Le Barça et le Real Madrid avaient rendez-vous ce dimanche après-midi sur la pelouse du Camp Nou pour un nouveau Clasico. La rencontre entre les deux grands d’Espagne avait une saveur particulière cette saison car c’est la première fois depuis 2007 que ni Ronaldo, ni Messi n’y participaient. Le Portugais est bien sûr parti à la Juventus cet été alors que l’Argentin s’est blessé au bras le week-end dernier. Pour suppléer la Pulga, Valverde alignait un trio Rafinha-Suarez-Coutinho devant, laissant Dembélé une nouvelle fois sur le banc. Lenglet prenait place en défense centrale à la place d’un Umtiti toujours sur le flanc. En face, Lopetegui, qui jouait très gros en Catalogne, préférait densifier le milieu de terrain avec les présences de Casemiro, Modric, Kroos et Isco pour aligner le duo Benzema-Bale devant. Asensio en faisait les frais en débutant sur la touche.

Dans cette configuration, la Casa Blanca laissait le ballon aux Blaugrana en ce début de rencontre. On partait sur un faux rythme avec un Real qui attendait tranquillement. Durant les dix premières minutes, les deux équipes se jaugeaient mais dès la première attaque franche lancée par les Catalans, la défense madrilène prenait l’eau. Parfaitement trouvé dans la profondeur par Rakitic, Alba avait tout le loisir de centrer en retrait pour Coutinho (1-0, 11e). Le Real semblait complètement dépassé en ne parvenant pas à se rapprocher du but de ter Stegen. Les frappes de loin de Marcelo (17e) et Ramos (27e) en étaient la preuve. A l’inverse, le Barça continuait sa domination et faisait mal à chaque attaque à l’image de cette envolée de Courtois sur cette frappe d’Arthur (19e).

Le Real laisse passer sa chance et s’écroule

Après un contact avec Varane, Suarez s’écroulait et obtenait un penalty logique après un passage par la VAR. L’Uruguayen transformait et donnait un break d’avance (2-0, 30e). Avant la pause, le score aurait même pu être plus lourd si les Culés avaient concrétisé les nombreux contres avec plus de justesse (42e, 44e). Luis Suarez (37e), Piqué (43e) et Rafinha (43e) eux aussi se rataient dans la surface et permettaient au Real d’être encore (un peu) en vie dans ce Clasico. Lopetegui profitait de la pause pour réorganiser son équipe. Touché, Varane laissait sa place à Lucas Vazquez, ce qui obligeait Nacho à se recentrer. Ce changement faisait du bien au Real Madrid. Il y avait bien cette frappe de Rakitic (46e) mais les Merengues vivaient un énorme temps fort. Lenglet intervenait bien Benzema (49e) mais il ne pouvait rien sur ce centre de Isco sur un Marcelo qui réduisait le score (2-1, 50e).

Poussé par ce but, le Real Madrid continuait d’appuyer là où ça faisait mal seulement le réalisme manquait. La tête de Ramos ne trouvait pas le cadre (55e) et la frappe de Modric terminait sa course sur le poteau (56e). Lucas Vazquez lui alertait un Benzema seul face au but qui ne dominait pas son ballon et ratait le cadre (68e). Le club de la capitale avait déjà laissé passé sa chance. Le Barça se remettait doucement la tête à l’endroit, même si la reprise de Suarez finissait sur le poteau (61e) et celle d’Alba de peu à côté (65e). La prochaine était la bonne avec ce coup de casque parfait de Suarez sur ce centre de Sergi Roberto (3-1, 75e). L’Uruguayen y allait même de son triplé en battant Courtois après cette grosse erreur de Ramos (4-1, 83e). La rencontre tournait à l’humiliation avec ce nouveau but d’Arturo Vidal sur ce centre de l’entrant Dembélé (5-1, 87e). Heureusement Courtois sauvait les apparences sur cette nouvelle tentative de Suarez (90e) et Benzema se manquait une dernière fois (90e+1). Trop puissant pour ce Real Madrid en manque de tout, le Barça étrille son rival historique et prend la tête de la Liga. Lopetegui a peut-être dirigé son dernier match...

