Depuis quelques jours, la communication de Canal + se veut offensive. Et pour cause, le diffuseur historique du football français a récupéré les droits télés de la Ligue des Champions en se mettant d’accord avec beIN Sports avant de se mettre à nouveau d’accord avec son ex-pire ennemi afin d’avoir une petite offre sur la Ligue 1 à partir de la saison prochaine alors qu’ils ont perdu la grande majorité de la diffusion du football hexagonal au profit de Mediapro.

Justement, le groupe espagnol était présent à une conférence de presse post-assemblée générale de la Ligue de football professionnel (LFP) qui avait lieu ce jeudi en fin d’après-midi du côté du Pavillon Dauphine, à Paris. Jaume Roures, le grand patron du futur diffuseur de la Ligue 1, et son directeur général Julien Bergeaud étaient bien là, et ce dernier a tenu à répondre à la communication de ces derniers jours de Canal +. Et il semblait passablement agacé.

« Le foot, malgré toutes les questions, aura sa nouvelle maison et ce sera nous. Le seul endroit où il y aura les grandes affiches, mais aussi la quasi-exhaustivité de l’offre, ce sera chez nous. Nous aurons 85% sur la Ligue 1. Pour rétablir certaines vérités de communications trompeuses, il faut préciser ça. On aura aussi les grands créneaux. Le grand match de dimanche ce sera chez nous et nulle part ailleurs », a commenté Julien Bergeaud.

Mediapro discute toujours avec Canal +, mais...

Relancé à plusieurs reprises sur les fonds, Jaume Roumes, s’est lui questionné sur le fait qu’on ne posait pas ces questions pour la chaîne cryptée. « On a un historique de non-paiement ? Non non. Ça n’existe pas. Canal a une lourde facture aussi. La non-exclusivité avec BeIN, ce n’est pas cadeau. La C1...Ça va être rentable tout ça ? Leurs abonnés, ils en ont besoin de combien ? Je ne maîtrise pas Canal, mais ça me gêne à la fin. On a laissé quelque chose à payer quelque part ? », s’est-il un peu énervé.

Il a ensuite été questionné sur ce qui s’était passé avec l’Union européenne des associations de football (UEFA), qu’il imaginait un brin malhonnête dans l’attribution des droits de la C1. « On a reçu des explications de l’UEFA, et si ce n’est pas satisfaisant pour nous, on n’était pas disposé à payer la somme finale. On a reçu des explications pas satisfaisantes. Il n’y a pas d’action en justice », a conclu Jaume Raures, bien qu’il ait aussi avoué continuer à discuter avec Canal + pour de la distribution. Les négociations s’annoncent tendues.