Le sacre des Bleus lors de ce Mondial 2018 fait beaucoup parler à l’étranger. Outre les polémiques liées aux origines des joueurs français, un thème revient de façon incessante : le jeu de l’Equipe de France. Plusieurs joueurs belges et croates, comme Thibaut Courtois ou Dejan Lovren, ont critiqué le style de la formation dirigée par Didier Deschamps. De quoi énerver passablement le sélectionneur tricolore, qui s’est déjà exprimé à ce sujet cette semaine. Dans un entretien accordé à l’Equipe ce samedi, il en a remis une couche.

« On fait mal à chaque fois. Le haut niveau, c’est de l’efficacité. Et on a été très efficace. Il y a plus de probabilités de gagner un match avec la manière, ça c’est sûr. Après c’est un rapport de forces. Moi je prépare mon équipe pour mettre l’adversaire le plus en difficulté. Mais si tu n’as pas le ballon, il faut aussi être en mesure de s’adapter à cette situation. On ne décide pas de défendre pour défendre. C’est l’adversaire qui nous y oblige », a d’abord lancé l’ancien coach de l’Olympique de Marseille, avant d’enchaîner de façon un peu plus tranchante.

« L’équipe de France a marqué quatorze buts »

« Après, on parle de nous comme d’une équipe défensive ? Eh ! L’équipe de France a marqué quatorze buts dont quatre en finale et onze dans la phase à élimination directe. En 2010, l’Espagne en a mis huit. La vérité, c’est que la France a été meilleure que les autres », a-t-il ainsi ajouté, avant de revenir sur les critiques à son encontre : « non je ne suis pas agacé parce que j’étais dans ma bulle, tranquille. Ça fait quarante-cinq ans que je n’ai pas d’ongles, et vous voyez, ils ont repoussé pendant la compétition. Je n’étais pas stressé. Je ne voulais pas savoir ce qui se disait, s’écrivait. Et je fais ça depuis l’Euro. Parce qu’une ligne blanche a été franchie à ce moment là ».

« Tout ce qui a été dit et les conséquences que ça a pu avoir dans ma vie privée, c’est inacceptable. Inacceptable ! », a-t-il lancé, revenant ainsi sur les propos d’Eric Cantona, entre autres, avant d’évoquer une fois encore le cas Christophe Dugarry, sur lequel il était déjà revenu il y a quelques jours : « ce n’est pas acceptable, ça. Il y a un minimum. J’accepte les critiques, elles font partie de ma vie. Mais, à un moment, il y a une escalade dans la violence verbale. Il faut penser aux gens qui sont dans notre entourage quand même ».

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10