200 buts. Edinson Cavani a atteint cette barre symbolique avec le Paris Saint-Germain à la faveur d’un nouveau but inscrit au Parc des Princes face aux Girondins de Bordeaux, d’une tête puissante. Le public de l’enceinte parisienne a pu exulter et fêter son chouchou dignement. Le speaker a fait retentir 9 fois le nom de l’attaquant uruguayen, qui a pu célébrer après le coup de sifflet final avec ses coéquipiers sur la pelouse. Mais ce montant de 200 buts, Cavani aurait pu ne jamais l’atteindre, puisqu’il a été tout proche de quitter le club durant le mercato de janvier.

Seul joueur parisien à se présenter en zone mixte à l’issue de la rencontre, Cavani a assuré qu’il était heureux d’être finalement resté, avant de très probablement partir en juin prochain à l’issue de son contrat. « Oui bien sûr. Je pense que Paris m’a donné beaucoup. Mes coéquipiers, les supporters. À chaque fois que je viens sur le terrain, je vais tout donner pour eux. Car comme je le dis, ils m’ont montré l’affection, la chaleur, l’amour. C’est difficile, le football, la vie. L’unique manière que tu as pour remercier, c’est de tout donner sur le terrain. D’abord pour les coéquipiers qui sont avec toi tous les jours à s’entrainer, qui passent des moments difficiles. Ensuite pour les supporters qui souffrent avec nous, qui sont là dans les moments difficiles et les bons moments. Je suis heureux de rester, bien sûr », a-t-il lancé.

Cavani a souffert

Puis il a été demandé à Cavani s’il avait souffert de cette situation, lui qui a été déclassé dans la hiérarchie au profit de Mauro Icardi, débarqué l’été dernier. « Oui, ça fait partie du travail, du football, de la vie. Je n’ai rien à reprocher. C’est seulement travailler. À la fin, ce sont les sacrifices et le travail qui te donnent la possibilité de marcher. Même dans la vie c’est comme ça alors je reste comme ça. J’ai passé des périodes difficiles. Ce n’est pas fini, ça peut arriver. Mais je suis ici pour donner 100 % et pour me préparer pour chaque match », a-t-il assuré. Une chose est certaine, il ne va pas baisser les bras. Et son bon match contre Bordeaux pourrait le replacer dans la course à une titularisation en Ligue des Champions.

En conférence de presse, Thomas Tuchel a justifié sa décision de titulariser l’Uruguayen plutôt que l’Argentin. « C’est comme ça. Les deux combattent pour une place. C’était le moment pour « Edi ». J’ai pu sentir à l’entraînement qu’il était très proche de marquer. Il a marqué un but important contre Lyon et j’ai eu l’impression qu’après cette défaite (1-2 à Dortmund, ndlr), sa personnalité, son énergie et l’effort qu’il donne pouvaient être bons pour nous aujourd’hui (hier, ndlr). Je suis très heureux qu’il ait marqué et fait une passe décisive. C’est un grand joueur pour Paris, il a mérité son deux-centième but. » Rien n’est fini pour Cavani et c’est déjà une victoire pour un joueur qui était à deux doigts de quitter Paris par la petite porte du mercato hivernal.