Ce vendredi soir, l’Olympique de Marseille affrontait les Normands de Granville en seizième de finale de Coupe de France. Un match piège face à une Nationale 2 à l’issue duquel les joueurs d’André Villas-Boas s’en sont sortis non sans avoir bataillé jusqu’au bout malgré l’ampleur du score (3-0). Mais ce soir, la qualification des Phocéens n’occupaient qu’une partie de l’esprit des observateurs présents au stade Michel d’Ornano à Caen. Suite à son énorme coup de gueule de mercredi dernier, AVB était logiquement attendu au tournant.

Mécontent de ne pas avoir été tenu au courant de l’arrivée de Paul Aldridge à Marseille (chargé de faciliter des ventes de joueurs vers l’Angleterre), le technicien lusitanien avait lourdement chargé son président. De quoi mettre le feu autour d’un club ayant réussi une très belle première moitié de saison et pouvant plus que jamais valider son retour en Ligue des Champions à la fin de la saison. Face à tout ce battage médiatique, Villas-Boas n’a pas cherché à éviter les questions. Mais le Portugais n’a pas souhaité s’éparpiller et n’a fait qu’une seule réponse.

AVB dément les rumeurs de départ

« Je vais revenir un peu sur ce qu’il s’est passé cette semaine, avec une seule réponse et j’espère que vous allez respecter mon silence. J’ai parlé avec Jacques-Henri. On a clarifié les choses, tout va revenir à la normale. Je suis un homme émotif. C’est facile de voir que j’avais de l’émotion quand j’ai pris la parole (mercredi dernier). Il y a toujours des problèmes de manque de communication qui génèrent ce genre de situation. Nous sommes deux hommes professionnels, qui sont capables de mettre les choses en place pour le bien de l’OM, mais aussi le respect des supporters. On reviendra sur cette réunion lundi. On reste concentré sur notre objectif ».

Enfin, AVB a conclu son intervention en démentant catégoriquement son envie de quitter le club olympien à l’issue de la saison. « Tout ce qui est sorti dans Le Parisien sont des mensonges. Ce n’est pas vrai. J’ai bien expliqué. Je suis déjà passé dans les grands clubs. Je ne cherche pas une sortie dans un grand club. Ce que j’aime bien, c’est l’honnêteté et la communication. Tout va revenir à la normale, évidemment il faut continuer avec les victoires. (...) On va régler les choses. C’est dommage pour vous (rires) ». C’est dit !