Le rideau de la 2e journée de Ligue 1 se baissait ce dimanche soir au Roazhon Park. Pour ce dernier match du week-end, le Stade Rennais recevait en effet le Paris Saint-Germain. Un air de déjà vu donc puisque les deux formations se sont déjà affrontées cette saison, lors du Trophée des Champions le 3 août dernier. À Shenzhen, le club de la capitale s’était imposé sur le score de 2-1 grâce notamment à un superbe coup-franc de Di Maria. Et ce soir, les deux équipes voulaient confirmer après avoir respectivement battu Montpellier (1-0) et Nîmes (3-0). Côté breton, Julien Stéphan optait pour un 3-5-2 avec Niang et Del Castillo alignés à la pointe de l’attaque ou encore le jeune Camavinga dans l’entrejeu. Dans les rangs parisiens, Thomas Tuchel optait pour un 4-3-3 et titularisait Meunier et Di Maria. Dans une enceinte bretonne quasiment comble, les Parisiens posaient logiquement le pied sur le ballon face à un bloc rennais bien organisé.

Sur un centre de Di Maria sorti par Traoré, Draxler allumait la première mèche mais l’international allemand n’accrochait pas le cadre (5e). Les Parisiens cherchaient à faire la différence côté gauche, alors que les Rennais évoluaient plus à droite sur leurs phases offensives, Bernat ayant plus de travail que Meunier. Mais les quelques occasions du match étaient pour le PSG. Sur un coup-franc enroulé de Di Maria, Cavani pensait même ouvrir le score mais son coup de tête terminait sur le poteau (14e). Les Rennais essayaient alors de répondre et Diallo sauvait le club de la capitale en revenant devant Del Castillo (16e). Balle au pied, les joueurs de Thomas Tuchel ne trouvaient pas la solution pour contourner ce bloc rennais. De leur côté, les hommes de Julian Stéphan n’arrivaient pas à se montrer dangereux. La pause approchait et sur un erreur défensive rennaise, le Paris SG débloquait la situation.

Camavinga sur un nuage, Salin vigilant

Sur une relance, Da Silva cherchait Salin devant le but mais le capitaine du SRFC appuyait beaucoup trop sa passe et Cavani, en tant que renard des surfaces, envoyait tranquillement le ballon au fond des filets (36e, 0-1). Certainement touché par cette mauvaise passe, le numéro 3 rennais n’avait pas le temps de retrouver ses esprits puisque Mbappé lui donnait du travail, mais le natif de Bondy trouvait le petit filet extérieur (38e). De l’autre côté du terrain, les Rennais terminaient mieux cette période et Niang trouvait la faille suite à un magnifique enchaînement ! Servi par Traoré, l’attaquant sénégalais réalisait un joli contrôle avant de poursuivre avec une belle frappe du gauche qui laissait Areola au sol (44e, 1-1). De quoi rebooster les Rennais, même après la pause. Car quelques secondes après la reprise, les locaux prenaient l’avantage. Très juste dans ses transmissions (100% de passes réussies dans le premier acte), Camavinga déposait le ballon sur Del Castillo qui marquait de la tête (48e, 2-1).

Totalement surpris, les champions de France tentaient alors de réagir en vain. Pendant ce temps-là, les Rennais poussaient pour faire le break. Seul devant Areola, Niang tentait une frappe croisée mais le portier français remportait son duel (55e). Et la situation se compliquait petit à petit pour le PSG puisque sur l’action suivante, Gelin trouvait le poteau opposé. Heureusement pour les visiteurs, le ballon ressortait sur Areola (63e). Son équipe étant en difficulté, Thomas Tuchel faisait donc sortir Meunier et Di Maria pour lancer Dagba et Sarabia (64e). Sur le plan offensif, Mbappé tentait de sonner la révolte mais sa frappe passait à côté (69e). Côté rennais, les changements arrivaient aussi. Sarabia lui ne trouvait pas le cadre sur une tentative (76e). Le temps passait et le SRFC tenait ce résultat grâce également à un très bon Salin, auteur par exemple d’une belle claquette sur un centre-tir de Mbappé (81e) et d’un arrêt derrière au sol (83e). Devant son public, le Stade Rennais tenait et créait donc la surprise en faisant tomber le PSG (2-1).

Revivez le film de la rencontre sur notre live commenté.

