Après la trêve internationale, la Ligue 1 effectuait son grand retour ce vendredi avec la cinquième levée. Alors que l’OGC Nice s’est imposé juste avant face au Stade Rennais (2-1), le Paris Saint-Germain croisait le fer au Parc des Princes avec Saint-Etienne, à quatre jours de son déplacement à Anfield pour y affronter Liverpool en Ligue des Champions (1ère journée). Privé de Neymar, mis au repos, et de Mbappé, suspendu, Thomas Tuchel mettait en place un 4-3-3 avec Di Maria et Draxler dans les couloirs. Bernat connaissait de son côté sa première titularisation. Côté stéphanois, Jean-Louis Gasset organisait un 5-3-2 en faisant redescendre Monnet-Paquet au poste de latéral droit et avec Khazri entre deux lignes.

Dès les premiers instants, les Parisiens prenaient possession du ballon et mettaient en place leur jeu. Après un beau travail de Di Maria côté droit, Draxler allumait la première mèche mais Ruffier se couchait bien sur sa gauche (2e). L’ASSE répondait directement par l’intermédiaire de Khazri mais sa frappe était captée par Areola (5e). Malgré une défense à cinq, les Verts se montraient offensifs et Diony se procurait une énorme occasion. Sur un superbe centre de Salibur, le numéro 9 stéphanois se retrouvait face à Areola mais son intérieur du pied en première intention était manquée (14e). Et après une tentative non cadrée de M’Vila (21e), le PSG se réveillait et trouvait la faille. Lancé dans la surface par Verratti, Draxler contrôlait le ballon et de la tête avant de lober Ruffier... d’un coup de tête (22e, 1-0) ! Les occasions n’étaient ensuite pas omniprésentes. Seul Khazri tentait encore une fois sa chance avant la pause (35e).

Di Maria clôture le spectacle

Comme dans le premier acte, la deuxième période démarrait sur un rythme élevé. Servi à la limite du hors-jeu, Gabriel Silva le couvrant, Cavani se présentait face à Ruffier mais Perrin le taclait dans la surface. L’international uruguayen transformait lui-même en prenant à contre-pied le portier stéphanois (51e, 2-0). Désormais à l’abri, les hommes de Thomas Tuchel semblaient plus libérés. Entré en jeu à la pause à la place de Diarra, Diaby manquait cependant sa tentative au deuxième poteau (56e). Face à des Stéphanois dépassés défensivement, les champions de France marquaient même un troisième but mais celui-ci était refusé pour un hors-jeu de Bernat, qui avait centré pour Cavani, devancé par Kolodziejczak qui avait poussé le cuir au fond de ses filets (65e).

Mais le troisième but parisien arrivait finalement quelques minutes plus tard, et celui-ci était bel et bien validé par l’arbitre de la partie. Déjà très actif, Diaby centrait vers le deuxième poteau où Gabriel Silva manquait son dégagement. Di Maria en profitait pour venir fusiller Ruffier du pied gauche (76e, 3-0). Mais le festival offensif parisien ne s’arrêtait pas là. Décisif sur la réalisation de Di Maria, Diaby se transformait en buteur en fin de rencontre. Le joueur de 19 ans était présent au second poteau pour pousser le cuir au fond des filets après un centre dévié par Cavani (84e, 4-0). Sans Neymar ni Mbappé, le Paris Saint-Germain s’imposait donc sur le score de 4-0. Une victoire très importante avant de débuter sa campagne de Ligue des Champions face à Liverpool mardi soir.

Revivez le film du match sur notre live commenté.

L’homme du match : Draxler (7,5) il a été l’un des meilleurs joueurs parisiens sur le terrain ce soir. Il a trouvé le chemin des filets à la 22e minute d’un contrôle de la tête et d’une frappe de la tête qui a lobé Ruffier. Il a fait parler sa technique dans ce match. L’ailier allemand a souvent quitté son côté gauche pour proposer des solutions dans l’axe. En deuxième période, il s’est fait un peu plus discret, mais son travail à la construction du jeu a également apporté au collectif. Au total, il a tiré quatre fois au but pour trois frappes cadrées, le deuxième meilleur total parisien derrière Di Maria.

Paris Saint-Germain

- Areola (6) : il n’a pas eu beaucoup d’interventions à faire dans ce match, mais ce qu’il a fait, il l’a bien fait. Le gardien de but parisien a été alerté par Khazri à la 5e minute, frappe sur laquelle il a tranquillement capté le ballon. Un peu plus tard, à la 30e minute, il s’est envolé dans les airs pour sortir des deux poings un centre de Khazri. Il a semblé se faire mal sur cette action, mais il s’est finalement relevé quelques secondes plus tard. En deuxième période, le gardien du PSG n’a pas été inquiété et peut désormais aborder la rencontre à Liverpool plein de confiance.

