C’est avec l’opportunité de réaliser un grand, très grand, coup au classement que les Verts débarquaient sur la pelouse du Stade Louis II. Marseille accroché, Montpellier aussi, au-delà de s’emparer provisoirement de la troisième place, l’ASSE pouvait surtout creuser le trou avec ses poursuivants. Pour cela, Jean-Louis Gasset alignait un dispositif différent de celui proposé ces dernières semaines. Le technicien faisait en effet confiance à Pierre-Yves Polomat et Timothée Kolodziejczak qui venaient s’intégrer à une défense à cinq. Leonardo Jardim lui, écartait Jean-Eudes Aholou et replaçait Jemerson au milieu de terrain, quelques jours seulement après le point pris à Rennes.

Partie sur un petit rythme, cette rencontre était marquée par une première accélération de Rémy Cabella, dont le débordement ne permettait pas à Valentin Vada de cadrer (7e). Premier joueur à accrocher le cadre, Radamel Falcao n’appuyait toutefois pas suffisamment sa reprise qui terminait sa course dans les bras de Stéphane Ruffier (14e). Maladroits, les Verts affichaient un visage différent des dernières semaines. Étouffés, ils cédaient très vite. Sur une action anodine, Gelson Martins réalisait un enchaînement parfait et déclenchait une reprise qui trompait le portier stéphanois, cloué sur sa ligne (1-0, 18e). La catastrophe était proche pour les visiteurs, mais Stéphane Ruffier gagnait son duel avec Alexsandr Golovin (20e) avant de capter aisément une tête de Radamel Falcao (34e) et de se faire quelques frayeurs sur un presque CSC de William Saliba (37e). Alors que l’ASM gérait relativement tranquillement son avantage, le club de la Principauté perdait (encore) son gardien. Touché à la cuisse gauche, Danijel Subasic était contraint de quitter ses coéquipiers (45e).

Un Rémy Cabella des grands soirs

Au retour des vestiaires, Jean-Louis Gasset conservait son dispositif au plus grand dam des supporters de l’ASSE. Le technicien effectuait également un changement en envoyant Arnaud Nordin en remplacement de Romain Hamouma, éteint jusque-là. Revenus avec d’autres intentions, les Verts sollicitaient rapidement la défense monégasque. Si Rémy Cabella ne cadrait pas (49e), Kamil Glik était lui à deux doigts d’atomiser la cage stéphanoise mais sa tête venait atterrir sur la barre (54e). Finalement, le salut forézien arrivait de nulle part. Sur un centre lambda de Rémy Cabella, Fodé Ballo-Touré déchirait son dégagement et trompait Seydou Sy (1-1, 59e). Alors que Radamel Falcao manquait une occasion en or en catapultant un coup-franc idéalement placé derrière le stade, Rémy Cabella lui, ne se manquait pas. L’ancien Marseillais profitait d’un coup de billard dans la surface adverse pour catapulter un missile dans la cage monégasque (1-2, 70e). Méconnaissables, les Stéphanois renversaient totalement les locaux, qui encaissaient un troisième but par l’intermédiaire d’Arnaud Nordin, à la retombée d’un centre parfait du numéro 7 des Verts (1-3, 80e).

Pourtant privés de leurs groupes, les Verts entendaient alors des chants sortir des tribunes, où plusieurs supporters étaient présents malgré un arrêté gouvernemental pris par l’état monégasque. Provisoirement troisièmes dans l’attente du match de l’Olympique Lyonnais, les joueurs de l’ASSE pouvaient lever les bras au coup de sifflet final. Victorieux trois buts à deux de l’ASM après la réduction du score de Vinicius (2-3, 90+2e), Loïc Perrin et ses coéquipiers accueilleront le week-end prochain Montpellier, avec sept points d’avance et des rêves de podium plein la tête.