Un nouveau but de renard. Contre Amiens (3-0, 17e journée de Ligue 1), c’est encore Wissam Ben Yedder (29 ans), bien placé à la réception d’un corner mal dégagé par la défense picarde, qui a mis l’AS Monaco sur la voie du succès. Au micro de Téléfoot sur TF1 ce dimanche, l’attaquant est apparu déterminé, comme en mission. « Monaco n’est pas à sa place, on sait tous que ça joue le haut de tableau en temps normal. On arrive à enchaîner à domicile, on a un peu plus de mal à l’extérieur. On va tout faire pour remettre Monaco où il faut », a-t-il expliqué.

Sur le plan personnel, l’ancien du Séville FC n’a pas grand-chose à se reprocher. Avec 11 réalisations et 2 passes décisives en 14 apparitions, il est tout simplement le meilleur buteur du championnat de France devant Moussa Dembélé (OL, 10 réalisations) et Victor Osimhen (LOSC, 9 buts). « Je ne me fixe pas de limite, je donne le maximum sur le terrain, je fais en sorte de marquer pour l’équipe. Aujourd’hui, ça me sourit, tant mieux », a-t-il lâché, savourant son association avec Islam Slimani, avec qui il s’entend bien.

« J’ai les épaules pour être le n° 9 des Bleus »

Malgré une 9e position pour l’heure, WBY ne regrette absolument pas son choix cet été. « Monaco était le club qui me voulait, qui avait besoin de moi, qui m’a respecté tel que j’étais. Certains clubs sont venus, mais ne sont pas passés à l’action. (...) Je n’ai pas hésité », a-t-il assuré, avouant que l’Olympique de Marseille faisait partie de ses courtisans, mais n’est jamais passé à l’action. L’ex de l’UJ Alfortville, en pleine confiance sur le Rocher, a bien l’intention de transposer sa forme en équipe de France, lui qui affiche un bilan de 2 buts en 8 sélections.

« Je fais tout pour aider l’équipe de France. Ce n’est pas à moi de le dire (si j’ai répondu aux attentes lors des derniers rassemblements), c’est au sélectionneur », a-t-il d’abord confié avant de poursuivre. « Bien sur, j’ai les épaules pour être le n° 9 de l’équipe de France à l’Euro. Je me sens toujours fort dans ma tête. Après, c’est au sélectionneur de choisir. Moi, je suis toujours là pour aider l’équipe et faire le maximum pour l’équipe », a-t-il conclu, sûr de sa force malgré la rude concurrence (Olivier Giroud, Kylian Mbappé, etc.). Le message est passé.