Pour son entrée en lice dans le groupe G, le champion de France se déplaçait au Red Bull Arena pour y affronter le RB Leipzig. A cette occasion, Leonardo Jardim concoctait quelques petites surprises dans son onze de départ. Subasic forfait était remplacé par Benaglio et Almany Touré débutait la rencontre tout comme Joao Moutinho. Le duo Falcao-Diakhaby menait l’attaque monégasque. Dès les premières minutes du match, les hommes de Leonardo Jardim tentaient de mettre la pression sur les buts gardés par Gulacsi mais les joueurs allemands contrecarraient bien les plans monégasques grâce à une grosse présence dans l’entrejeu. La formation entraînée par Ralph Hasenhüttl procédait en contre mais pêchait dans la dernière passe.

Il fallait attendre la 17e minute pour entrevoir une opportunité monégasque. Sur un bon mouvement côté droit, Almany Touré centrait devant le but, Falcao et Diakhaby trop courts ne pouvaient profiter de l’aubaine. Contre toute attente, Leipzig ouvrait le score, sur un long ballon de Halstenberg, Forsberg se retrouvait seul seul sur la gauche, repiquait vers le centre et décochait une frappe imparable pour Benaglio (1-0, 33e). Monaco ne gambergeait pas pour autant et repartait à l’assaut des buts allemands. Sur un centre d’Almamy Touré, Diakhaby prenait le dessus de la tête sur son vis-à-vis, trouvait Tielemans qui butait de la tête sur Gulacsi avant de surgir pour pousser le cuir au fond des filets (1-1, 35e). Les deux équipes rejoignaient les vestiaires sur ce score de parité.

Monaco plie mais ne rompt pas

Dès le retour des vestiaires, Leipzig reprenait le contrôle des opérations. Sur une belle ouverture de Demme sur la droite, Werner se joue de Jemerson et Glik mais croisait trop sa frappe pour tromper Benaglio (52e). Les pensionnaires de la Red Bull Arena se montraient une nouvelle fois dangereux sur un corner tiré par Forsberg, Benaglio jugeait mal la trajectoire du ballon, Glik et Jemerson se gênaient et manquaient de tromper le portier suisse (59e). Le champion de France semblait souvent déboussolé par les fulgurances allemandes.

Heureusement pour les hommes de Leonardo Jardim, les déchets techniques trop nombreux jouaient un vilain tour aux coéquipiers de Sabitzer. Face aux difficultés monégasques pour s’approcher des buts allemands, Jardim lançait sa nouvelle recrue Keita Baldé. Leipzig offrait une nouvelle frayeur à l’ASM, Sabitzer lançait dans la profondeur Jean-Kévin Augustin fraîchement rentré. L’ancien attaquant du PSG butait sur Benaglio (82e). Malgré une fin de match plus convaincante, l’AS Monaco ne parvenait pas à inscrire le but libérateur et repartait de la Red Bull Arena avec le point du match nul.

Revivez le film de la rencontre sur notre live.

L’homme du match : Upamecano (7,5) : tout en jouant avec le feu, le jeune français de 18 ans a fait du bon travail défensif (3e, 4e, 9e, 21e, 41e, 52e, 70e). Plus solide qu’Orban, il a finalement commis aucune erreur notable, malgré des prises de risques douteuses. Un match très intéressant. Il n’a perdu que six ballons ce soir et n’a commis aucune faute ce qui est rare pour un joueur qui évolue à ce poste.

Leipzig :

- Gulacsi (5,5) : l’international hongrois n’a pas eu grand chose à faire dans le premier acte, vigilant sur un centre Touré (18e). Sur l’ouverture du score monégasque, il a tout d’abord bien joué le coup avec un arrêt réflexe sur Diakhaby, en vain car Tielemans a bien suivi derrière (35e). Une seconde période très calme, il s’est montré vigilant sur les rares ballons à négocier.

- Klostermann (5,5) : vigilant dans le premier acte, il a bien protégé son côté en coupant intelligemment les angles. Dangereux également quand il s’est aventuré en attaque, distillant des centres intéressants (44e). Débordé plus souvent au retour des vestiaires, il n’est pas loin de marquer sur un corner de Forsberg (59e). Moyen, à l’image de la rencontre.

- Orban (5) : un match moyen pour le capitaine. Sur l’égalisation monégasque, il est battu dans les airs par la tête de Diakbaby (35e). Une seconde sobre, il a rarement dû s’employer face au manque d’inspiration des attaquants monégasque, mais s’est parfois montré tendu (73e).

- Upamecano (7,5) : voir ci-dessus.

- Halstenberg (5,5) : une première période en dents de scie. Il a dépensé l’énergie nécessaire pour perturber le rythme des attaquants monégasques, mais s’est parfois montré imprécis dans ses passes et contrôles. Débordé sur la première demi-occasion monégasque (18e) puis en retard sur le centre amenant l’égalisation (35e), il est dans le même temps passeur décisif bien heureux pour Forsberg (33e). Il a joué plus juste tactiquement dans le second acte, et a bien négocié ses coups offensifs (70e). Averti (72e).

- Sabitzer (5) : l’Autrichien est le symbole du RB Leipzig en première période. Il a beaucoup couru, a plutôt bien orienté le jeu au milieu de terrain, mais a failli dans les zones dangereuses. Du copier-coller dans le second acte, il n’a pas réussi à passer la vitesse supérieure.

- Demme (4,5) : faute d’antijeu (26e), et c’est à peu près tout pour sa première période, durant laquelle il a clairement manqué d’inspiration. Il a compensé par une bonne débauche d’énergie, comme ses partenaires. Une seconde période correcte, il a calmé le jeu mais n’a pas non plus brillé.

