En un peu plus d’un an, Jonathan David (19 ans) a vécu beaucoup de choses. L’attaquant canadien a d’abord découvert le football européen, du côté de La Gantoise, en Belgique. Un premier pas qui a mis du temps à se dessiner pour ce talent jamais passé par un centre de formation, se souvient son représentant Nick Mavromaras. « J’ai vu Jonathan à l’âge de 16 ans, au premier camp d’entraînement U17 du Canada. Son but ultime était de jouer en Europe. On lui a donc promis, après avoir vu aussi son talent, qu’on allait lui trouver des essais en Europe. Après l’intérêt de plusieurs agences, on a reçu des invitations officielles du Red Bull Salzbourg et de Stuttgart, qui l’ont tous deux refusé. Ensuite, j’ai contacté La Gantoise, plus spécifiquement Gunther Schepens, qui à cette époque était scout du club, et il a aussi fait un essai au club belge », nous a-t-il confié.

Le test concluant, le jeune homme devra tout de même attendre son 18e anniversaire, le 14 janvier 2018, pour rejoindre l’écurie du Plat pays même si les deux parties sont d’accord depuis mars-avril 2017. Et s’il a attendu pour vivre son rêve, David n’a pas tardé à se mettre en évidence. Lancé dans le grand bain dès le début de la saison 2018/19, il réalise un mois d’août de folie avec 6 réalisations en 8 apparitions toutes compétitions confondues, dont une seule titularisation ! Décollage réussi. « Une fois qu’il avait marqué ses 4-5 premiers buts au mois d’août 2018, on a tous compris qu’il était un talent énorme. Août 2018 restera un mois dont Jonathan se souviendra pour toujours. Nous non plus, on ne s’attendait pas à ce qu’il fasse si rapidement la différence, mais une fois lancé, on savait qu’il ne s’arrêterait plus », nous a expliqué son agent.

Une Gold Cup de folie

Son premier entraîneur au KAA Gent, Yves Vanderhaeghe, confirmait il y a quelques mois. « C’est un joueur avec beaucoup de talent. On voit au quotidien qu’il met tout en oeuvre pour réaliser son rêve : devenir un grand joueur. Il a beaucoup marqué mais il reste modeste, il écoute. Je ne crois pas que le monde du foot, les transferts, l’argent, le changeront. C’est quelqu’un de très intelligent », soulignait-il. Il terminera sa première saison sur le Vieux continent avec 14 buts et 5 passes décisives au compteur toutes compétitions confondues. « Jonathan sort d’une saison très longue avec La Gantoise. Lors du second semestre, il a prouvé qu’il était très important pour le club. Il s’est bâti un capital confiance énorme en terminant sa première saison professionnelle comme meilleur scoreur de son équipe, », a rappelé son conseiller. Cette confiance, le natif de New York a capitalisé dessus pour réaliser une Gold Cup de haute volée avec sa sélection. Son premier tournoi avec les A.

« On était très confiant sur le fait que cette compétition allait bien se passer pour lui. Je savais qu’il serait un joueur extrêmement important pour le Canada », a expliqué Mavromaras. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne s’est pas trompé. David terminera meilleur buteur de cette édition de la Gold Cup, avec 6 buts au total. De quoi susciter un peu plus les intérêts de clubs plus huppés, l’Ajax Amsterdam notamment. « Bien sûr. Il n’y a rien à cacher. Quand un jeune de 18-19 ans termine meilleur buteur, surtout dans un grand club comme La Gantoise et dans un championnat comme la Belgique, c’est difficile de ne pas attirer les plus grands clubs du monde. Des offres ont été refusées ces derniers mois », nous a avoué son agent, sachant son poulain surveillé en Ligue 1. « Les plus grands clubs français connaissent le nom de Jonathan David », nous a-t-il lancé. Et ce n’est pas son début de saison (9 réalisations en 13 apparitions toutes compétitions confondues, 1 but en 2 matches avec sa sélection) qui va changer la donne. On n’a pas fini d’entendre parler de Jonathan David, encore une fois étincelant jeudi soir face à l’AS Saint-Etienne en Ligue Europa (3-2, auteur d’un doublé) !

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10