L’homme du match : Camavinga (8) 16 ans et déjà tout d’un grand ! Titulaire dans l’entrejeu, le milieu de terrain rennais a été impressionnant sur la pelouse du Roazhon Park. Jamais inquiet lors du pressing adverse, toujours précis dans ses gestes et transmissions, le numéro 18 n’a rien raté. Avec 97,6% de passes réussies (1 seule ratée) sur l’ensemble de la rencontre, le joueur formé au SRFC n’était pas loin de la perfection, lui qui a d’ailleurs trouvé Del Castillo sur le deuxième but rennais (48e). Une performance XXL de sa part.

Stade Rennais

- Salin (7,5) : dans les cages bretonnes, le portier rennais n’a pas eu un travail considérable, du moins en première période. Il a en effet craqué sur le seul tir cadré des Parisiens dans le premier acte (sur 5 tentatives) puisque Da Silva a réalisé une erreur (36e). Dans le deuxième acte, il a cependant été impeccable. Après une superbe sortie sur Draxler (63e), il est resté vigilant sur un centre-tir de Mbappé (81e) et une frappe au sol de l’international français (83e). Et dans le jeu aérien, il n’a rien laissé passer, s’imposant en patron dans sa surface.

- Da Silva (6) : plutôt bien rentré dans son match, avec quelques interventions décisives dans sa surface, le capitaine rennais a un peu plombé son équipe avant la pause avec cette passe décisive pour Cavani suite à une mauvaise communication avec son gardien Salin (36e). Il aurait même pu sombrer une deuxième fois mais Mbappé n’a pas cadré (38e). Mais heureusement, ses coéquipiers ont fait le boulot devant et lui a réussi à tenir le coup ensuite avec ses coéquipiers en défense.

- Gelin (7,5) : aligné au cœur de la charnière centrale, le milieu de terrain formé au club a été solide du début à la fin. Auteur de nombreuses interventions importantes, le joueur de 21 ans a bien marqué les Parisiens, lui qui ne s’est jamais jeté pour réaliser le bon geste défensif. Et offensivement, il est passé tout proche du troisième but rennais mais le poteau a sauvé le PSG (63e). Une belle prestation de la part du natif de Quimper.

- Morel (7) : à 35 ans, l’ancien défenseur de l’Olympique Lyonnais en a encore sous le pied. Pas forcément exposé, l’international malgache a fait son travail dans l’ombre, ne laissant pas grand-chose passer. Il est resté dedans jusqu’à la dernière seconde, lui qui a même taclé dans sa surface sur Mbappé pour sauver son équipe en fin de partie (83e).

- Traoré (6) : placé dans le couloir droit, le natif de Bamako ne s’est pas reposé sur ses lauriers. Même s’il a eu du mal à suivre Mbappé, le latéral de 27 ans n’a jamais rendu les armes et s’est battu jusqu’à la 90e minute pour faire les efforts défensifs. Et offensivement, il a servi Niang dans la surface pour l’égalisation rennaise avant la pause (44e).

- Bourigeaud (5,5) : placé dans l’entrejeu dans le 3-5-2 de Julien Stéphan, le numéro 14 rennais a semblé en manque de repères. Souvent aligné sur un côté, le joueur de 25 ans n’a pas été très en vue malgré une cinquantaine de ballons joués. Il s’est tout de même battu pour gratter sept ballons. En fin de match, il a donc laissé sa place à Léa-Siliki (77e).

- Camavinga (8) : voir ci-dessus

- Grenier (5,5) : pas forcément volontaire balle au pied, l’ancien milieu de terrain de l’OL a bien été muselé par les milieux parisiens. S’il a réalisé un superbe geste pour éliminer notamment Thiago Silva (16e), le joueur de 28 ans n’a pas affiché son meilleur niveau, avec par exemple 10 ballons perdus dans le premier acte (la moitié de ses ballons joués, ndlr). Au final, il a pris quelques risques en tentant de jouer long mais sa prestation n’a pas été incroyable.

- Maouassa (6) : en charge du couloir gauche dans cette rencontre, le natif de Villepinte a rempli sa mission. S’il a connu quelques difficultés sur le plan défensif face à Di Maria notamment, le joueur de 21 ans a cependant été intéressant. Il s’est en effet montré disponible et n’a jamais arrêté de courir pour aider son équipe. Remplacé par le jeune Boey (80e).

- Niang (7) : comme son coéquipier en attaque, le Sénégalais n’a pas eu énormément de choses à se mettre sous la dent. Mais balle au pied, il a été dangereux, notamment dans la surface parisienne. La preuve avec son superbe but avant la pause à la suite d’un bel enchaînement (44e). Au retour des vestiaires, il aurait pu mettre son équipe un peu à l’abri mais Areola s’est imposé (55e). Un match réussi pour le joueur de 24 ans.