- Meunier (5,5) : il a été bon dans ce match, en s’imposant très souvent dans son couloir droit. Il a récupéré de bons ballons pour son équipe. Défensivement, le Belge n’a pas été trop sollicité dans son couloir. En effet, les attaquants stéphanois ont plutôt opté pour le côté gauche de Bernat pour tenter de placer leurs centres.

- Thiago Silva (6) : en tant que capitaine, il a été rassurant pour sa défense. Il a réussi 95% de ses passes en première mi-temps. Le bloc stéphanois ne jouant pas très haut, cela lui a permis d’avoir le temps de s’organiser et de soigner ses relances. En deuxième mi-temps, il a été remplacé par Kehrer à la 80e minute pour le préserver avant le déplacement à Liverpool.

- Kimpembé (6) : il s’est imposé dans les airs. Parfois un peu éparpillé, le champion du monde français a tout de même beaucoup donné et a récupéré de nombreux ballons. Au total, il a gagné 7 ballons en première période, le meilleur total de la ligne défensive parisienne. Il a fait également de bonnes interventions défensives.

- Bernat (4) : il a été le joueur parisien le plus en difficulté dans ce match. Toutes les occasions stéphanoises sont venues de son couloir gauche. Il a également parfois été pris de vitesse par Salibur. Offensivement, cela a été un peu plus positif, il a globalement réussi à faire plusieurs bonnes montées. À la 15e minute, il a notamment fait une bonne percée dans son couloir gauche et a placé un centre sorti en corner par la défense de Saint-Étienne.

- Diarra (4,5) : à l’image de Bernat, il n’a pas été auteur d’un grand match. Le milieu défensif n’a joué qu’une mi-temps. Il a eu du mal à donner de bons ballons pour permettre à son équipe d’effectuer la transmission défense-attaque. Il n’a pas apporté à son équipe dans ce match, même si sa qualité de conservation du ballon a parfois été utile. Il a été remplacé au retour des vestiaires par Diaby (7) qui a été positionné sur l’aile gauche de l’attaque parisienne. Il a apporté du dynamisme à son équipe et son entrée a finalement été récompensée à la 84e minute par un but. Sur un centre de Draxler et après que Cavani est dévié le ballon involontairement, il a poussé le cuir au fond des filets.

- Verratti (6,5) : il n’a pas été très présent en début de match, mais l’Italien s’est réveillé à la 22e minute lorsqu’il a délivré une passe décisive de l’extérieur du pied à Draxler. Pour son retour à la compétition, Verratti a fait globalement une bonne partie. Il a été remplacé par Nkunku à la 68e minute qui a été placé sur le flanc droit de l’attaque parisienne.

- Rabiot (5,5) : il a été discret en première mi-temps. Il a écopé d’un carton jaune à la 37e minute pour une simulation dans la surface de réparation stéphanoise. Après la sortie de Diarra, il a été repositionné en sentinelle aux côtés de Verratti, un poste qu’il n’apprécie pas particulièrement. Mais le Français a rempli sa mission sans faire un match exceptionnel.

- Di Maria (7) : l’Argentin a en effet été le joueur qui a le plus tiré au but dans ce match avec 6 tentatives dont 4 cadrées. Il a marqué à la 76e minute d’une frappe croisée puissante et limpide. En début de match, il s’était montré percutant. En effet, à la 2e minute, il a effectué une percée qui a permis à Draxler de tirer au but, sans succès. Il a également alerté Ruffier avec une frappe tranquillement captée par le portier stéphanois à la 6e minute. L’ailier parisien a parfois décroché pour apporter des solutions un peu plus bas aux milieux de terrain et aux défenseurs.

- Cavani (6,5) : la première mi-temps a été très compliquée pour lui. Il n’y a touché que 6 ballons, le plus petit nombre de ballons joués sur les 22 joueurs sur le terrain. Il a finalement été une nouvelle fois décisif en provoquant un penalty à la 49e minute. L’Uruguayen a pris ses responsabilités et a marqué sur ce penalty qu’il a transformé d’une frappe décroisée qui a pris Ruffier à contre-pied (51e).

- Draxler : voir ci-dessus

Saint-Etienne

- Ruffier (3) : toujours présent dans le but stéphanois, le gardien de 31 ans est rapidement rentré dans son match en sortant une frappe à ras de terre de Draxler (2e), avant de capter le cuir sur une frappe du gauche de Di Maria (6e). Pas inquiété ensuite, il a cependant craqué sur les deux autres tirs cadrés parisiens. D’abord avec une mauvaise anticipation sur l’ouverture de Draxler (23e), et ensuite en étant pris à contre-pied sur le penalty de Cavani (51e). Stéphane Ruffier a finalement encaissé deux buts de plus, lâché par sa défense (76e, 84e). Cruel.

