C’est toujours une rencontre spéciale, surtout depuis quelques années, où la rivalité s’est amplifiée. L’Olympique de Marseille accueillait l’Olympique Lyonnais à l’occasion de cet Olympico de la 36e journée du championnat de France. Un duel important en vue de l’Europe, puisque les Phocéens pouvaient encore mathématiquement s’emparer de cette quatrième place, et même de la troisième position. En face, l’OL se devait de gagner pour pratiquement sécuriser définitivement cette troisième position. Rudi Garcia continuait de faire des choix forts, laissant Payet sur le banc, tout comme un Thauvin de retour de blessure. Radonjic était donc titulaire, avec Balotelli et Ocampos. Luiz Gustavo, Strootman et Lopez composaient l’entrejeu. Côté lyonnais, c’était du classique, avec ce quatuor Depay, Fekir, Terrier, Dembélé devant. Morel prenait la place du blessé Denayer en défense. Au final, l’OL est reparti de Marseille avec les trois points suite à cette victoire 3-0.

Le début de rencontre était plutôt calme, avec le classique round d’observation qu’on a l’habitude de voir dans les grosses rencontres. Pas grand chose à se mettre sous la dent, si ce n’est cette petite frayeur dans la surface lyonnaise avec une sortie de Lopes dans les pieds de Mario Balotelli (5e). Dubois tentait une frappe croisée dans la surface, complètement hors cadre (11e). Peu à peu, les Lyonnais semblaient prendre l’ascendant, mais Lopes devait sortir un bon arrêt sur cette frappe d’Ocampos (17e). La rencontre manquait cruellement de rythme et d’occasions, malgré cette tentative de Balotelli, trop loin du cadre (23e). Jusqu’à ce que Cornet, avec de la réussite, récupère un ballon suite à une série de dégagements approximatifs de la défense marseillaise. L’Ivoirien tenait bon face à Kamara et fusillait Mandanda à bout portant (0-1, 24e). Et les Lyonnais privaient les Phocéens de ballon, les empêchant de réagir.

L’expulsion de Caleta-Car a refroidi l’OM

Il y avait également un peu de tension sur le terrain, à l’image de ce duel entre Balotelli et Lopes. L’attaquant italien n’était pas en réussite ce soir, même si à son tour, l’OM commençait à sortir de sa grotte. Strootman écrasait trop sa frappe après ce bon ballon de Radonjic (36e). Depay avait lui une belle occasion, dribblant Mandanda après être parti dans le dos de Kamara, mais le Néerlandais jouait mal le coup derrière (42e). Les vingt-deux acteurs de la rencontre rentraient aux vestiaires sur un avantage plutôt logique et mérité en faveur des Rhodaniens, les Phocéens ne montrant pratiquement rien quand ils avaient le ballon dans les pieds. Au retour, Florian Thauvin remplaçait Radonjic, et l’entrée de l’international tricolore allait revigorer l’OM. Si Fekir était tout proche du break (46e), Balotelli ne pouvait pas cadrer ce caviar de Thauvin (47e).

Le rythme de ce début de deuxième période était infiniment supérieur à celui qu’on avait pu voir dans les quarante-cinq premières minutes, et ça allait parfois d’un but à l’autre. Luiz Gustavo voyait sa frappe être déviée par Ndombélé, et le ballon frôlait le poteau gauche de Lopes (57e) ! L’OM était à nouveau dans le bain, et Lopes sortait des parades importantes sur des tentatives d’Ocampos et de Sakai (60e). Mais ça allait mal tourner pour les locaux, puisque Caleta-Car était expulsé après avoir retenu Terrier qui s’en allait seul vers les buts de Mandanda (65e). Un coup dur dans le temps fort marseillais. Le portier phocéen sortait un bel arrêt sur cette tête de Terrier (73e). En infériorité numérique, l’OM n’était pas ridicule, mais la sanction allait tomber. Ndombele offrait un caviar à Moussa Dembélé, qui sortait une belle frappe, imparable pour Mandanda (2-0, 84e). Cornet pliait définitivement le match, partant dans le dos de la défense marseillaise avant de s’en aller battre Mandanda (3-0, 86e). Avec ce succès, l’OL a quatre points d’avance sur l’ASSE à deux journées de la fin. L’OM dit adieu à l’Europe.

Revivez le film de la rencontre sur notre live commenté.

L’homme du match : Ndombele (8) : l’international français est un joueur de classe internationale et le prouve chaque week-end. Sa prestation ce soir n’a pas dérogé à ses habitudes. Récupérations, relances propres, ouvertures sublimes, l’ancien Amiénois a tenu le milieu lyonnais à lui tout seul. S’il frôle le CSC (27e), il sort rapidement sur Luiz Gustavo et l’empêche d’égaliser en contrant sa frappe (57e). Son ballon pour Martin Terrier change le cours du match, celui pour Moussa Dembélé tue les espoirs des Phocéens... Définitivement au-dessus du lot.