L’homme du match : Suarez (8,5) : l’Uruguayen a réalisé un excellent match. A la demi-heure de jeu, il s’est fait accrocher par Varane dans la surface madrilène. Après visionnage de la VAR, il a pu transformer son penalty d’une fort belle manière (2-0, 29e). Avant la pause, il a parfaitement éliminé Ramos pour trouver Piqué dans la surface, sans que ce dernier ne trompe Courtois (42e). A l’heure de jeu, il a trouvé le poteau du portier belge en reprenant un ballon de Sergi Roberto (60e). Cette même doublette a finalement été décisive un quart d’heure plus tard. L’Espagnol a parfaitement centré pour El Pistolero, qui a catapulté le ballon au fond d’une tête rageuse (3-1, 74e). Dix minutes plus tard, Sergi Roberto, encore lui, a chipé le ballon dans les pieds de Ramos pour lancer l’Uruguayen. Ce dernier a ajusté Courtois d’un petit lob (4-1, 82e), inscrivant un triplé. Il est passé proche de s’offrir un quatrième but en fin de match, mais Courtois a sauvé les siens (88e). Une copie presque parfaite pour le buteur du Barça.

FC Barcelone :

- Ter Stegen (6,5) : titulaire dans les cages du Barça comme toujours depuis le début de la saison, l’Allemand n’a pas su garder sa cage inviolée. En première période, il a capté des frappes lointaines de Bale (12e), Marcelo (16e) et Ramos (26e), mais il n’a ensuite rien pu faire face à Marcelo (2-1, 50e). Son poteau l’a ensuite sauvé sur une frappe de Modrić (56e). Un match tranquille pour le portier allemand.

- Sergi Roberto (8) : le latéral barcelonais, préféré à Semedo, a réalisé plusieurs bonnes montées (comme à la 23e). Défensivement, il est parfaitement intervenu devant Isco (25e) et Bale (35e), tous deux en bonne position dans le camp barcelonais. Parfaitement trouvé dans le dos de la défense madrilène, il a trouvé Suárez en retrait mais l’Uruguayen a vu sa frappe heurter le poteau (60e). Après l’entrée de Semedo (68e), il s’est retrouvé plus haut sur le terrain. Ce changement tactique lui a permis de s’offrir une passe décisive d’un très bon centre pour Suárez (3-1, 74e). Dix minutes plus tard, il a subtilisé un ballon dans les pieds de Ramos pour lancer Suárez, qui a conclu d’un petit lob (4-1, 83e). Un match plein pour le numéro 20 catalan, auteur de deux passes décisives.

- Piqué (7) : pour son 31e Clásico, l’international espagnol a été solide défensivement face à un Real Madrid apathique pendant une grande partie du match. Offensivement, il est passé proche de marquer le troisième but catalan en première période, mais sa tête sur le centre de Suárez n’a pas été cadrée (42e). Au retour des vestiaires, après une belle action collective du Real Madrid, il se fait crocheter par Marcelo dans la surface sur la réduction du score madrilène (2-1, 50e). Quelques minutes plus tard, il est bien intervenu devant Isco (62e).

- Lenglet (7,5) : bénéficiant des absences de Thomas Vermaelen et Samuel Umtiti, l’ancien défenseur du FC Séville a rendu une copie très propre pour son premier Clásico. Il a participé à la construction du jeu catalan, et a été auteur de bonnes interventions défensives, comme devant Bale (37e, 53e), Benzema (48e) et Asensio (85e). Malgré une bonne anticipation face à Isco, il n’a rien pu faire sur le but de Marcelo (2-1, 50e). En fin de match, il est très bien intervenu devant Benzema (89e). Un match plein pour l’ancien du FC Séville.

- Jordi Alba (8) : le latéral espagnol a réalisé un match de très haut niveau. Ses appels dans le dos de Nacho ont été récompensés dès le début du match, avec un centre en retrait parfaitement transformé par Coutinho (1-0, 11e). Un quart d’heure plus tard, un nouvel appel dans le dos de son vis-à-vis lui a permis de trouver Suárez, découpé par Varane dans la surface. L’Uruguayen s’est ensuite fait justice lui-même en transformant son penalty (2-0, 30e). En deuxième mi-temps, il s’est offert une grosse occasion mais Ramos est venu contrer sa volée du pied (64e). Un excellent match pour Alba, très en vue cet après-midi.

- Busquets (7) : le capitaine catalan, devenu le 11e joueur à avoir disputé le plus de Clásico, a réalisé un match propre. Très présent dans le cœur du jeu, le numéro 5 catalan s’est illustré par plusieurs bonnes ouvertures, comme pour trouver Jordi Alba (35e). Cependant, il a failli coûter un but à son équipe après une mauvaise relance, mais Modrić a trouvé le poteau de Ter Stegen (55e). Un match dans lequel il a bien participé à la construction du jeu catalan, comme à son habitude.

