Après le match nul de son équipe contre Toulouse (1-1), le président nantais, Waldemar Kita, est apparu amer. Pour cause, un penalty très litigieux obtenu en toute fin de rencontre par Max-Alain Gradel, et transformé par l’Ivoirien. Face à cette décision de l’arbitre Thomas Léonard, Waldemar Kita est apparu très remonté : « Il y a eu le match contre Marseille (le ballon rebondi sur le bras du buteur Ocampos), le but concédé contre Rennes alors qu’il y avait un hors-jeu de trois mètres (de Khazri) et celui refusé à Saint-Etienne (inscrit par Sala). On dit que ça s’équilibre en fin de saison mais pas pour nous. Car, là, à Canal + , on me dit qu’il n’y a pas penalty pour Toulouse. »

Il est vrai aussi que cette erreur appréciation de l’arbitre, intervient juste après le match contre Paris et l’expulsion fantôme de Diego Carlos. Un second coup du sort qui ne passe pas auprès de Kita qui a critiqué l’arbitrage français : On est gentils avec les arbitres, on les comprend mais rien ne change. « On pense qu’on fait bien alors qu’on continue. Le monde entier se fout de nous, on passe pour des clowns ». Au final, cette décision a une réelle incidence pour le FC Nantes. Avec ce match nul, les Canaris ne s’envolent pas au classement et restent sous la menace de Nice, Guingamp, Montpellier et Rennes.