Olympique de Marseille

- Mandanda (4) : le portier marseillais a encaissé trois buts, mais ce fut surtout à cause de la passivité de sa défense plutôt qu’à des erreurs individuelles de sa part. Sur le premier but, l’international français n’a pas grand chose à se reprocher, Cornet frappant à bout portant. De même pour le deuxième, oeuvre de Dembélé, et le troisième, où il est délaissé par sa défense. Il sort une belle main opposée sur cette tête de Terrier (73e).

- Sakai (4) : le latéral droit nippon a fait le boulot. Ni bon, ni mauvais, comme souvent. Défensivement, il n’a pas vraiment été mis en danger par ses vis à vis et a plutôt bien répondu dans les duels, même s’il aurait parfois pu un peu plus aider Kamara. Balle au pied et dans l’apport offensif, c’est toujours aussi compliqué même si on l’a parfois vu dans la surface rivale en deuxième période.

- Kamara (3) : un match compliqué pour le numéro 4 de l’OM, surtout en première période. Il peut bien mieux faire sur le but de Cornet, même si le Lyonnais protège bien le cuir. Le jeune défenseur phocéen a aussi souvent eu des problèmes au niveau du marquage, face à un Memphis Depay qui lui a souvent fait des misères. Il a su hausser son niveau au retour des vestiaires, étant moins fragile dans les duels, mais il est encore à la rue sur le troisième but rhodanien.

- Caleta-Car (4) : rencontre assez correcte du défenseur croate, qui n’aura jamais vraiment été pris à défaut par les attaquants lyonnais. De bonnes choses montrées balle au pied également, avec quelques relances qui ont brisé des lignes adverses. Seulement, le Croate a été expulsé à la 65e minute après une faute en situation de dernier défenseur sur Terrier. De quoi gâcher sa prestation.

- Amavi (3,5) : mais où est donc le Jordan Amavi qu’on voulait tant voir en Equipe de France ? Un week-end encore, le latéral gauche de l’Olympique de Marseille a livré une performance sans saveur. Une certaine fragilité derrière, bien qu’il n’ait pas été directement responsable de la défaite, et un apport offensif pratiquement inexistant. Très insuffisant, une fois encore.

- Luiz Gustavo (5,5) : il a encore souvent tenu la baraque à lui seul ce soir. Le Brésilien a réalisé un travail défensif intense devant sa défense, d’autant plus qu’il n"était pas forcément toujours aidé par les joueurs positionnés devant lui. Il s’est arraché, a pressé, a mis son corps en opposition sur bon nombre de frappes lyonnaises. Plutôt correct balle au pied par la suite même s’il y a eu un peu de déchet.

- Kevin Strootman (4,5) : difficile d’analyser sa rencontre... On l’a souvent vu se projeter vers l’avant et tenter de créer du danger devant, avec une réussite mitigée, et donner quelques ballons bien sentis pour ses partenaires. Quelques bonnes interventions dans les labeurs défensifs, mais une certaine incapacité à se montrer présent au milieu lorsque son équipe a le ballon. Physiquement, le Néerlandais donne aussi l’impression d’être cuit.

- Maxime Lopez (4) : le milieu de terrain marseillais a rendu une copie insuffisante face aux Lyonnais. Globalement, il a trop peu pesé dans le jeu, étant souvent invisible lorsque son équipe devait créer quelque chose et se projeter vers l’avant. Si ses attaquants n’ont pas brillé, il en est en partie responsable, n’ayant pas su prendre le jeu à son compte ce soir.

- Radonjic (3) : titularisé pour la première fois depuis un mois, le Serbe n’a pas affiché un niveau qui pourrait convaincre Rudi Garcia de l’utiliser plus régulièrement... Trop brouillon et transparent, malgré quelques efforts défensifs qu’il faut signaler. Florian Thauvin (5,5) a pris sa place à la pause. Son entrée a eu un effet immédiat, redynamisant complètement le secteur offensif marseillais et étant à l’origine de quelques occasions, mais il a peu à peu disparu au fur et à mesure que la deuxième période avançait.

- Ocampos (3,5) : l’ailier argentin a comme souvent beaucoup tenté, se proposant et provoquant en permanence. Il a ainsi été très actif sur le flanc gauche, mais l’ancien de River a, là aussi comme c’est habituel, montré un déchet technique énorme. Des centres ratés, des frappes dévissées, des passes mal assurées... Il a laissé sa place à Germain (71e) qui n’a pas eu de ballons intéressants dans les derniers mètres.

- Balotelli (3) : soirée plutôt compliquée pour Super Mario. L’Italien a traversé la rencontre comme un fantôme, étant plus occupé à s’échanger les coups avec Lopes et Marcelo plutôt que de faire des appels. À sa décharge, il n’a eu que très peu de ballons exploitables devant. Beaucoup de gestes d’agacement qui ont bien illustré sa frustration de ne pas avoir pu afficher ses qualités dans la surface de Lopes. Dimitri Payet a pris sa place (77e) mais n’a pas pu montrer quoi que ce soit.