- Rakitić (7,5) : le Croate a imposé son style au milieu de terrain, faisant de l’ombre à son compatriote Luka Modrić, titulaire de l’autre côté. Il est à l’origine de l’ouverture du score barcelonaise avec une sublime ouverture pour Jordi Alba, qui trouvait Coutinho, seul en retrait (1-0, 10e). Il a également fait preuve d’agressivité au milieu de terrain, mais a été averti pour une faute sur Kroos (37e). Comme en première mi-temps, il a été l’auteur d’une magnifique ouverture pour Sergi Roberto, qui a lui trouvé Suárez, sans que l’Uruguayen ne bonifie ce ballon (60e). Un très bon match pour le vice-champion du monde.

- Arthur (7) : pour son premier Clásico, le milieu brésilien n’a pas semblé stressé et s’est parfaitement acclimaté au jeu du Barça. Il est passé proche de s’offrir un but, mais sa frappe enroulée a trouvé Courtois sur sa route (19e). Dans le jeu, sa disponibilité et son calme ont été bénéfiques, ce qui a permis de lancer plusieurs actions dangereuses. Il est arrivé trop tard pour défendre sur Marcelo lors de la réduction du score madrilène (2-1, 50e). Remplacé par Vidal (83e), qui a profité d’une offrande de Dembélé pour marquer son premier but sous ses nouvelles couleurs (5-1, 87e).

- Rafinha (6,5) : préféré à Ousmane Dembélé, le numéro 12 du Barça a connu un match intéressant. Il a bien combiné avec ses coéquipiers et notamment Sergi Roberto dans le couloir droit. Cependant, il a réalisé plusieurs mauvais choix, comme lorsqu’il a manqué sa passe pour Jordi Alba, qui filait au but (42e). En fin de première mi-temps, sa frappe enroulée a fui le cadre de Courtois (43e). Remplacé par Semedo (68e), venu se placer arrière droit. Le Portugais a pu apporter sa vitesse en fin de match pour mettre dans le dur les défenseurs madrilènes.

- Suárez (8,5) : voir ci-dessus.

- Coutinho (7,5) : le Brésilien a marqué son premier but dans un Clásico lors de ce match. Bien trouvé par Jordi Alba en retrait, il a conclu d’un intérieur du pied gauche pour l’ouverture du score catalane (1-0, 10e). Sa technique lui a permis de faire très mal à Nacho, en grande difficulté dans son couloir. En seconde période, il a trouvé Alba au point de penalty mais la reprise du latéral a trouvé le pied de Ramos sur sa route (64e). Remplacé par Dembélé (73e), qui a justifié son entrée en jeu immédiatement en écartant le ballon sur Roberto, passeur décisif pour Suárez (3-1, 74e). Dix minutes plus tard, il a subtilement dribblé Nacho et distillé une offrande à Vidal, qui a conclu d’une tête piquée (5-1, 87e). Une entrée convaincante pour le Français.

Real Madrid :

- Courtois (3,5) : quelle soirée calvaire pour lui qui vivait son premier Clasico. Battu par Coutinho (11e) sans qu’il puisse faire grand-chose, le Belge réalise un premier gros arrêt sur cet enroulé de Arthur (19e). Parti du bon côté sur le penalty, il ne peut empêcher le ballon de rentrer (30e). Il est ensuite pris à défaut sur la tête de Suarez (75e) tout comme sur le piqué de l’Uruguayen (83e) et ce dernier coup de casque de Vidal (87e). Il réalise un dernier arrêt sur Suarez (90e+1).

- Nacho (2,5) : il a souvent préféré laisser des espaces à Alba afin de se concentrer pour fermer l’axe. Ça lui a causé du tort puisqu’il est pris de vitesse par le latéral gauche sur l’ouverture du score (11e). Ce ne fut pas la seule fois car le Barça passait par son côté la plupart du temps à l’image du penalty concédé (30e). Il s’est parfois compliqué la vie sur ses sorties de balle (22e). Repositionné dans l’axe après la sortie de Varane, il a encore eu beaucoup de problèmes (63e, 72e, 87e), comme le reste de son équipe.

- Ramos (3) : une première faute sur Rafinha (5e) qui donnait le ton à un match qu’il allait complètement manquer. Trop court sur le but de Coutinho (11e), il a souffert face aux appels de Suarez et aux déplacements de Rafinha. Ses relances ont offert de trop nombreuses situations aux joueurs du Barça (6e, 20e). Sur ce corner offensif, il doit faire beaucoup mieux avec cette tête non cadrée (55e). Sa fin de rencontre est terrible avec cette grosse erreur qui a condamné son équipe puisqu’elle a abouti sur le 4e but du Barça (83e).

