur huit canaux événementiels. Mais ce n’est pas tout puisque la chaîne espagnole proposera aussi une session de rattrapage (jusqu’à J+7 après la première diffusion), d’autres contenus avec des magazines toute la semaine ou encore des résumés ou clips accessibles gratuitement en digital. Mais alors quand est-ce que la chaîne va être lancée ? Julien Bergeaud a en tout cas dévoilé une date, celle de la reprise de la L2, sans donner beaucoup plus de détail aux nombreux journalistes présents dans l’assistance : « notre point de départ sera le 25 juillet avec notre premier match de Ligue 2. Nous sommes en train de finaliser certains détails. » Fin juillet, la chaîne devrait donc enfin voir le jour pour commencer à diffuser les rencontres de Ligue 2, avant de s’attaquer à la Ligue 1.

Des discussions en cours avec des GAFA pour la distribution

Relancé sur la diffusion, le directeur général de Mediapro a ensuite levé (un peu) le voile sur le sujet. « Nous serons distribués sur tous les distributeurs qui le souhaitent et nous allons également adresser tous les nouveaux usages, tous les terminaux, tous les moyens de diffusion en OTT. Notre offre reposera sur trois piliers : le live, l’offre de magazine pour avoir un accompagnement toute la semaine, et les fans à travers tous les clubs, a lâché Julien Bergeaud avant de poursuivre. Nous sommes en discussions avec les distributeurs, des discussions qui sont déjà bien avancées. Nous en avons avec les distributeurs traditionnels, mais aussi avec des GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon, ndlr). Donc nous aurons certainement une distribution qui sera innovante par rapport à ce que vous avez pu connaître jusqu’à présent autour des chaînes de télévision sportive. »

Une distribution innovante donc, mais ce n’est pas tout. Pour apporter une expérience différente, le groupe espagnol va se servir de moyens plus grands : « nous avons déjà travaillé, visité tous les stades, pour pouvoir équiper un certain nombre de stades avec de nouvelles caméras. Des caméras qui seront fixées en altitude, pour avoir une vision aérienne en totale immersion sur le jeu, ainsi que des caméras situées derrière les buts pour avoir une vision à 180 degrés. » Un point essentiel donc pour Mediapro, notamment concernant le troisième pilier évoqué un peu plus haut, à savoir les fans. Il y a donc déjà du travail en coulisses, mais pas seulement sur ce point.

Un nom déjà trouvé mais pas encore dévoilé

Pour offrir des programmes de qualité aux téléspectateurs durant toute la semaine, la nouvelle chaîne va devoir composer de nouvelles équipes avec plusieurs têtes d’affiche, au niveau des journalistes comme des consultants. Le recrutement est d’ailleurs en cours, comme l’a précisé M. Bergeaud : « bien sûr que nous avons des deadlines avec des étapes, des premiers passages. Tout est en cours. Sur la nomination des équipes, comme je le disais, je suis sur une situation aujourd’hui où je ne peux pas communiquer plus que ça. Donc je ne veux pas me cacher derrière ce genre d’arguments aujourd’hui. C’est simplement une réalité avec laquelle je dois composer. Eu égard aussi au fait que certaines personnes peuvent être encore en poste dans certaines organisations. Je ne peux pas vous apporter de réponse mais tout est lancé sur les nominations d’équipes, les locaux... »

Mais le point important, qui est bien évidemment très attendu, c’est le nom de la chaîne en France. Julien Bergeaud, plutôt flou tout au long de son intervention, a encore légèrement esquivé le sujet. « Nous avons également un nom, une marque, que je ne peux pas communiquer aujourd’hui car nous sommes tenus au secret. Mais nous communiquerons en temps voulu et nous nous assurerons que tout le monde puisse nous reconnaître au moment de notre naissance », a conclu le DG de Mediapro Sport France, qui a également précisé que le groupe « regardera toutes les opportunités » à l’avenir si les objectifs ne sont pas atteints, pour apporter de nouveaux contenus et éventuellement des matches étrangers aux abonnés.