- Ilsanker (6) : agressif au début de match (7e), il s’est montré assez nerveux se précipitant sur certains ballons et courant surtout dans le vide. De plus en plus à l’aise au fil du match, il a gratté quelques ballons des pieds des Monégasques et a bien transpercé les lignes.

- Forsberg (6) : manque de spontanéité au début pour l’international suédois, qui s’est montré timide dans les trente derniers mètres. Il a bien tenu le ballon mais a surtout joué horizontalement. Plus à l’aise en tirant les coups de pieds arrêtés (24e, 29e, 59e). Il s’est libéré en ouvrant le score, profitant d’une ouverture heureuse avant de mystifier Benaglio. Il est débordé juste après sur le centre amenant l’égalisation, même si Halstenberg aurait dû se trouver à sa place. Quelques percées intéressantes au retour des vestiaires, il est remplacé Kampl (63e) qui a apporté plus de vie, sans se trouver l’ouverture.

- Poulsen (4) : l’international danois a bien combiné avec Werner dans le premier acte mais s’est également emmêlé les pinceaux dans ses derniers gestes. A failli ouvrir le score sur un corner mais a mal connecté sa tête au ballon (24e). Une seconde période frustrante, piégé par le hors-jeu (62e, 66e) et ne trouvant pas l’ouverture. Après un match difficile, il est remplacé par Augustin (80e) qui a failli jouer le héros sur une frappe bien sauvée par Benaglio (82e).

- Werner (4,5) : le meilleur buteur du club la saison passée a mis la pression dès l’entame du match sur les attaquants monégasques mais a été en retard d’un centimètre ou d’une demi-seconde sur ses fins d’actions (3e, 8e, 44e). Le plus dangereux en première période, mais a pêché dans le dernier geste (comme sur un corner, 24e). Un match assez frustrant, piégé souvent par le hors-jeu. On note aussi une frappe trop croisée (51e).

Monaco :

- Benaglio (6) : titulaire surprise suite au forfait de dernière minute de Subasic, le portier suisse s’est distingué par une sérénité à toute épreuve. Très sûr dans ses interventions, Benaglio a sauvé son équipe notamment sur un duel gagné face à Jean-Kévin Augustin en fin de match (82e). Une première très sérieuse dans les buts monégasques.

- Touré (6) : titularisé à la surprise générale ce soir, le latéral droit monégasque s’est concentré sur ses tâches défensives dans un premier temps, avant de montrer le bout de son nez offensivement après le premier quart d’heure. Son centre parfait pour Diakhaby amène le but monégasque (35e). Malgré des prises de risques parfois inconsidérées dans les relances, sa puissance dans les duels a souvent fait la différence. A baissé le pied physiquement après l’heure de jeu.

- Glik (5,5) : le défenseur central polonais a été clairement chahuté ce soir. Fautif sur le but marqué par Forsberg où il se fait prendre de vitesse. Sa solidité dans les duels aériens et au sol lui a permis de compenser son manque de vitesse. Très approximatif dans le jeu long.

- Jemerson (5,5) : le défenseur central brésilien s’est distingué par sa puissance dans les duels même si il fut souvent pris de vitesse sur les contrôles orientés adverses. Des mauvais choix de relances auraient pu coûter cher à son équipe.

- Jorge (5,5) : malmené par Sabitzer notamment, le jeune latéral gauche brésilien a souffert sur le plan physique. Éprouvant les pires difficultés sur son côté, il s’est attaché à bien défendre. Son second acte fut plus rassurant où il a fait parler sa vivacité.

- Sidibé (5) : titularisé au milieu par Leonardo Jardim, l’ancien lillois a essayé de combiner avec Almamy Touré sur le flanc droit. Il a également apporté sur le plan offensif mais a connu un déchet assez inhabituel dans ses centres. Sa remise permet de décaler Touré sur l’action du but (35e). Remplacé par Rachid Ghezzal (83e) qui a apporté sa justesse technique notamment dans les transmissions.

- Fabinho (6,5) : le milieu brésilien n’a pas démérité dans l’entrejeu face au défi physique imposé par Leipzig. Très courageux, il a récupéré nombreux ballons et n’a pas occulté d’utiliser sa clairvoyance pour donner le bon tempo à son équipe.

- Moutinho (6) : malade encore hier soir, le milieu lusitanien a remis de l’ordre dans le jeu monégasque et s’est évertué à distribuer proprement. Sa complémentarité avec Fabinho reste une valeur sûre côté monégasque. N’a pas hésité à revenir défendre quand la situation l’exigeait. Un match propre malgré un apport offensif restreint.

- Tielemans (5) : entame de match compliqué pour le milieu offensif monégasque. Averti dès la 9e minute, il a éprouvé les pires difficultés à se situer sur le terrain. La nouvelle recrue de l’ASM s’est bien reprise après le quart d’heure de jeu malgré un certain déchet. Auteur de l’égalisation grâce à son opportunisme (35e). Beaucoup de déchet dans le jeu qui peut s’expliquer notamment par ses prises de risques.

- Falcao (4,5) : El Tigre n’a pas été très à son avantage dans le jeu face à la rude défense allemande. L’international colombien s’est fait oublier pour tenter d’obtenir des situations exploitables, sans succès. Très peu sollicité par ses compères offensifs, il a passé une soirée délicate. Remplacé par Carrillo (88e).

- Diakhaby (5,5) : pour sa première rencontre en Ligue des champions, l’ancien rennais s’est montré relativement discret en début de match avant de se montrer plus entreprenant par la suite. Sa remise de la tête salvatrice permet à Tielemans d’égaliser (35e). Ses percussions restent intéressantes même si il ne lève pas assez la tête au moment d’effectuer ses choix. Remplacé par Keita Baldé (73e) qui s’est signalé par sa qualité de percussion et sa puissance physique.