- Varane (3,5) : en difficulté depuis le début de la saison, le Français a encore affiché un niveau de jeu inquiétant. En retard, il fauche Suarez dans la surface et concède un penalty (28e). Outre cette action malheureuse, le champion du Monde se sera montré fébrile dans ses interventions, laissant souvent Coutinho rentrer dans la surface. Touché et remplacé à la pause par Lucas Vazquez (46e - note 5,5) qui a changé pas mal de choses. Il a réussi à limiter un peu l’influence d’Alba et a su apporter devant avec un centre au cordeau pour Benzema (68e). Tout de même, il a fini en roue libre en offrant trop d’espaces dans son dos.

- Marcelo (5,5) : sûrement le défenseur le moins inquiétant. C’est pour dire… Face à Rafinha, il a plutôt été solide et n’a pas été beaucoup gêné par les rares montées de Sergi Roberto. Offensivement, à part cette frappe de loin (17e), le Brésilien n’aura pas vraiment eu l’occasion de briller puisque son équipe n’a eu le ballon que trop rarement. Il a souvent rameuté ses troupes pour faire monter le bloc d’un cran et a été récompensé de son match par un but qui a relancé son équipe (50e). Blessé à la cuisse, il a été remplacé par Mariano (82e).

- Casemiro (3,5) : méconnaissable sur la première période. Mal placé, il a laissé Coutinho, Rakitic ou encore Rafinha libre de tout marquage. Il est notamment en retard sur le premier but. Dépassé, l’ancien de Porto a aussi commis quelques fautes. Plus entreprenant en seconde période, il a réussi à donner plus de rythme au jeu de son équipe sur la première relance même s’il a parfois rendu le ballon directement à l’adversaire (50e). Il a complètement lâché en fin de match.

- Modric (5) : encore quelques passes bien senties (14e, 22e) mais une première période passée à se faire marcher dessus. Débordé par les Blaugranas, le Croate a souffert puisqu’il a surtout concentré ses efforts à courir après le ballon. Pas son point fort évidemment alors que son équipe a enfin mis le pied sur le ballon, il s’est retrouvé au cœur des débats, apportant son soutien aux attaquants. Il frappe même sur le poteau (56e). Une occasion qui aurait pu permettre à son équipe d’égaliser avant de couler.

- Kroos (3,5) : un pressing intéressant pendant dix minutes et puis le néant. L’international allemand a passé cette première période à se faire marcher dessus dans l’entrejeu. Un manque d’impact criant et des ballons perdus beaucoup trop facilement qui ont coûté cher. Il est heureusement monté en puissance au cours de la seconde période en montant d’un cran sur le terrain. Il a réussi à toucher ses attaquants (63e).

- Isco (3) : préféré à Asensio dans le onze de départ, il devait faire le liant entre le milieu et l’attaque mais il a finalement couru dans tous les sens pour un apport technique relativement faible. Il a arrêté de se cacher en deuxième période mais n’a toujours bien fait les choses. A la passe sur la réduction de l’écart de Marcelo (50e), il a manqué de consistance et de régularité dans la zone décisive, à l’image de cette frappe contrée par Piqué où il met trop de temps à armer (63e).

- Bale (2,5) : une entente avec Benzema qui a bien commencé grâce à ce centre pour le Français (8e) mais c’est à peu près tout. Le Gallois n’est pas parvenu à faire parler sa vitesse et il a globalement perdu ses duels face à Lenglet et Piqué. Averti pour une faute sur Rakitic (52e), il est passé à côté et a fini par être remplacé par Asensio (78e) qui n’a pas su donner plus de choses que l’ancien de Tottenham. Pas moins non plus.

- Benzema (3) : match raté de l’ancien Lyonnais qui n’aura finalement pas réussi à prendre la place d’un Ronaldo dans le rôle buteur. Il a pourtant eu une énorme occasion qu’il a raté sur ce centre de Lucas Vazquez, où il n’a pas dominé son ballon (68e). Lors de sa première tentative, il n’a pas trouvé le cadre non-plus (8e). Dans un premier temps isolé en pointe, l’attaquant a eu du mal à conserver le ballon dos au but et n’a pas permis à ses coéquipiers d’offrir des espaces en décrochant. Un manque d’activité au pressing qui n’a pas servi aux siens et une dernière opportunité encore à côté (90e+1).