Olympique Lyonnais

- Lopes (6,5) : persona non grata du côté du Vélodrome, le gardien de but lyonnais s’est encore attiré les foudres du peuple marseillais en lançant cet Olympico après un contact avec Mario Balotelli (31e). S’il a été dans le vice comme à son habitude, le Portugais a été irréprochable dans sa cage, que ce soit sur une frappe de Lucas Ocampos (16e) ou sur la triple occasion de l’OM (61e). Digne de sa saison et digne de son statut.

-  Dubois (5) : très moyen face à Lille, du moins jusqu’à son but, l’ancien du FC Nantes est resté sur la lignée d’une prestation à deux visages. Sans être brillant, Lucas Ocampos lui a posé quelques problèmes sur les premières minutes de la rencontre. Offensivement, le latéral droit n’a pas été très précis non plus, enchaînant les passes maladroites et les centres ratés (25e, 30e, 80e...). Il sauve son équipe en dégageant un ballon sur sa ligne, mais le joueur de 24 ans a livré une prestation vraiment mitigée.

-  Marcelo (6) : auteur d’une prestation aboutie le week-end dernier, le Brésilien a rassuré, et ce fut encore le cas ce soir malgré une association inhabituelle avec Jérémy Morel. Sa bonne intervention en début de match lui a fait du bien. Il est heureux sur la frappe de Kevin Strootman (38e) mais le reste de sa rencontre est finalement relativement calme, les Marseillais ayant posé quelques problèmes à la défense lyonnaise en passant sur les côtés.

- Morel (6,5) : écarté depuis le 16 janvier dernier, l’ancien Marseillais retrouvait les terrains de Ligue 1 sur la pelouse de son ancien club. Si sa première intervention pouvait laisser craindre le pire, son tacle sur Maxime Lopez étant plus que limite (13e), le défenseur central de 35 ans a été sérieux défensivement à l’image du ballon qu’il enlève devant Mario Balotelli (16e). Il délivre un caviar pour Memphis, qui manque d’efficacité et le prive d’une passe décisive (41e). Pour quelqu’un qui n’avait pas joué depuis près de quatre mois, il a été étonnamment bon.

-  Mendy (5,5) : sa première montée est intéressante, mais sa première mi-temps a été plus mitigée sur le plan défensif, en témoignent sa perte de balle dangereuse devant sa surface (28e) et son duel perdu avec Nemanja Radonjic (36e). Au retour des vestiaires, quelques secondes ont suffi pour lui permettre de s’illustrer, mais son centre n’a pas été poussé au fond des filets par un Nabil Fekir maladroit (46e).

- Ndombele (8) : voir ci-dessus.

-  Aouar (6) : le talentueux milieu de terrain made in Lyon a été étrangement transparent ce soir, mais il faut dire que la prestation étincelante de Tanguy Ndombélé à ses côtés ne lui rend pas justice. Habituellement propre techniquement, l’international espoir a perdu des ballons dangereux devant sa surface (15e, 45e). Il a fallu attendre la 82e pour retrouver le Houssem Aouar que l’on connait, lui qui est au départ de l’action du second but et passeur décisif sur le dernier. Dix minutes qui relèvent sa prestation.

- Cornet (7) : titularisé par Bruno Genesio, l’Ivoirien a répondu présent dans cet Olympico. Très en vue, l’attaquant s’est offert un doublé, lui qui n’avait marqué que trois petits buts depuis le début de saison. Entre ses deux réalisations, il aurait pu plier la rencontre dès le retour des vestiaires mais sa frappe a été contrée in-extremis par Duje Caleta-Car (47e). L’ancien du FC Metz a été le joueur le plus actif offensivement, encourageant pour un joueur dont l’avenir reste flou.

- Fekir (5) : on a connu le capitaine des Gones plus inspiré que ce soir. S’il a délivré quelques bons ballons en début de match, il a souvent manqué de précision, notamment devant le but (46e). Son rôle de leader technique a finalement été pris par Tanguy Ndombélé. Remplacé à la 74e, le capitaine lyonnais a assisté du banc à la balade lyonnaise en fin de match. Son remplaçant, Moussa Dembélé, a encore trouvé le chemin des filets dans une rencontre importante.

- Terrier (6) : son arrivée à l’Olympique Lyonnais a peut-être laissé les observateurs songeurs, mais l’ancien Strasbourgeois est finalement la bonne surprise de la saison. En plus de soulager son coéquipier Léo Dubois, le joueur de 22 ans a été très inspiré offensivement, poussant à plusieurs reprises Steve Mandanda à la parade. Remplacé par un Lucas Tousart, entré pour consolider ce succès, à la 83e.

-  Depay (5) : buteur la saison dernière, Memphis Depay a été inhabituellement maladroit ce soir. Il est à l’origine du premier but lyonnais (24e), mais aurait dû plier le match ensuite en faisant preuve de plus de précision et d’altruisme (41e). Il aurait pu être décisif ce soir, et ne l’a pas été. Un match sans plus, bien en dessous du potentiel de l’international néerlandais.