Considérée comme l’un des cinq meilleurs championnats d’Europe, la Ligue 1 compte bien chambouler la hiérarchie de ce top 5. Surtout en ce qui concerne les droits TV. Cinquième de ce classement avec 726,5 M€ par saison pour la période 2016-2019, notre championnat est celui où le montant des « droits télé » est le moins élevé. Et si un écart compris entre 100 M€ et 230 M€ le sépare de la Liga (883 M€) et de la Serie A (945 M€), le fossé est encore plus grand avec la Bundesliga (1,16 milliard d’euros) et la Premier League (2,3 milliards d’euros).

Un constat qui ne convient plus aux dirigeants de la LFP qui aimeraient lancer le plus rapidement possible un appel d’offres alors que le contrat ne s’achève qu’en 2019 selon L’Equipe. Le quotidien rappelle que deux principaux facteurs poussent la LFP à réclamer plus d’argent. Premièrement, le blason redoré de la L1 depuis l’arrivée de nombreuses, dont le Brésilien Neymar. « Le Championnat de France est aujourd’hui au moins au même niveau que la Bundesliga. La Premier League et la Liga sont encore au-dessus, mais il faut voir à long terme », a d’ailleurs déclaré le vice-président de l’AS Monaco Vadim Vasilyev au journal.

Le PSG doublerait ses revenus liés aux droits TV

Et deuxièmement, la guerre intense qui s’annonce entre les diffuseurs. L’acquisition des droits TV de la Ligue des Champions et de la Ligue Europa par le groupe Altice (SFR Sport) a mis une énorme pression à beIN Sports ainsi qu’à Canal+ qui avait déjà perdu de son côté ceux de la Premier League. Face à la razzia réalisée par SFR Sport, la Ligue 1 version Neymar est donc devenue un enjeu encore plus fort pour ces chaînes obligées de proposer un contenu de choix pour éviter la fuite de ses abonnés. Tout ça sans oublier l’arrivée d’un nouveau type de diffuseurs : les digitaux (Facebook, Google, Amazon, Apple)

A l’instar de ce qu’il se prépare en Premier League, ceux que l’on surnomme les GAFA pourraient eux aussi s’inviter sur le marché français. Autant d’éléments qui font que la LFP espère donc dépasser pour la première fois la barre hautement symbolique du milliard d’euros par saison à partir de 2020. Un événement qui, selon une simulation de L’Equipe, permettrait par exemple au PSG de doubler ses revenus liés aux droits TV (de 57 M€ à 120 M€). Et pour les derniers de la classe tels que Caen ou Dijon, le chèque passerait de 18 M€ à 46 M€ ! De quoi faire rêver plus d’une écurie.