- Monnet-Paquet (5) : plus habitué à jouer ailier, le joueur stéphanois a finalement été positionné dans la défense à cinq par Jean-Louis Gasset. Un système qui lui a permis de déborder à plusieurs reprises, face à un Bernat très haut (21e). Présent aux avant-postes, Kévin Monnet-Paquet a cependant laissé des espaces derrière lui et n’a rien pu faire sur le but de Draxler, auteur d’un bon appel (23e). Le Stéphanois a ensuite continué son travail offensif, où il a donc été plus séduisant. Remplacé par Hamouma (54e), qui n’a rien montré sur la pelouse du Parc.

- Perrin (3,5) : toujours titulaire au sein de la défense centrale avec le brassard de capitaine, le joueur de 33 ans a bien débuté sa rencontre en détournant un centre de Bernat en corner devant Ruffier (15e), avant de tenter sa chance de la tête sur un corner de Khazri (19e). Pas fautif sur le premier but, il a cependant tué le match pour les Verts au retour des vestiaires en venant tacler Cavani dans la surface, qui a marqué derrière sur penalty (51e). Il s’est ensuite rattrapé devant Bernat (54e) mais n’a pas réellement convaincu. Il a terminé la rencontre en prenant l’eau sur les deux derniers buts du PSG, comme toute sa défense (76e, 84e).

- Subotic (4) : présent aux côtés de Perrin et Kolodziejczak en défense centrale, le défenseur serbe ne s’est pas beaucoup montré en première période, mais il a eu énormément de travail au retour des vestiaires. D’abord auteur d’interventions importantes, le joueur de 29 ans a ensuite perdu ses marques suite aux multiples assauts parisiens. Un match difficile pour lui comme pour ses deux coéquipiers de la charnière centrale.

- Kolodziejczak (4) : après s’être pris un grand pont par Di Maria sur la première offensive du match (2e), le défenseurs français n’a rien montré durant toute la rencontre. Prévu sur la gauche de la défense à trois, le joueur de 26 ans a dû couvrir un Gabriel Silva dépassé mais n’a rien pu faire face à Di Maria notamment. Un match à rapidement oublier.

- Gabriel Siva (3) : latéral gauche pour cette rencontre, le joueur de 27 ans a véritablement sombré du début à la fin du match. Rapidement pris de vitesse par Di Maria (2e), il ne s’est ensuite pas trop montré en première période. Finalement passé de l’autre côté dans le deuxième acte, il a réalisé de nouvelles erreurs, comme sur le troisième but parisien où il a manque son dégagement (76e). Le Brésilien n’était ensuite pas présent pour contester Diaby (84e), ou face à Bernat qui est souvent passé dans son dos.

- Selnaes (4) : devant sa défense, le milieu norvégien n’a pas réellement existé. Aux cotés de M’Vila, Ole Selnaes a eu un rôle plus défensif, et a donc eu du mal à contenir les milieux parisiens, comme les attaquants. Le joueur de 24 ans a surtout perdu neuf ballons dans l’entrejeu, lui qui n’a pas réussi à relancer proprement.

- M’Vila (5) : placé derrière Khazri dans l’entrejeu, le joueur formé au Stade Rennais est très souvent monté pour organiser le jeu avec son coéquipier. Auteur de belles transmissions, il a toujours apporté une solution lors des offensives stéphanoises et a même tenté sa chance de loin (21e). Avec 56 ballons, il est le joueur qui en a touché le plus avec Khazri (61), mais en a également gagné 13. Une belle statistique face aux milieux parisiens.

- Khazri (5,5) : placé en numéro 10 entre les deux lignes, l’international tunisien a clairement été le meilleur joueur de son équipe sur la pelouse du Parc des Princes. Auteur de quelques tentatives (5e, 35e), le joueur de 27 a surtout distribué les ballons pour ses attaquants, ou encore pour son capitaine Perrin sur un corner (19e). Toujours très actif, le natif d’Ajaccio a fait beaucoup d’efforts mais les Verts n’ont jamais trouvé la faille.

- Diony (4,5) : sur le plan offensif, le joueur de 25 ans a eu du mal à rentrer dans sa rencontre, alors que défensivement, il s’est rapidement imposé sur le premier travail de repli (7e, 8e). Auteur de plusieurs appels, il a cependant gâché une belle occasion en manquant son intérieur du pied (14e). Une tentative qui aurait pu tout changé dans cette partie. L’attaquant prêté à Bristol City la saison dernière n’a cependant rien lâché. Remplacé par Diousse (81e), qui n’a pas pu s’illustrer.

- Salibur (5) : tout comme Diony devant, l’attaquant prêté par Guingamp n’a jamais oublié le travail défensif, et s’est battu pour récupérer des ballons. Il a su profiter des espaces, notamment sur le côté droit, pour déborder et centrer plusieurs fois (14e, 18e). Le joueur de 27 ans n’a pas non plus hésiter à tenter sa chance et provoquer (33e). Il a donc livré un beau combat avant d’être remplacé par Beric (81e), qui a touché quatre ballons en dix minutes.