- Del Castillo (6,5) : titulaire suite à la suspension de Tait, le joueur de 23 ans a su saisir sa chance. Après avoir buté sur les défenseurs parisiens à deux reprises, l’attaquant rennais a marqué le but si précieux après la pause en reprenant un centre de Camavinga de la tête (48e). Il n’a donc jamais lâché pour terminer son match sur une très bonne note. Remplacé par Siebatcheu (73e).

Paris Saint-Germain

- Areola (3) : pas souvent sollicité mais pas décisif pour autant. Le gardien a encore encaissé deux buts sur deux frappes cadrées. Il sauve les siens sur un face à face avec Niang (55e) mais sa copie est peu reluisante. Il ne sort pas sur le deuxième but rennais et son poteau le sauve sur une tentative de Gelin (63e). Le Français n’a pas fait taire les critiques ce soir.

- Meunier (3) : le latéral droit a tenté d’animer son couloir mais défensivement, il n’était pas dans le coup. Il est très en retard sur le but de Del Castillo (48e). Le Belge a souffert le martyre face aux déboulés de Maouassa. Alors que Thomas Tuchel semble lui préférer Kehrer, l’ancien du Club Bruges n’a pas marqué de points ce soir. Remplacé par Dagba (64e) qui a eu le mérite d’apporter un peu plus offensivement.

- Thiago Silva (5) : quelques relances défaillantes et un retard au pressing, le Brésilien a été mis en difficulté. Il ne prend pas l’information derrière lui sur le but de Del Castillo. Habituellement souverain, le défenseur a commis quelques erreurs inhabituelles pour lui.

- Diallo (4) : son entente avec Marquinhos, placé devant lui puis à côté, n’a pas été bonne. Si le défenseur a fait quelques interventions importantes, il est loin d’avoir été serein durant cette rencontre. Encore en phase d’adaptation, l’ancien du Borussia Dortmund devra élever son niveau dans les prochaines semaines.

- Bernat (4) : un début de match compliqué pour l’Espagnol. Les actions dangereuses des Rennais sont passées de son côté. Il a bien tenté de compenser ses errements défensifs par ses montées mais il ne s’est pas montré assez dangereux.

- Marquinhos (4) : dans ce rôle hybride entre la défense et le milieu, le Brésilien s’est positionné entre les deux centraux, ce qui a eu pour effet de déséquilibrer le début de match de son équipe. Bien moins tranchant que contre le Nîmes Olympique, le défenseur converti milieu de terrain n’a pas eu son rayonnement habituel.

- Draxler (3) : la première mi-temps du milieu de terrain est à mettre aux oubliettes. L’Allemand n’a insufflé aucun rythme à son équipe alors que celle-ci peinait à contourner le bloc rennais. Face à Camavinga, l’ancien de Wolfsbourg a souffert de la comparaison. Remplacé par Paredes (76e).

- Verratti (6) : l’Italien a bien essayé de mettre du rythme dans cette rencontre mais le milieu de terrain était bien trop seul. Il a été partout dans l’entrejeu, combatif dans la récupération, c’est lui qui a donné les meilleurs ballons aux attaquants. Insuffisant pour ramener les trois points.

- Mbappé (6) : encore le meilleur parisien ce soir. Il a fait très mal à la défense rennaise grâce à sa vitesse. Mais le Français n’a pas toujours joué collectivement, à l’image de son équipe. Il a eu les occasions pour mettre sa formation à l’abri mais a buté sur un excellent Salin dans les buts adverses. Lorsque le champion du Monde 2018 ne marque pas, le PSG ne gagne pas.

- Di María (6) : pour son premier match de la saison en tant que titulaire, l’Argentin avait énormément envie. C’est lui qui a impulsé les premières séquences parisiennes mais celles-ci ont rarement débouché sur des situations chaudes. À l’image de ses partenaires d’attaque, il n’a pas suffisamment pesé sur cette rencontre. Remplacé logiquement par Sarabia (65e) qui a été dans la lignée de son début de saison.

- Cavani (5) : deux buts en deux matches. Grâce à sa 195e réalisation sous le maillot parisien, l’Uruguayen a permis à son équipe de prendre l’avantage. Il aurait pu ouvrir le score plus tôt mais sa tête échouait sur le poteau (14e). Ce but ne doit pas masquer son déchet technique trop important à ce niveau. Complètement en dedans en seconde période.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10