Le choix du roi. Cette saison, Bruno Genesio a l’embarras du choix au poste de latéral droit. Kenny Tete et Rafael, approché par Besiktas, sont restés. Et ils ont été rejoints par Léo Dubois, recruté dès le mercato d’hiver 2018 à Nantes. Conscient d’avoir trop de spécialistes à ce poste, l’entraîneur de l’OL pensait que l’un d’entre eux s’en irait durant le marché des transferts estival comme il l’avait expliqué au mois d’août. « Concernant les latéraux, je ferais par rapport à mes convictions, par rapport à ce je vois, ce que je juge le meilleur pour l’équipe comme je le fais pour tous les autres postes. Après, il est vrai que trois latéraux droits c’est trop. C’est un de trop, c’est sûr. Donc peut-être que d’ici la fin du mercato des solutions seront trouvées pour qu’on en conserve seulement deux ». Mais personne n’a bougé. Et finalement, Kenny Tete, qu’on imaginait partant, a fait les frais de cette concurrence, Bruno Genesio préférant alterner entre Rafael et Dubois.

Absent du groupe professionnel, le Néerlandais était envoyé avec l’équipe réserve (2 matches). Malgré tout, il conservait la confiance de son sélectionneur national puisqu’il a continué à être appelé avec les Oranje (il a été titulaire lors des 2 matches en septembre). Interrogé par nos confrères du Progrès, l’ancien de l’Ajax avait avoué que jouer avec l’équipe nationale lui faisait du bien au moral lui qui était placardisé en club. Ce qu’il avait du mal à vivre, même s’il l’acceptait. « Je pense avoir vécu une assez bonne saison dernière, et je ne m’attendais pas à ça. La seule chose que je peux faire c’est travailler dur. Des fois c’est difficile, mais je crois toujours en moi. La seule chose que je peux faire, c’est donner le meilleur de moi-même à chaque entraînement à Lyon, mais à la fin, le coach décide. Je respecte ses choix, les meilleurs doivent jouer, et je dois faire le maximum pour être l’un de ses meilleurs joueurs. Je travaille dur pour cela ».

Tete revient dans la course

Et le natif d’Amsterdam, qui est passé par la case infirmerie, a enfin pu jouer son premier match avec les pros de l’OL le 23 octobre face à Hoffenheim en Ligue des Champions (90 minutes). Après une titularisation contre Guingamp (10 novembre) puis une entrée en jeu face à Manchester City (27 novembre), le Hollandais est aligné régulièrement ces derniers matches. Il a profité de la blessure de Léo Dubois puis de la suspension de Rafael pour se refaire une place. Résultat : il a enchaîné quatre titularisations de suite (7 matches au total avec l’OL cette saison). En effet, il a débuté face à Lille, Rennes, le Shakhtar Donetsk et l’AS Monaco. Face aux Ukrainiens, il a plutôt bien tenu son couloir droit face à Taison. Dimanche soir, il a de nouveau rendu une belle copie face au club de la Principauté. Discipliné et sérieux, il a fait le boulot défensivement. Offensivement, il s’est montré disponible, n’hésitant pas à monter pour centrer, tenter sa chance (frappe au-dessus 53e) et épauler Bertrand Traoré. Et à la 35e, il a été décisif. Lancé parfaitement dans la profondeur par Jason Denayer, le latéral droit s’est arraché pour sauver le ballon qui filait en sortie de but devant Badiashile avant d’envoyer un centre pour Nabil Fekir qui trompait Benaglio (2-0, 35e).

Puis, à la 60e, il a de nouveau centré fort dans la surface. Bien lancé, Ferland Mendy a suivi et placé une tête rageuse pour marquer (3-0, 60e). Avec deux passes décisives à son actif cette saison (4 assists l’an dernier en L1), Kenny Tete montre plus que jamais qu’il a encore son mot à dire face à Léo Dubois, qui ne s’est pas vraiment imposé. En effet, il y aura un duel entre les deux hommes lors de la suite de la saison puisque Rafael a été opéré au pubis et aux adducteurs samedi et qu’il sera absent entre deux mois et demi et trois mois. Bruno Genesio, qui va s’appuyer sur lui, a avoué qu’il était très content de son joueur après la rencontre. « Je crois que c’est à l’image de tous ceux qui ont eu moins de temps de jeu et qui ont su saisir leur chance. On a un groupe travailleur, sans état d’âme. Kenny s’est accroché, ça a été très dur pour lui d’être un peu dans l’ombre de Rafael et Léo. Il a continué à travailler, comme d’autres. Quand on fait appel à eux, ils répondent présents. C’est important pour le groupe. On ne peut pas faire une saison avec quatre grandes compétitions à gérer avec un groupe de onze ou treize joueurs ». Sur la touche il y a encore quelques semaines de cela, le latéral néerlandais montre qu’il faudra encore composer avec lui à Lyon !