En pleine tourmente et visé par la justice suisse pour des soupçons de corruption concernant des droits télévisés, Nasser Al-Khelaïfi vit des jours pénibles. Et les mauvaises nouvelles risquent de s’enchaîner pour le président du Paris Saint-Germain. On apprend, par exemple, ce vendredi par le biais de BFM TV, que la police italienne a perquisitionné et saisi une villa à Porto Cervo, en Sardaigne.

Selon les enquêteurs, cette demeure serait le « moyen de corruption » utilisé par Al-Khelaïfi - PDG aussi de BeIn Media Group - envers Jérôme Valcke, ancien n°2 de la FIFA. Selon un communiqué de la police transalpine, la villa estimée à sept millions d’euros aurait permis au dirigeant d’obtenir des droits TV concernant les Coupe du monde 2018, 2022, 2026 et 2030. Des soupçons de corruption démentis par Valcke dans les colonnes de L’Équipe. « Ils disent qu’il y a eu des versements d’argent de Nasser à moi contre la vente de droits à un tarif présidentiel. Mais je n’ai rien reçu de Nasser. Il n’y a jamais eu d’échange entre Nasser et moi. Jamais ».