Sa tignasse est bien connue des amateurs du championnat espagnol, qui le voient désormais évoluer au plus haut niveau depuis la saison dernière. Du haut de ses 21 ans, le latéral et ailier gauche catalan est l’un des principaux artisans de la belle saison de Getafe, cinquième de Liga tout proche du podium et bien embarqué pour se qualifier pour les huitièmes de finale de l’Europa League. Une explosion qui a démarré lors de son prêt à Eibar l’an dernier, où on a pu lui découvrir cette facette de joueur de couloir plus avancé. Une saison 2018/2019 plutôt réussie, et un retour à Barcelone après qu’Eibar ait activé son option d’achat, puis que la direction barcelonaise fasse jouer son option de rachat. Seulement, les places sont chères à Barcelone ; du moins elles l’étaient en début de saison sur le papier, avec la présence de Jordi Alba et l’arrivée de Junior Firpo qui sortait d’un Euro U21 exceptionnel.

Direction Getafe donc. Un choix assez cohérent, puisque si l’équipe de Pepe Bordalás évolue dans un registre totalement différent de ce qu’a pu connaître l’international espoirs espagnol à La Masia, il avait déjà eu un goût de ce jeu direct et de ce 4-4-2 au Pays-Basque la saison précédente. Et dans la banlieue sud de Madrid, la mayonnaise a pris très rapidement. C’est d’ailleurs le coach qui avait poussé pour son recrutement en juillet dernier. Utilisé en tant que milieu gauche, il est l’un des piliers de l’équipe. Sur les phases offensives, il participe, depuis sa position excentrée, à la participation du jeu et est capable de lancer un partenaire dans la profondeur ou de trouver un attaquant directement dans la surface avec un centre bien senti. Sa qualité technique est excellente, lui qui comme beaucoup de joueurs espagnols, a démarré par le futsal avant de passer sur le grand terrain.

Getafe peut l’acheter définitivement pour un montant dérisoire

On parle là d’une équipe qui joue en transition, et qui parvient à se frayer un chemin vers la surface en quelques touches de balle seulement. Pas question de porter le ballon ou de jouer court ; et ça semble clairement aller à Cucurella, qui a pourtant connu le jeu de position à outrance à La Masia. Lorsqu’il faut défendre, il est l’un des principaux déclencheurs du pressing assez haut de l’équipe, avant de vite se replier si le rival franchit la ligne médiane. Le tout, avec l’agressivité et l’intensité demandées par son entraîneur. « À Eibar, avec Mendilibar, j’ai appris à jouer avec des intentions assez risquées. On jouait très haut et les attaques commençaient très haut aussi. Ça m’a beaucoup aidé avec Bordalás », confiait-il à El Pais en janvier.

Et lorsqu’on voit l’effectif décimé du FC Barcelone, il y en a probablement qui doivent avoir des regrets à la direction sportive. Avec un Jordi Alba blessé et loin de son meilleur niveau, un Junior Firpo qui connaît une adaptation compliquée et l’absence de vrai ailier dans l’effectif si ce n’est Fati et le blessé/irrégulier Dembélé, nul doute que le natif d’Alella aurait eu une carte à jouer sous les ordres de Setién. Un peu comme Carles Pérez, Carles Aleñá ou même Abel Ruiz en somme. Alors que certaines voix s’élèvent déjà pour le réclamer à l’Euro avec l’Espagne - ce qui peut sembler tout de même un peu précipité - il va en tout cas être l’une des principales attractions du mercato estival. Getafe lèvera très probablement son option d’achat de... 6 millions d’euros, une véritable aubaine, et nul doute que des clubs plus costauds financièrement viendront aux nouvelles dans la foulée. On rappelle que le Barça se réserve tout de même 40% du montant de la prochaine vente du joueur. Selon la COPE, l’Atlético de Madrid est déjà venu toquer à la porte...